La revue audiovisuelle de l'économie, la stratégie et du management
CONNEXION
RECEVEZ LES ÉMISSIONS
XERFI CANAL
GRATUITEMENT
Newsletter #006A9E
économie #00aeef
stratégie & management #572475
business #C43031
Fenêtres ouvertes sur la gestion #F9BE13
secteurs

Secteurs

#1BB899
campus

Campus

#7030A0
chaînes partenaires

Partenaires

#BABEC4
Qui sommes-nous ?

QSN

#006A9E
ACCUEIL ECONOMIE Global Le transport maritime mondial...
https://player.vimeo.com/video/323111824?autoplay=1 Philippe-Gattet-Le-transport-maritime-mondial-par-conteneurs-306345387.jpg
05/04/201904:22

La guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine va-t-elle accélérer les rapprochements entre les leaders mondiaux du transport maritime par container ? Comme vous pouvez le voir sur la carte, la route maritime entre l’Asie et l’Amérique du Nord est la plus empruntée au monde si on retient les volumes transportés, derrière celle transitant par le canal de Suez pour desservir une partie de l’Europe ou d’autres voies maritimes reliant l’Asie au Vieux Continent. De fait, un coup de froid sur le commerce mondial et c’est tout le transport maritime qui s’enrhume. Selon l’étude Xerfi Global, la croissance des volumes transportés par conteneurs d’ici 2020 sera ainsi bien inférieures à celle des années 2000 lorsqu’elle dépassait 10% par an. De quoi sérieusement compliquer l’équation économique des transporteurs dont le modèle d’affaires se révèle très majoritairement à coûts fixes.

Cette guerre commerciale cache en réalité un mal plus profond, celui de la démondialisation. En moyenne, depuis 2012, la croissance du commerce sous-performe celle du PIB mondial. C’est une situation inédite depuis les années 1960. Il y a plusieurs explications à cela :
• D’abord, le recentrage de la Chine et de son industrie vers le marché domestique, avec en bout de chaîne un ralentissement des importations et des exportations.
• La fragmentation des chaînes de valeur de l’industrie mondiale a aussi peut-être atteint ses limites. Or, c’est ce processus qui a accompagné la libéralisation du commerce dans les années 1980 et 1990 et qui a soutenu le transport maritime par conteneurs.
• L’expansion du libre-échange ralentit aussi, en lien avec le Brexit et le retrait des États-Unis du partenariat transpacifique.
• Enfin, les réflexes protectionnistes se développent à l’instar des États-Unis mais aussi des pays en récession où à faible croissance qui érigent des barrières pour freiner les importations.

Si la démondialisation se confirmait, son impact sur le transport maritime serait désastreux, les marges étant déjà très faibles dans ce secteur. Comme le montre ce schéma, seuls les deux leaders, le danois Maerskline et le français CMA CGM, parviennent à maintenir leur performance opérationnelle au-delà de 4% depuis 2013. Cela tient aux fondamentaux de cette industrie caractérisée par des coûts fixes élevés, une différenciation limitée de l’offre et qui plus est régulièrement excédentaire. Tout cela entraîne une concurrence intense par les prix entre les compétiteurs, petits ou gros. La consolidation s’impose alors comme la seule option viable pour une reprise durable des taux de fret et des taux de marge. En effet, moins il y aura de compétiteurs et plus ils se disciplineront en matière d’investissement, ce qui réduirait les surcapacités tout en réalisant d’importantes économies d’échelle. Mais seuls quelques acteurs disposent des moyens financiers pour participer à cette consolidation qui ne pourra bien entendu pas se faire sans l’aval des autorités de la concurrence, notamment en Europe.

A ces opérations de concentration s’ajoutent d’autres investissements d’ampleur, en particulier la digitalisation des organisations qui promet d’améliorer les chaînes d'approvisionnement. À la clé : une gestion optimisée de la flotte, un meilleur contrôle des coûts et des processus de livraison plus rapides. C’est aussi une étape indispensable pour répondre aux exigences du e-commerce qui nécessite des flux d’information en temps réel et 100% numérisés entre l’expéditeur et le destinataire. La blockchain, pour sa part, est testée par les principaux transporteurs et vise par exemple à réduire la paperasse et donc à accroître l’efficacité opérationnelle. Ce virage numérique se révèle d’autant plus urgent que les géants du numérique comme Amazon ou Alibaba intègrent peu à peu des maillons de la chaîne logistique. Raison de plus pour accélérer les rapprochements entre transporteurs…


En savoir plus

Mots clés : Economie mondialeDémondialisationChineEtats-UnisE-commerceGuerre commercialeTransport maritimeConteneurs

x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple email / mot de passe n'est pas valide  
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Email :
S'identifier