La revue audiovisuelle de l'économie, la stratégie et du management
CONNEXION
Newsletter #006A9E
économie #00aeef
stratégie & management #572475
business #C43031
Fenêtres ouvertes sur la gestion #F9BE13
secteurs

Secteurs

#1BB899
campus

Campus

#7030A0
chaînes partenaires

Partenaires

#BABEC4
Qui sommes-nous ?

QSN

#006A9E
https://player.vimeo.com/video/133668291?autoplay=1 Frederic-Frery-Les-dangers-des-equipes-projets-3957.jpg
02/02/201603:14

Vous l’avez certainement déjà vécu : lorsqu’une entreprise cherche à développer des offres nouvelles ou des produits inédits, elle met souvent en place des équipes projets dédiées. Il s’agit d’une solution intéressante, qui permet de s’affranchir temporairement des règles, des budgets, des normes et des procédures, qui sont indispensables au fonctionnement normal d’une organisation, mais qui peuvent brider la créativité et l’exploration de solutions originales. Les équipes projets, en rassemblant des individus issus de différents services, fonctions et départements, directement placés sous le parrainage de la direction générale, permettent de passer outre la plupart des barrières hiérarchiques et réglementaires et donc de faire émerger des solutions innovantes. Pour autant, la mise en place d’équipes projets doit éviter deux écueils.

 

Tout d’abord, faut-il que les participants soient dédiés à temps plein au projet, ou peuvent-ils conserver en parallèle, par exemple à mi temps, leur activité habituelle ? Vous pourriez penser que conserver un pied dans le quotidien de l’entreprise est un bon moyen de rester au contact de ses attentes et de ses contraintes. Cependant, l’expérience montre que le quotidien l’emporte toujours sur l’exceptionnel. Si les membres de l’équipe projet sont à mi temps, il est très probable que lors de la première semaine, tout le monde sera là. Puis petit à petit, certains vont expliquer qu’ils ont une question urgente à résoudre, une réunion importante à ne pas manquer, un impératif à respecter, et peu à peu la participation à l’équipe projet risque de s’étioler. Mieux vaut donc que les participants soient intégralement dédiés à l’équipe projet. Pour s’en assurer, certaines entreprises créent même des entités autonomes, physiquement séparées de l’activité principale.

 

Le deuxième écueil concerne la composition de l’équipe projet. Si vous êtes dans une trajectoire ascendante au sein de votre entreprise, que vous venez d’être promu et que vous envisagez déjà le poste suivant, il est peu probable que vous soyez volontaire pour participer à une équipe projet, car cela risque de vous écarter de cet itinéraire de succès. De même, si vous êtes responsable d’un service et qu’on vous demande d’affecter un de vos subordonnés à une équipe projet, il est peu probable que vous envoyiez vos meilleurs éléments. Par conséquent, ceux qui se portent volontaires pour participer aux équipes projets ne sont généralement pas ceux qui sont les plus appréciés. Si on n’y prend pas garde, une équipe projet risque même d’être composée de marginaux au sein de l’entreprise, ce qui diminuera d’autant la légitimité de ses travaux. Comment résoudre ce problème ? Une solution consiste à décréter qu’une trajectoire réussie doit nécessairement passer par une équipe projet à un moment ou à un autre. Les managers à haut potentiel ne manqueront donc pas de s’y porter volontaires.

 

Frédéric Fréry, Les dangers des équipes projets, une vidéo Precepta Stratégiques


Mots clés : ManagementFNEGEFrédéric FréryESCP Europe

x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple email / mot de passe n'est pas valide  
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Email :
S'identifier