La revue audiovisuelle de l'économie, la stratégie et du management
CONNEXION
Newsletter #006A9E
économie #00aeef
stratégie & management #572475
business #C43031
Fenêtres ouvertes sur la gestion #F9BE13
secteurs

Secteurs

#1BB899
campus

Campus

#7030A0
chaînes partenaires

Partenaires

#BABEC4
Qui sommes-nous ?

QSN

#006A9E
ACCUEIL ECONOMIE Média & TIC 4G : les faits et les effets...
https://player.vimeo.com/video/122900055?autoplay=1 Thibault-Lieurade-4G-les-faits-et-les-effets-d-annonce-1811.jpg
23/09/201303:32
Xerfi Canal présente l'analyse de Thibault Lieurade, journaliste Xerfi Canal

Le réseau télécom 3G ne couvre pas encore tout le territoire que c'est déjà le branle-bas de combat concernant la 4G, la nouvelle génération de réseau mobile. Avec son débit  théorique de plus de 100 Mb/s, il relègue les précédentes 3GH+ (42 Mbit/s) et 3G+ (7,2 Mbit/s) au moyen-âge de la technologie. Pour télécharger un album, il faut 5 secondes, contre 16 pour le 3GH+ et 120 secondes pour la 3G+.

Mais la 4G, c'est surtout une arme anti-Free. Un an après son arrivée sur le marché, le chiffre d'affaires des opérateurs historiques s'était effondré : -7.5% pour SFR, -9% pour Bouygues Télécom et -10% pour Orange. Ils misent donc sur la 4G pour se relancer. D'abord en restaurant les marges. Par exemple, il faut rajouter 10 euros aux 30 euros de l'offre Sosh d'Orange pour accéder à la 4G, soit +33% du prix. Ou alors, les opérateurs misent sur la 4G pour conserver leurs clients existants, ce qui coûte nettement moins cher que d'en conquérir de nouveaux. Ainsi, Orange propose la 4G à 1€ et Bouygues à 3€.

Mais les clients dans tout cela ? Pour l'heure, leurs attentes sont très limitées. C'est ce qui ressort des études de marchés que bien sûr vous ne verrez nulle part. D'ailleurs à peine 1 abonnement sur deux seulement est aujourd'hui en 3G, alors que pour la 4G il faut créer le besoin, à grands coups de communication.

Mais dans cette communication, vous n'entendrez parler que du débit théorique. Mais la théorie n'est pas la pratique. Premier point, plus il y a de connexions simultanées sur une même antenne - qui sont encore peu nombreuses sur le territoire -, moins il y a de débit. Et puis les opérateurs peuvent brider certaines connexions. Dans l'attente du développement du réseau 4G, ils donnent ainsi la priorité à ceux qui payent leur abonnement le plus cher : les comptes professionnels sont prioritaires sur les comptes Premium, qui eux-mêmes passent avant les offres low-cost du type Be & You ou Sosh. Difficile dans ces conditions d'atteindre le 100 Mbit/s. Mais là encore, les opérateurs ne communiqueront jamais sur ces détails.

Autre contrainte, et non des moindres : la 4G n'est compatible qu'avec un nombre limité d'appareils. Avec l'iPhone 5, seul le réseau 4G de Bouygues est accessible. Et pour se rééquiper, il faut compter grand minimum 300 euros, en plus d'un forfait plus cher. De la valeur pour les opérateurs, certes, mais aussi un sacré investissement pour le consommateur.

Et Free dans tout ça ? Pour le moment, silence radio sur ses intentions. Mais de l'aveu même de son PDG Xavier Niel, ils vont « laisser [leurs] petits camarades annoncer des choses qu'ils n'ont pas pour [eux] faire une annonce avec ce [qu'ils ont] ».

Alors bien sûr, la 4G deviendra monnaie courante à long terme, le temps d'évangéliser le marché. Mais dans cette ""révolution"", pas sûr que la prime aille au pionnier…

Thibault Lieurade, 4G : les faits et les effets d'annonce, une vidéo Xerfi Canal


En savoir plus

Mots clés : Economie numériqueHigh tech

x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple email / mot de passe n'est pas valide  
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Email :
S'identifier