Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


L'extrême solitude du pouvoir

Publié le mardi 26 mai 2020 . 4 min. 02

Voir plus tard
Partager
Imprimer

Diriger une organisation est tout sauf un exercice solitaire et pourtant, ce que l’on a coutume d’appeler « la solitude du chef » est une réalité et même une épreuve qu’il vaut mieux choisir que subir.

Il est en effet, difficile d’imaginer diriger une organisation en solitaire, en se tenant à l’écart, isolé des autres. En pratique, les agendas des dirigeants sont naturellement surchargés d’activités en interaction avec une grande variété de personnes : rendez-vous, réunions, discours, rencontres en tous genre et j’en passe.

Voilà pourquoi, les qualités interpersonnelles telles que l’aisance sociale, la capacité à tisser des liens et à négocier sont généralement identifiés comme des attributs indispensables à l’exercice d’un leadership.

Et pourtant, la suractivité sociale du dirigeant n’exclue pas la solitude du pouvoir. Une solitude qui se manifeste surtout lorsque des décisions importantes, ambiguës et risquées nécessitent d’être prise en son âme et conscience.  

En temps de crise, cette solitude est même exacerbée. Pour bien comprendre, de nombreux dirigeants aiment rappeler que lorsqu’un bateau est pris dans une tempête et que les rochers ne sont pas loin, il y a peu de chance que la situation soit dirigée par un comité.

Maintenant, le travail préalable à une prise de décision lourde de conséquence est logiquement réalisé de manière collective. Mais il y a un moment où il faut cesser de consulter car le dirigeant est aussi payé pour décider et agir.

Mais entre le temps des études et de la consultation et celui de la décision et de l’action, il existe un moment très particulier pendant lequel le dirigeant est vraiment seul. C’est le moment où il doit peser le pour et le contre, interroger ses valeurs et sonder sa propre intuition. C’est aussi là qu’il va devoir prendre ses responsabilités et se préparer à en assumer les conséquences.

Dans ces moments-là, le dirigeant ressent nécessairement un sentiment de solitude dont la spécificité varie selon les circonstances, la nature de la décision à prendre mais aussi l’expérience et le caractère du dirigeant.

Cette solitude peut être choisie ou subie. Cela dépend de la façon dont sont vécus ces moments par le dirigeant. La solitude choisie est recherchée pour le sentiment de liberté qu’elle procure : la liberté de faire des choix structurants et porteurs d’avenir pour l’organisation et ses parties prenantes.

Mais attention, la solitude choisie est un alcaloïde. A force d’y prendre goût, certains dirigeants développent un irrépressible besoin de décider seuls sur des sujets où leur valeur ajoutée est loin d’être avérée !

Quant à la solitude subie, elle est symptomatique d’un leadership dysfonctionnel. Elle donne au dirigeant l’impression d’être seul au bord d’un précipice. Tétanisé à l’idée d’aller plus loin, il n’arrive plus à décider et multiplie les études, les sondages, recherche de nouveaux avis. Se faisant, il peut trouver quelques bonnes raisons de procrastiner ou bien caresser l’espoir qu’une absence de décision finira par résoudre la situation.

Cette différence entre solitude de pouvoir subie et solitude du pouvoir choisie fait écho à cette réflexion de Victor Hugo selon laquelle la solitude est bonne aux grands esprits et mauvaise aux petits, car la solitude trouble toujours les cerveaux qu'elle n'illumine pas.


Les dernières vidéos
Management et RH

Les dernières vidéos
d'Eric-Jean Garcia

x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER REFUSER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER