Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


La stratégie face aux dérives de la valeur actionnariale

Publié le mardi 4 octobre 2016 . 3 min. 31

Voir plus tard
Partager
Imprimer

Si vous allez sur le site Internet de n’importe quelle grande entreprise, vous constaterez que la stratégie à le plus souvent comme objectif la création de valeur. Mais que signifie en fait créer de la valeur ? Et bien, cela dépend du contexte.


Si vous êtes un stratège, la valeur d’une offre est le prix que vos clients sont prêts à payer pour l’obtenir. Apple a ainsi réussi à nous convaincre de payer 1000 euros pour un smartphone, alors que Dacia nous a fait accepter de payer 7 500 euros pour une voiture. Créer de la valeur, c’est mobiliser des coûts pour légitimer un prix aux yeux des clients. La stratégie consiste ainsi à créer de la valeur au-delà des coûts et cette valeur ajoutée est partagée entre les différentes parties prenantes de l’entreprise : les salariés, les clients, les actionnaires, ou l’Etat, notamment sous la forme de la bien nommée Taxe sur la Valeur Ajoutée.


En revanche, si vous êtes un financier, le mot valeur a un sens totalement différent. Il s’agit ici de valeur actionnariale, et créer de la valeur c’est garantir aux actionnaires une rentabilité du capital supérieure à la moyenne. Or, cette notion de valeur actionnariale pose deux problèmes majeurs.


• Tout d’abord, elle postule que l’entreprise a pour objectif l’enrichissement des actionnaires, ce qui relève de la politique et non de l’économie. Le rôle des entreprises, c’est de créer des richesses, afin de contribuer à la prospérité collective. Rien ne suppose a priori que les actionnaires doivent accaparer ces richesses. Au passage, il faut souligner que contrairement à ce qu’on entend trop souvent, les actionnaires ne sont pas les propriétaires de l’entreprise. Une entreprise est une personne morale, elle n’a pas de propriétaires. Les actionnaires détiennent un droit de vote et le droit de percevoir des dividendes, mais ils ne possèdent pas l’entreprise. La différence est considérable : si vous êtes propriétaire d’un chien et que votre chien mord un passant, vous êtes responsable des conséquences. En revanche, si vous êtes actionnaire de BP et qu’une plateforme pétrolière de BP pollue le Golfe du Mexique, vous n’êtes pas responsable : la seule conséquence pour vous est une érosion votre investissement.


• La deuxième limite de la valeur actionnariale est technique : si vous demandez à tous les dirigeants de dégager une rentabilité supérieure à la moyenne de leur industrie, mécaniquement cette moyenne augmente. On est ainsi passé d’une exigence de 7 % de retour sur capitaux investis, à 9, puis à 12, puis à 15 ! Or, dans de nombreuses industries, il est impossible d’atteindre de tels niveaux de rentabilité. De fait, bien des dirigeants, uniquement évalués, promus et rémunérés en fonction de leur capacité à créer de la valeur actionnariale, sont incités à manipuler cet indicateur, par exemple en cédant des actifs, en rachetant des actions ou en se lançant dans des opérations de fusions acquisitions trop risquées.


Il est temps de remettre la finance à sa juste place. Elle a pour mission de trouver les capitaux nécessaires à une entreprise et de placer au mieux les excédents qu’elle dégage. En aucun cas la finance ne doit se substituer à la stratégie. Jack Welch, l’ancien directeur général de General Electric, a déclaré que la valeur actionnariale était l’idée la plus stupide du monde. Il a raison : il est urgent de nous débarrasser de cette idée stupide, avant qu’elle ne corrompe définitivement notre système économique.


x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER REFUSER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER