La revue audiovisuelle de l'économie, la stratégie et du management
CONNEXION
Newsletter #006A9E
économie #00aeef
stratégie & management #572475
business #C43031
Fenêtres ouvertes sur la gestion #F9BE13
secteurs

Secteurs

#1BB899
campus

Campus

#7030A0
chaînes partenaires

Partenaires

#BABEC4
Qui sommes-nous ?

QSN

#006A9E
ACCUEIL ECONOMIE Global L’industrie mondiale du...
https://player.vimeo.com/video/323111530?autoplay=1 Philippe-Gattet-L-industrie-mondiale-du-petrole-et-du-gaz-306345386.jpg
15/04/201904:01

L’OPEP a-t-elle encore un avenir ? Fondé en 1960, cette organisation voit son influence décliner sur le marché de l’or noir. 1er indice de ce recul avec ce graphique où l’on voit un repli durable de la part du pétrole dans la consommation énergétique mondiale malgré des besoins accrus liés à l’essor démographique de la population, notamment au sein des pays hors-OCDE. Et ce n’est pas le retour du gaz sur le devant de la scène qui fera pencher la balance en faveur des énergies fossiles, ni même le charbon dont le poids diminue. En réalité, selon l’étude Xerfi Global, le pétrole pâtit de la montée en puissance des énergies renouvelables qui représentent déjà 4% du mix-énergétique et qui devraient atteindre 15% en 2040.

L’autre caillou dans la chaussure de l’Opep, ce sont les États-Unis. Le pays est devenu le plus gros producteur de gaz naturel au monde et le troisième producteur pétrolier derrière la Russie et l’Arabie saoudite grâce à la mobilisation des gisements non conventionnels. Des gisements plus coûteux à exploiter et donc plus difficile à rentabiliser pour les compagnies américaines. Les cours du pétrole doivent donc rester suffisamment élevés pour assurer un retour sur investissement convenable. Oui mais voilà, en inondant le marché mondial de leur pétrole dont la production devrait plus que doubler en 10 ans, les États-Unis favorisent les pressions déflationnistes. Il est donc essentiel que l’offre américaine chasse une partie de l’offre mondiale pour assurer sa domination. Et c’est en partie chose faite entre le déclin de l’industrie pétrolière vénézuélienne et les récentes sanctions envers l’Iran.

Grâce à cette manœuvre, les États-Unis ont évité un décrochage durable des cours du pétrole qui aurait été préjudiciable aux compagnies pétrolières américaines. Celles-ci ont même profité d’une remontée des prix depuis 2016 suite à la reprise de la demande mondiale et aux réductions concertées de la production des pays de l’Opep qui se sont associés à 10 autres pays producteurs, dont la Russie. Mais combien de temps durera cet accord ? Car l’histoire de l’OPEP c’est aussi celle d’une organisation où les membres ont des intérêts politiques et géostratégiques divergents, où le non-respect des quotas est fréquent ce qui amoindrit de facto son pouvoir de marché.

Si la hausse des cours du pétrole entre 2016 et 2018 a permis une relance mesurée des investissements des groupes internationaux dans la phase d’exploration/production, elle s’est aussi accompagnée d’une politique de rationalisation des coûts et d’optimisation des chaînes de valeur avec le concours notamment de nouvelles technologies. L’exploitation des big data des études sismiques est ainsi expérimentée afin de localiser les réservoirs d’hydrocarbures, étudier leur structure et ainsi optimiser leur exploitation. Des capteurs permettent aussi de forer plus précisément et de maximiser la quantité d’hydrocarbures récupérables. Cette recherche d’efficacité opérationnelle se double d’une restructuration des portefeuilles d’activités qui passe par des cessions et des échanges d’actifs. On constate aussi une plus forte sélectivité dans les projets dont la rentabilité doit résister à un éventuel repli des cours. Un repli qui certes fragiliserait immanquablement les compagnies internationales mais qui mettrait aussi à rude épreuve la cohésion des membres de l’Opep dont la plupart tire l’essentiel de leurs revenus fiscaux du pétrole. Si ce cartel veut encore peser sur les cours du pétrole, il va donc devoir rapidement se réformer…


En savoir plus

Mots clés : Economie mondialeEnergie / EnvironnementPétroleEtats-UnisGazHydrocarburesOPEP

x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple email / mot de passe n'est pas valide  
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Email :
S'identifier