La revue audiovisuelle de l'économie, la stratégie et du management
CONNEXION
RECEVEZ LES ÉMISSIONS
XERFI CANAL
GRATUITEMENT
Newsletter #006A9E
économie #00aeef
stratégie & management #572475
business #C43031
Fenêtres ouvertes sur la gestion #F9BE13
secteurs

Secteurs

#1BB899
campus

Campus

#7030A0
chaînes partenaires

Partenaires

#BABEC4
Qui sommes-nous ?

QSN

#006A9E
17/10/201903:10

Entre les incertitudes stratégiques, la pression économique, la structuration du travail et la nature des relations de pouvoir et d’interdépendance entre les acteurs, il y a peu de chance qu’une organisation ressemble exactement à une autre.


Pourtant, que d’affirmations péremptoires, vagues ou imprécises on peut lire et entendre sur les entreprises. Elles auraient presque toutes les mêmes imperfections organisationnelles et managériales. Elles devraient être moins formelles, plus collaboratives, moins hiérarchiques, plus innovantes… et j’en passe.

 
De telles généralisations sont grossières mais également pernicieuses car cela pousse certains dirigeants à devenir hypocondriaques, inguérissables des maux dont leur entreprise serait atteinte. Un des symptômes de cette pathologie est la fréquence des réorganisations et des programmes de transformation qu’elles infligent à leurs équipes.


Mon propos ici n’est pas de minimiser l’importance des règles communes de fonctionnement ou de dire que tout va bien et qu’il n’y a rien à changer dans les entreprises. Absolument pas. Mais, le survol des réalités donne l’illusion de la vision d’ensemble, l’impression d’aller vite et le sentiment d’avoir enfin dépassé la complexité des systèmes sociaux et contraints à la performance. 


En fait, ici comme ailleurs, l’offre créé la demande. Une offre pléthorique, alimentée par une grande variété de dealers proposant des solutions génériques et édulcorées de la vie sociale organisée. Car leurs promesses d’adaptabilité aux spécificités organisationnelles et culturelles, se révèlent souvent bien plus cosmétiques que curatives.


A les entendre, l’organisation, le management, la gestion des relations de travail… tout est relativement simple et donc accessible sans beaucoup d’effort. Mais cette simplicité apparente à un coût élevé. Celui de l’ignorance, de la fatigue du corps social et de la dépendance à des tiers s’engageant bien plus facilement sur les moyens que sur les résultats.  


N’est-il pas plus intéressant et fructueux de regarder les entreprises comme des écosystèmes singuliers, avec leur propre stratégie, leurs propres ressources, leur propres contraintes et opportunités et bien sûr leurs propres jeux d’acteurs tant au niveau de la gouvernance que des instances stratégiques et opérationnelles ?


Le problème, c’est qu’une approche écosystémique requiert de passer du temps, notamment sur la phase de diagnostic pour développer une connaissance approfondie du fonctionnement réel de son organisation. Cela nécessite d’étudier attentivement son écosystème au même titre que ce qui est généralement fait pour la stratégie et le développement de nouveaux produits.


Mais quand on croit avoir les moyens de pouvoir faire l’économie d’une compréhension fine de la chose sociale organisée, on est tout à fait à l’aise pour qualifier d’accessoire un tel investissement.


En savoir plus

Mots clés : ManagementTransformationEntrepriseStratégieRessources

x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple email / mot de passe n'est pas valide  
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Email :
S'identifier