La revue audiovisuelle de l'économie, la stratégie et du management
CONNEXION
Newsletter #006A9E
économie #00aeef
stratégie & management #572475
business #C43031
Fenêtres ouvertes sur la gestion #F9BE13
secteurs

Secteurs

#1BB899
campus

Campus

#7030A0
chaînes partenaires

Partenaires

#BABEC4
Qui sommes-nous ?

QSN

#006A9E
ACCUEIL STRATÉGIE & MANAGEMENT Stratégies et marchés Le marché biopharmaceutique...
https://player.vimeo.com/video/161162602?autoplay=1 Damien-Festor-Le-marche-biopharmaceutique-a-l-horizon-2020-4797.jpg
14/04/201602:59

Le marché français des biomédicaments va bien. Les ventes ont progressé de plus de 2% par an en moyenne entre 2010 et 2015 selon l’étude de Xerfi. Certes, d’un côté, la contreperformance des vaccins et les pressions tarifaires pèsent sur le marché. Mais de l’autre, la commercialisation régulière de nouveaux produits est clairement un facteur de soutien. Sans oublier que les biomédicaments couvrent des aires thérapeutiques dynamiques comme le diabète ou l’oncologie. Et selon les prévisions des experts de Xerfi, le marché biopharmaceutique continuera de surperformer le marché pharmaceutique en France d’ici 2020. Alors bien sûr, les mesures de maîtrise des dépenses de santé seront toujours d’actualité. Mais elles favoriseront un recours accru aux biosimilaires, c’est-à-dire à des copies de biomédicaments, en particulier à l’hôpital.

 

Les positions du paysage concurrentiel sont loin d’être figées. D’après l’analyse des experts de Xerfi, l’innovation au sein des laboratoires pharmaceutiques est repartie de plus belle. Les acquisitions et partenariats des big pharma avec les sociétés de biotechnologies sont bien sûr passés par là. Résultat : les pipelines des labos regorgent désormais de médicaments biologiques.  Ce qui laisse augurer de nombreuses mises sur le marché ces prochaines années. Premier groupe mondial du biomédicament et leader dans l’oncologie, le Suisse Roche conservera son leadership. Au-delà, deux groupes d’opérateurs tireront leur épingle du jeu. Le premier se compose des laboratoires historiquement en retard en matière de biotechs. Je pense à BMS, Novartis ou encore à Merck & Co. Le second groupe rassemble les big pharma qui ont « biotechisé » leur modèle de R&D, la plupart du temps suite à une acquisition. Il s’agit en particulier de Sanofi ou encore d’Eli Lilly.

 

Pour compléter l’analyse, les experts de Xerfi se sont penchés dans leur étude sur le dynamisme des biotechs françaises. Et il en ressort que l’année 2015 a été exceptionnelle pour elles. Levées de fonds et introductions en Bourse record,signatures de méga-deals avec les géants américains,  résultats cliniques probants…  Bref, la recherche française a démontré toute sa puissance et son attractivité auprès des investisseurs comme des big pharma. Un bémol pourtant :  le tissu français de biotechs est à la traîne vis-à-vis d’autres pays européens. Et sa place sur le marché mondial n’est pas à la hauteur de son potentiel scientifique. Sur la base d’un indicateur exclusif, les experts de Xerfi ont hiérarchisé les principales start-up et analysé les meilleures pratiques des sociétés françaises cotées et non cotées. Parmi celles-ci figurent entre autres  l’ouverture à l’international,  l’éducation de la communauté financière,  la multiplication des partenariats industriels et technologiques, ou encore la gestion du cap de la production de lots cliniques. Autant d’options qui peuvent à l’avenir faire passer les biotechs hexagonales à la vitesse supérieure.

 

Damien Festor, Le marché biopharmaceutique à l'horizon 2020, une vidéo Xerfi Canal TV


Mots clés : IndustrieHigh tech

x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple email / mot de passe n'est pas valide  
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Email :
S'identifier