La revue audiovisuelle de l'économie, la stratégie et du management
CONNEXION
Newsletter #006A9E
économie #00aeef
stratégie & management #572475
business #C43031
Fenêtres ouvertes sur la gestion #F9BE13
secteurs

Secteurs

#1BB899
campus

Campus

#7030A0
chaînes partenaires

Partenaires

#BABEC4
Qui sommes-nous ?

QSN

#006A9E
https://player.vimeo.com/video/246943850?autoplay=1 Cathy-Alegria-CAL-Plateformes-digitales-de-travaux-les-mauvais-chassent-les-bons--7054.jpg
08/03/201804:13

Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi les restaurants les plus populaires n’étaient pas systématiquement référencés sur les sites de livraison de repas en ligne ? Pourquoi des hôtels très bien notés par les guides de voyages papier étaient absents des grandes plateformes comme Booking.com ? Plus généralement, est-on certain de trouver sur les plateformes d’intermédiation la meilleure offre possible ? Pour répondre à cette question, je m’appuierai dans cette émission sur le cas très instructif des sites web de travaux pour particuliers.


Et le moins que l’on puisse dire c’est que ces acteurs prennent de l’importance sur le marché des travaux de dépannage et de rénovation des logements, dont le chiffre d’affaires avoisine 50 milliards d'euros en France. On le comprend, cette manne aiguise l’appétit d’entrepreneurs ou de certains groupes bien décidés à capturer une partie de la valeur de cet énorme marché. Signe de leur poids grandissant, les sites Travaux.com et 123devis.com, adossés au groupe américain HomeAdvisor, représenteraient d’ores et déjà un volume d’affaires compris entre 600 et 700 M€ grâce à un vivier de 25.000 artisans référencés. Actuellement, en France, environ 11% des chantiers transiteraient par ces plateformes.


A-t-on néanmoins l’assurance d’y trouver les meilleurs artisans ? Eh bien pas toujours car ces plateformes sont engagées dans une course à la taille conduisant in fine au fameux phénomène d’anti-sélection. Je m’explique.


Pour grossir et attirer une audience monétisable la plus large possible, les plateformes cherchent à référencer toujours davantage de professionnels. Leur croissance est ainsi conditionnée à la mobilisation « d’effets de réseau » : plus il y a d’artisans inscrits, plus les particuliers viendront déposer leur demande de travaux, incitant en retour d’autres artisans à s’y référencer.


Le problème, c’est que cette course à l’audience trouve parfois ses limites en encourageant des comportements opportunistes. Autrement dit, les professionnels les moins bons, ceux n’ayant pas pignon sur rue, s’inscriront volontiers sur ces sites pour trouver facilement du travail, en cassant au passage les prix et en rognant donc leurs marges. Les meilleurs artisans, eux, choisiront de quitter progressivement ces plateformes, en tirant parti du bouche-à-oreille ou de leur réseau méthodiquement constitué. Un choix guidé aussi, ne l’oublions pas, par des raisons purement financières. Et oui, se passer d’une plateforme d’intermédiation, c’est faire une économie substantielle pour accroître ses marges. Je rappelle en effet que les sites web de travaux pour particuliers se rémunèrent soit en prélevant une commission sur le montant des travaux (entre 10% et 30%), soit par des cotisations - généralement sous forme d’abonnements - payées par les artisans pour être référencés sur la plateforme, soit en faisant payer les contacts aux entreprises.


Bref, les meilleurs artisans du bâtiment, comme les bons restaurateurs ou les bons hôteliers, n’ont pas forcément besoin des plateformes d’intermédiation. Certes, elles représentent un moyen efficace pour lancer son activité et se faire connaître. Mais à terme, les meilleurs, ceux qui ont su se faire un nom ou une réputation, ont tout intérêt à se retirer.


Cela étant, ces plateformes affinent aujourd’hui leur modèle, en renforçant les garanties offertes aux particuliers, notamment sur la qualité des travaux, les délais de réalisation ou encore le prix, ce qui peut limiter les mauvaises surprises. Certaines proposent également des services supplémentaires et à forte valeur ajoutée aux entreprises du bâtiment, pour améliorer la valeur perçue de leur offre, en allant au-delà de la simple mise en relation. Leur objectif : rendre les artisans plus captifs, y compris les meilleurs.


En savoir plus

Mots clés : Economie numériqueServices aux particuliersDigitalWebPlateformes numériquesPlateformes d'intermédiationPlateformes digitalesPlateformes de travaux

x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple email / mot de passe n'est pas valide  
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Email :
S'identifier