CONNEXION
RECEVEZ LES ÉMISSIONS
XERFI CANAL GRATUITEMENT
La revue audiovisuelle de l'économie, la stratégie et du management
Newsletter #006A9E
économie #00aeef
stratégie & management #572475
business #C43031
IQSOG #F9BE13
secteurs

Secteurs

#1BB899
campus

Campus

#7030A0
chaînes partenaires

Partenaires

#BABEC4
Qui sommes-nous ?

QSN

#4198a9
02/12/202003:20

Diriger c’est être confronté à une grande variété de sujets. Certains comme la finance et la logistique s’appréhendent avec beaucoup de méthode et de logique. D’autres comme le management et la communication sont de nature beaucoup plus sensible et instinctive.


Pour Blaise Pascal, ces deux typologies de sujets sollicitent deux dispositions d’esprits opposées. 


Tout d’abord, il y a l’esprit de géométrie. D’inspiration scientifique, son raisonnement obéit à des principes clairs et prédéfinis. L’esprit de géométrie permet de formuler des raisonnements logiques, imparables et explicites. A l’instar des principes mathématiques, ces raisonnements ne tombent pas spontanément sous le sens et leurs résultats peuvent se révéler contre-intuitifs.


A l’opposé, on trouve l’esprit de finesse. D’inspiration littéraire, cette forme d’esprit se traduit par une capacité à juger d’emblée sans recourir à un raisonnement explicite. Son domaine est avant tout celui du sensible propre à la vie et à l’humain. En accédant de façon empirique à ce qui est observable ou perceptible, l’esprit de finesse relève davantage de l’intuition que du calcul.  


Mais contrairement à ce qui est parfois avancé, ces deux formes d’esprit ne sont pas exclusives l’une de l’autre car l’expérience montre que la plupart d’entre-nous avons une forte prédisposition à l’une des deux.


Dans les entreprises, on trouve beaucoup de dirigeants et de managers « géomètres ». Ce sont ceux qui excellent dans la gestion, l’optimisation financière et fiscale. Friands d’analyses, de process et d’indicateurs de performance, ils adorent optimiser les ressources et tester de nouvelles solutions technologiques pour y parvenir.


En nombre plus restreint, on trouve également des dirigeants et managers « sensibles » qui s’illustrent davantage dans la vision stratégique, le management coopératif et la médiation. Ceux-là assument de faire confiance à leur intuition en espérant que celle-ci soit éclairée par opposition à une intuition révélée et impérative. L’intuition éclairée est une intuition construite à partir de bribes d’expériences et d’observations permettant d’agir malgré un niveau d’incertitude élevé.


Un dirigeant ou un manager accompli réussirai donc à associer « esprit de géométrie » et « esprit de finesse ». Il serait alors capable de raisonner de façon logique et fine à la fois.


D’un côté, il connaitrait les règles de fonctionnement des institutions et des marchés et maîtriserait les outils de gestion. De l’autre, il comprendrait l’évolution du monde, sentirait les ambiguïtés de la société et cultiverait son sens de l’humain et du collectif.  


Quoiqu’il en soit, un déséquilibre trop marqué entre ces deux dispositions d’esprit est sans doute à l’origine de nombreux disfonctionnements et pourrait même expliquer, au moins en partie la chute de certains dirigeants de premier plan comme Jean-Marie Messier, Didier Lombard, Jean-Marc Janaillac et Carlos Ghosn.


En savoir plus

Mots clés : ManagementDirigeantsIntuitionRaisonnementLogique

x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple email / mot de passe n'est pas valide  
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Email :
S'identifier