La revue audiovisuelle de l'économie, la stratégie et du management
CONNEXION
Newsletter #006A9E
économie #00aeef
stratégie & management #572475
business #C43031
Fenêtres ouvertes sur la gestion #F9BE13
secteurs

Secteurs

#1BB899
campus

Campus

#7030A0
chaînes partenaires

Partenaires

#BABEC4
Qui sommes-nous ?

QSN

#006A9E
https://player.vimeo.com/video/252862723?autoplay=1 Cathy-Alegria-CAL-La-distribution-de-produits-alimentaires-bio-7194.jpg
08/03/201803:26

 Selon l’étude Xerfi-Precepta, la croissance spectaculaire du marché du bio est bien partie pour durer. D’autant que les produits alimentaires bio se sont démocratisés avec l’arrivée en force de la grande distribution au tournant des années 2010. Résultat : après des années de croissance à deux chiffres, le marché du bio dépasse désormais les 8 Md€. En clair, on ne peut plus parler ni de marché de niche ni de simple effet de mode. Alors pourquoi un tel engouement ? D’abord, cette ruée vers le bio traduit un changement profond de la façon de consommer. Les consommateurs souhaitent mieux manger, être acteurs de leur santé et encourager un mode de production plus respectueux de l’environnement. Autres moteurs : la multiplication des distributeurs, l’accroissement des volumes de vente à la faveur des récentes vagues de conversion au bio, et une baisse des prix des produits. Bref, le marché des produits bio est bien parti pour suivre un rythme de croissance à deux chiffres d’ici 2020.

 

La vitalité insolente du marché ainsi et ses marges confortables aiguisent forcément les appétits. C’est ainsi que les GSA sont revenues au centre jeu. Elles ont même repris le leadership récemment grâce à leurs concepts spécifiques et à l’extension de leurs gammes de MDD bio. Et tout laisse penser qu’elles grignoteront encore des parts de marché sur le terrain du bio « accessible et de proximité » pour frôler à terme la barre des 50% des ventes. Carrefour ambitionne ainsi de décupler son parc de Carrefour Bio. Quant à Auchan, il envisage d’ouvrir une centaine de magasins Auchan Bio dans les 3 ou 4 prochaines années. La bataille s’annonce donc acharnée avec les réseaux spécialisés de centre-ville, en tête desquels Naturalia du groupe Casino. Mais selon l’étude Xerfi-Precepta, l’exercice 2018 pourrait être le début d’un atterrissage en douceur pour les circuits spécialisés. De fait, face à une baisse de régime inéluctable, les magasins bio n’ont pas d’autre choix que de réinventer leur modèle.

 

Les spécialistes devront donc redoubler d’efforts pour faire valoir leur originalité et se différencier des GSA. L’enjeu n°1 consiste à travailler leur image de marque. Pour fédérer une communauté, les magasins bio seraient aussi inspirés de soigner leur présence sur les réseaux sociaux. Ils peuvent également renforcer la dimension servicielle en poursuivant la transformation des magasins en lieu de vie. Je pense en particulier à des activités de remise en forme mais aussi à des moments plus festifs et autres séances d’initiation au « faire soi-même ». Le magasin bio du futur devra sans doute miser sur des produits « faits sur place » ou encore généraliser les services de restauration. Autres pistes à explorer : l’élargissement de l’offre aux produits vegans, la vente en ligne ou encore la livraison à domicile. En clair, les spécialistes du bio vont devoir mettre les bouchées doubles s’ils ne veulent pas être définitivement distancés par les GSA.


En savoir plus

Mots clés : DistributionConsommationAgroalimentaireBioProduits alimentaires bio

x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple email / mot de passe n'est pas valide  
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Email :
S'identifier