Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


"Je crois donc j'ai raison" : de la bonne foi à l'imposture

Publié le lundi 22 novembre 2021 . 3 min. 48

Voir plus tard
Partager
Imprimer

A l’ère de la post-vérité, le « je pense donc je suis » à très vite été remplacé par « je crois donc j’ai raison ». Et c’est ainsi que le prestigieux terme de « scientifique » se dévitalise progressivement de sa substance.


Aujourd’hui plus qu’hier, ce qui est annoncé comme scientifiquement prouvé ressemble souvent à un argument d’autorité sensé porté un coup fatal à son contradicteur.


On prélève parmi la masse d’informations disponible, les conclusions d’études produites ou relayées par d’honorables institutions, d’éminents chercheurs ou d’insignes personnalités. Mais les méthodologies adoptées ne font généralement l’objet d’aucun examen critique de la part de leurs propagateurs. Le fait que ce soit « scientifiquement prouvé » suffit.  


Mais c’est bien mal connaitre la prudence qu’exige l’utilisation du terme « scientifique » surtout en Sciences Sociales et notamment en sociologie, en psychologie et en économie.


Tout d’abord, aussi sophistiquées soient-elles, aucune des techniques qualitatives, quantitatives ou mixtes utilisées pour recueillir et traiter des données ne sont irréprochables. Et le choix de l’une par rapport à l’autre est déjà en soi un renoncement. 


Ensuite, les inférences, interprétations et prédictions réalisées à partir de ces études ne sont pas nécessairement le résultat  d’une démarche méthodologique rigoureuse. Quant aux inévitables limites inhérentes à tout travail d’investigation en sciences sociales, il faut bien reconnaitre que celles-ci sont rarement explicites.


Enfin, il est tout à fait possible de développer un argument fallacieux à partir d’outils scientifiques comme les statistiques dès lors que ceux-ci sont manipulés par une pensée dilettante ou militante.


D’ailleurs, l’importation de techniques utilisées en physique ou en biologie dans les disciplines sociales devrait davantage inquiéter que rassurer.


Car, même les théories fondatrices des sciences dites exactes ne sont pas parfaites et définitives. Depuis Copernic, nous savons combien les affirmations dites scientifiques peuvent s’avérer avec le temps péremptoires et parfois même excentriques.
C’est que l'esprit scientifique ne peut se contenter de la simple observation des choses ou de la sincérité des témoignages recueillis.


Comme l’exhorte très justement Gaston Bachelard, l’esprit scientifique doit commencer par critiquer ce qu’il croit déjà savoir. La connaissance scientifique se construit à partir d'erreurs rectifiées et d’une remise en cause incessante de ses propres fondements. Ainsi, contrairement à une idée largement répandue, la nature même d’une démarche scientifique est sujette à caution.


En conclusion, ce qui compte dans la démarche scientifique, c’est avant tout la rigueur intellectuelle et méthodologique autant que la modestie, la patience et la transparence. Sans ces préceptes à l’œuvre, revendiquer le caractère « scientifique » de son travail c’est chercher, plus ou moins sciemment, à compenser par le prestige du terme ses propres insuffisances.


Mais, selon les termes d’Eric-Emmanuel Schmitt, le dramaturge, lorsque l'on veut convaincre, la bonne foi et l'imposture vont parfois très bien ensemble.


x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER REFUSER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER