La revue audiovisuelle de l'économie, la stratégie et du management
CONNEXION
Newsletter #006A9E
économie #00aeef
stratégie & management #572475
business #C43031
Fenêtres ouvertes sur la gestion #F9BE13
secteurs

Secteurs

#1BB899
campus

Campus

#7030A0
chaînes partenaires

Partenaires

#BABEC4
Qui sommes-nous ?

QSN

#006A9E
ACCUEIL ECONOMIE Décryptage éco Pourquoi faire baisser...
https://player.vimeo.com/video/123455980?autoplay=1 Olivier-Passet-Pourquoi-faire-baisser-l-euro-2360.jpg
14/04/201403:27
Xerfi Canal présente l'analyse d'Olivier Passet, directeur des synthèses économiques de Xerfi

Lors de déclaration de politique générale, Manuel Valls a mis en accusation la BCE pour sa politique d'euro trop fort. La France et l'Europe se porteraient mieux avec un euro inférieur de 10% à son niveau actuel, soit 1,20 dollar pour 1 euro
A-t-il raison ?

1,20 n'est pas un chiffre tombé du ciel. C'est peu ou prou celui qui égaliserait le prix des biens produits en France avec ceux produits chez nos principaux concurrents, c'est ce qu'on appelle la parité de pouvoir d'achat. C'est le taux qui nous permet de vendre sans comprimer à l'excès nos marges ou sans demander d'ajustement drastique sur les salaires. Sans peser fortement sur la demande donc.

Il y a bien sûr ceux qui contestent l'efficacité des dévaluations, pour le principal argument qu'elles ont pour effet immédiat de renchérir le prix de nos importations. Notamment notre facture énergétique qui serait mécaniquement augmentée de 6,5 milliards. Un coût qui pénaliserait l'ensemble des secteurs et notamment les plus énergétivores. Qui contestent aussi l'efficacité des dévaluations parce qu'elles constituent une facilité qui diffère nos vrais ajustements.

A ces adeptes des vraies solutions, rappelons ce que suppose la stratégie du courage et de la vertu qu'ils appellent de leurs v?ux pour supprimer notre écart de prix de 10 % avec le monde développé. Cela suppose de :

Diminuer de plus de 15 % notre coût du travail relativement à nos partenaires
Ou de diminuer de 40 % la charge fiscale sur les entreprises, soit de 140 milliards, 7% du PIB.

Dans le contexte de faible inflation généralisée, un blocage intégral des salaires nécessiterait plus de 5 ans pour créer un écart relatif de coût salarial avec nos principaux partenaires de l'ordre de 15 %.

Dans le contexte actuel, diminuer de 140 milliards la pression fiscale nécessiterait de tripler la cible d'économie que s'est fixée le gouvernement.

Le ferait-on, le déficit de demande induit,  provoquerait une destruction de plus d'un cinquième de nos capacités productives et un chômage à la grecque ou à l'espagnol.
On peut aimer le courage mais pas le masochisme. Alors bien sûr, on le sait, une dévaluation ne porte pas ses effets positifs sur l'activité et la compétitivité sans conditions. Et ces conditions on les connaît : la modération salariale et la maîtrise des prix. Or ces deux conditions sont déjà réunies. La dévaluation dans ce contexte, apporte juste cette bouffée d'oxygène qui permet à nos entreprises les plus exportatrices de sauvegarder leurs marges et de ne pas sacrifier leurs investissements de long terme.

Déprécier l'euro, ce n'est pas être adepte de la facilité. C'est juste tenter de pratiquer un policy mix éclairé pour faire passer la pilule amère de la rigueur sans sacrifier le long terme. 

Olivier Passet, Pourquoi faire baisser l'euro, une vidéo Xerfi Canal
 




En savoir plus

Mots clés : Europe / Zone euroPolitique économique

x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple email / mot de passe n'est pas valide  
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Email :
S'identifier