Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


Etes-vous vraiment irremplaçable ?

Publié le mercredi 2 février 2022 . 4 min. 46

Voir plus tard
Partager
Imprimer

Je voudrais vous parler aujourd’hui de la grande peur du remplacement qui n’a bien sûr rien à voir avec la peur du grand remplacement, même si l’une permet évidemment de mieux comprendre l’autre. L’unicité des individus est, au même titre que la dimension sacrée de la vie humaine, une sorte de vérité acceptée dont on ne questionne jamais les fondements. Comment en serait-il autrement dans une société qui valorise à ce point la reconnaissance et l’expression de la subjectivité ?

L’irremplaçabilité semble être le mot d’ordre d’une pensée dans l’air du temps qui considère que « nous ne sommes pas remplaçables (et que) l’État de droit n’est rien sans l’irremplaçabilité des individus ». Comme peut l’écrire une philosophe à la mode. Or, la question de la remplaçabilité se situe au carrefour de deux notions que l’on confond allègrement : l’individualisme et l’individuation. L’individualisme est un mécanisme historique et culturel qui fabrique un individu isolé, autocentré, mais pas véritablement autonome. À l’inverse, l’individuation est un processus de subjectivation sans fin par lequel nous nous ouvrons aux autres et devenons toujours plus singuliers. Et c’est justement la singularité qui est au fondement de l’idée que nous serions irremplaçables. La remplaçabilité commencerait en fait quand  l’individu n’est plus susceptible de traduire son expérience vécue et donc sa singularité. L’un des paradoxes de notre époque est justement de glorifier en permanence l’individu tout en faisant porter sur lui la menace d’un possible remplacement. En faisant passer l’individualisme pour de l’individuation, on donne à chacun l’illusion d’une singularité qui n’est que chimérique. Cette angoisse du remplacement se manifeste évidemment dans le monde du travail et affecte au premier chef ceux qui sont au bas de l’échelle salariale. Mais à y regarder de plus près, on peut observer que cette hantise du remplacement touche en fait tous les niveaux salariaux. Quel associé d’un prestigieux cabinet de conseil ne s’est pas vu un jour reprocher de ne pas sacrifier suffisamment ses dimanches à son travail, au risque d’être remplacé par un plus jeune diplômé ? Cette rhétorique qui consiste à dire à un salarié que, s’il n’est pas satisfait de son sort, il y a des dizaines de candidats qui patientent au portillon est un grand classique de la gestion des ressources humaines. En fait nous serions tous remplaçables dans notre job, et ce d’autant plus dans le contexte de généralisation de la bullshit economy, qui rappelons-le, se caractérise justement par l’incapacité de nombreux salariés à expliquer la nature et l’utilité de leur travail. Nous connaissons la façon dont la remplaçabilité des ouvriers a été construite dès le début du XXème siècle pour les empêcher de monnayer leurs compétences en prétendant à de meilleurs salaires et une meilleure répartition du profit. La division du travail en micro-tâches insignifiantes a permis la séparation de l’exécution et de la compréhension du travail. Cette parcellarisation des tâches a rendu plus difficile le regroupement syndical, mais elle a surtout contribué à rendre les ouvriers consommables, pareils à des marchandises. Ce phénomène de remplaçabilité s’est aujourd’hui largement généralisé, si bien qu’il dépasse désormais la sphère économique pour affecter la façon dont nous vivons nos relations personnelles, amoureuses mais aussi notre sens de l’identité. Telle est en tous cas la thèse défendue par Husain dans un ouvrag au titre éloquent : Replace me. Remplace-moi.


Et que peut justement signifier vivre dans une société dans laquelle rien, ne serait-ce que notre position, ne peut être considéré comme évident ? Il ne s’agit plus seulement de penser une société liquide dans laquelle les identités sont mouvantes et évolutives, mais de considérer que nos priorités (la façon dont nous nous présentons, ce que nous mangeons, qui nous fréquentons) sont essentiellement guidées par la peur de ne plus être pertinent, d’être en quelque sorte sans intérêt, hors sujet.

Du coup, à force d’internaliser les contraintes environnementales et économiques, sommes-nous encore conscients de nos véritables désirs et motivations ? Telle est la question à laquelle nous devons répondre pour prétendre être irremplaçables.


Référence :


Amber Husain, Replace me, Peninsula Press, Limited, 2021


x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER REFUSER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER