La revue audiovisuelle de l'économie, la stratégie et du management
CONNEXION
Newsletter #006A9E
économie #00aeef
stratégie & management #572475
business #C43031
Fenêtres ouvertes sur la gestion #F9BE13
secteurs

Secteurs

#1BB899
campus

Campus

#7030A0
chaînes partenaires

Partenaires

#BABEC4
Qui sommes-nous ?

QSN

#006A9E
27/09/201703:31

En raison des catégories professionnelles distinctes qui ont chacune leur langage, leurs objectifs et leurs pratiques, le dialogue est souvent difficile entre les professions médicales, soignantes, administratives et techniques à l'hôpital public. Pourtant la plupart des processus de travail et la recherche de solutions aux dysfonctionnements nécessitent des discussions pluridisciplinaires.

 

Comment franchir les barrières interprétatives décrites par Carlile en 2004 pour permettre l’ouverture et l’avancée de discussions sur le travail ?

 

- Réunir des groupes de travail pluridisciplinaires pour traiter les dysfonctionnements ou réfléchir à de nouvelles pratiques. On est mieux entre nous car on se comprend, mais la réalisation des activités implique très souvent plusieurs groupes professionnels !

 

- En raison des cloisonnements fonctionnels et professionnels de l’hôpital, les acteurs ont un faible niveau d’information sur la réalité du travail des autres catégories professionnelles. Il faut donc donner la parole à tous les participants du groupe de travail pour que chacun puisse exprimer sa vision. Veiller à ce que les plus timides s’expriment aussi. Se faire leur porte-parole si l’expression directe est trop difficile. Utiliser des techniques d’expression anonymes, par écrit (la technique des Post it par exemple). 

 

- Commencer le travail en groupe par la réalisation d’un diagnostic. Si les participants s’accordent plus difficilement sur des actions à engager, ils convergent souvent sur les diagnostics. Le diagnostic constitue alors une base de connaissances partagées sur laquelle le groupe pourra s’appuyer pour commencer à travailler collectivement sur les propositions.

 

- Faire s’exprimer les participants de manière anonyme par écrit sur leur analyse des problèmes et les propositions. Cela libère la parole et permet de mettre en évidence les points de convergence. Le fait de constater que plusieurs partagent leur avis fait émerger progressivement une attitude collaborative.

 

- Organiser des briefings et des débriefings avec les responsables décisionnaires avant et après chaque réunion, afin de déterminer les points à porter à la discussion et les marges de négociation possibles

 

- Rédiger des comptes rendus à la fin de chaque rencontre et les mettre rapidement à disposition des participants des groupes de travail pour validation. Ces comptes rendus favorisent l’instauration d’un lien de confiance entre les acteurs et un sentiment de transparence, contribuant à créer les conditions favorables à l’ouverture de la discussion lors des groupes d’échanges.

 

- Lorsque des actions sont décidées, réaliser des fiches actions qui précisent le porteur du projet, les objectifs, les moyens alloués, les délais, etc. Cela renforce l’engagement des participants qui peuvent suivre l’avancée des projets.


L’absence de discussions sur le travail réel empêche l’émergence d’une vision partagée du travail et de pratiques innovantes qui existent parfois mais restent clandestines.  Il faut créer les conditions pour que les idées nouvelles émergent. Heureusement les acteurs sont créatifs et les propositions ne tarderont pas à foisonner.

 

Christophe Baret, Stimuler la communication dans le travail, une vidéo Stratégie & Management.


En savoir plus

Mots clés : ManagementFNEGECommunication

x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple email / mot de passe n'est pas valide  
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Email :
S'identifier