La revue audiovisuelle de l'économie, la stratégie et du management
CONNEXION
Newsletter #006A9E
économie #00aeef
stratégie & management #572475
business #C43031
Fenêtres ouvertes sur la gestion #F9BE13
secteurs

Secteurs

#1BB899
campus

Campus

#7030A0
chaînes partenaires

Partenaires

#BABEC4
Qui sommes-nous ?

QSN

#006A9E
https://player.vimeo.com/video/275080209?autoplay=1 Philippe-Gattet-PGA-La-filiere-de-l-optique-photonique-a-l-horizon-2020-7753.jpg
10/07/201803:20

Les applications de l’optique-photonique font partie de l’une des six technologies clés du 21e siècle pour réindustrialiser le Vieux Continent. En effet, elles ne cessent de s’étendre avec le déploiement des réseaux de fibre optique et l’essor de l’impression 3D, des véhicules autonomes ou encore de l’exploration aérospatiale. La filière française participe pleinement à cette révolution technologique grâce à ses investissements en R&D ainsi que l’excellence de ses laboratoires de recherche. On peut citer par exemple le CEA, l’Institut d’optique ou encore l’Irepa Laser qui donnent régulièrement naissance à des start-up dynamiques comme CAILab et Irisiome. Selon l’étude Xerfi France, le chiffre d’affaires de la filière tricolore a d’ailleurs progressé de plus de 6% par an entre 2010 et 2017, en partie aussi grâce à son développement à l’export qui offre d’importants relais de croissance aux entreprises. Cette dynamique porteuse devrait s’accentuer à l’horizon 2020 avec l’amélioration du contexte économique.

 

Le problème, c’est qu’à côté de cette relative bonne santé, les professionnels de l’optique-photonique doivent affronter une concurrence redoutable en provenance des États-Unis et de l’Allemagne. Ces deux pays disposent en effet d’un tissu économique plus développé et moins centré sur des niches de marché à l’instar des opérateurs français. Par exemple, alors que les équipementiers allemands se sont saisis très tôt de la photonique pour améliorer la compétitivité de leurs produits, la France ne compte aucun équipementier de dimension mondiale dans le domaine du traitement industriel des matériaux par laser. Elle possède seulement quelques PME qui tentent de s’imposer sur le marché avec un positionnement spécifique, comme Gravotech Marking dans la gravure, ou Laser Cheval, expert dans le micro-usinage. L’autre problème majeur de la filière française, c’est la désindustrialisation de l’économie française. En plus de provoquer une perte de savoir-faire qui se cumule aux difficultés de recrutement d’ingénieurs, de techniciens et d’opérateurs en photonique, la désindustrialisation du pays oblige les professionnels de l’optique-photonique à se développer à l’étranger.

 

La filière s’efforce donc de réagir avec la création notamment d’une nouvelle entité baptisée Photonics, qui vise à fédérer l’ensemble des acteurs privés, académiques et associatifs pour lui donner une nouvelle impulsion, notamment dans le domaine de l’innovation technologique. Autre événement important, la création de Lumibird née du rapprochement entre les entreprises Quantel et Keopsys fin 2017. Ce nouveau groupe a pour ambition de devenir le leader européen du marché des lasers et porter un peu plus haut le développement de la filière tricolore. Une filière qui vise également la conquête de nouveaux marchés à l’international, la diversification de ses marchés clients ainsi que l’industrialisation de ses innovations. Une industrialisation qui constitue un défi majeur pour de nombreux acteurs de l’optique-photonique compte tenu de leur faible taille.


Mots clés : IndustrieStart-upRévolution technologiqueOptique-photoniqueLaser

x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple email / mot de passe n'est pas valide  
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Email :
S'identifier