La revue audiovisuelle de l'économie, la stratégie et du management
CONNEXION
Newsletter #006A9E
économie #00aeef
stratégie & management #572475
business #C43031
Fenêtres ouvertes sur la gestion #F9BE13
secteurs

Secteurs

#1BB899
campus

Campus

#7030A0
chaînes partenaires

Partenaires

#BABEC4
Qui sommes-nous ?

QSN

#006A9E
https://player.vimeo.com/video/225254290?autoplay=1 Frederic-Frery-Frederic-Frery-Tout-bon-stratege-doit-bruler-ses-plans-6505.jpg
13/09/201702:58

En stratégie, vous avez déjà certainement participé à la réalisation d’un plan. Beaucoup d’organisations produisent en effet des plans stratégiques, et l’on demande systématiquement à tous les futurs entrepreneurs de présenter un business plan à leurs investisseurs potentiels. Dans les années 1970 et 1980, il existait dans toutes les grandes entreprises et administrations des départements entiers de planification stratégique, qui réunissaient des dizaines d’analystes chevronnés chargés de produire des plans. De même, la France s’enorgueillissait encore il y a une dizaine d’année d’un Commissariat général au plan, qui depuis a été rebaptisé Commissariat général à la stratégie et à la prospective. Le plan semble donc être indissociable de la réflexion stratégie. Or, savez-vous qu’avoir un plan peut en fait nuire à votre succès stratégique ?


Bien entendu, l’exercice de planification est utile, voire indispensable. Il implique d’analyser précisément votre environnement concurrentiel, d’évaluer les ressources et compétences de votre organisation et de construire des scénarios d’évolution vraisemblables. Planifier, c’est chercher à comprendre afin de prendre les décisions les plus pertinentes. La planification vous permet d’être moins désarmé face à l’incertitude.


Cependant, comme l’a souligné avec raison Henry Mintzberg, une fois que vous avez défini un plan, vous risquez de vouloir l’appliquer, même si dans l’intervalle votre contexte concurrentiel, réglementaire ou technologique a évolué. Dès lors, à vouloir vous en tenir au plan, vous risquez de devenir aveugle à la réalité. En fait, avoir un plan vous enferme, là où l’essence même de la stratégie consiste justement à accroître votre liberté de mouvement. Soyez-en certain : un plan ne résistera pas à l’imprévu. Planifier vous permet d’envisager ce qui pourrait se passer, mais jamais ce qui va effectivement arriver. Le général prussien Helmut von Moltke déclarait ainsi : « aucun plan n’a jamais survécu au premier contact avec l’ennemi », ce que le boxeur américain Mike Tyson a traduit par « tout le monde à un plan, jusqu’au premier coup de poing dans la tête. »


Dans ces conditions, que faut-il faire ? Le Général Eisenhower déclarait avec raison « Les plans sont inutiles, la planification est indispensable ». En fait, la réponse consiste certainement à valoriser la planification – tout en veillant à ce qu’elle reste un exercice de réflexion et qu’elle ne devienne pas un processus bureaucratique – mais à brûler les plans, qui sont des simplifications trompeuses. Être stratège, c’est n’accepter qu’une seule certitude, celle de l’incertain.


Par conséquent, la prochaine fois que vous écrirez un plan, écrivez-le au crayon, ne l’écrivez pas à l’encre.

 

Frédéric Frery, Tout bon stratège doit brûler ses plans, une vidéo Stratégie et Management.


Mots clés : StratégiePlanification

x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple email / mot de passe n'est pas valide  
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Email :
S'identifier