La revue audiovisuelle de l'économie, la stratégie et du management
CONNEXION
Newsletter #006A9E
économie #00aeef
stratégie & management #572475
business #C43031
Fenêtres ouvertes sur la gestion #F9BE13
secteurs

Secteurs

#1BB899
campus

Campus

#7030A0
chaînes partenaires

Partenaires

#BABEC4
Qui sommes-nous ?

QSN

#006A9E
25/10/201803:46

Où en sommes-nous ? En privilégiant comme titre de son dernier ouvrage, sous-titré une esquisse de l’histoire humaine,  une question somme toute banale, l’anthropologue et historien Emmanuel Todd pose un problème auquel il paraît très difficile de répondre. Le livre à succès de Thomas Friedman publié il y a plus de dix ans, Le Monde est plat, laissait pourtant entrevoir une forte coopération des peuples entre eux plutôt que les phénomènes divergents auxquels nous assistons chaque jour davantage. Or le monde apparaît comme plus gondolé que jamais : comment qualifier autrement notre époque en effet, faites d’importantes remises en question de nos modèles, réchauffement climatique, terrorisme ou chômage de masse, mais aussi de prodigieuses avancées médicales et technologiques? Que faire des faits d’actualités que, depuis nos centres de contrôle occidentaux, nous ne parvenons plus à expliquer, comme la non-reconnaissance de l’homosexualité ou le recul des droits de l’homme dans de trop nombreux pays ?


Si l’on s’en tient à un niveau d’analyse économique, la situation du monde actuel paraît proprement incompréhensible. Or, nous explique Todd, le rouleau compresseur de la mondialisation, que décrivent notamment les économistes, n’entend rien à ce qui se passe au niveau inférieur, et qui détermine tout, à savoir d’autres structures autrement plus déterminantes que l’économie comme la religion, la nation, et plus encore les systèmes familiaux.


Dans ce texte l’auteur entreprend un ambitieux travail de reconstitution historique, qui va d’Homo Sapiens à Donald Trump, en passant par le judaïsme et le christianisme, la construction de l’Europe et de l’Occident. Cette reconstitution des différentes mutations anthropologiques est faite selon une différenciation des systèmes familiaux qui existent depuis la nuit des temps et dont Todd propose une typologie : par exemple avec la famille nucléaire égalitaire telle qu’on la trouve en France, la famille souche qui désigne un héritier unique comme au Japon ou en Corée, la famille communautaire exogame comme en Chine, ou plus complexe à concevoir pour nous européens, la famille nucléaire à corésidence temporaire matriarcale comme en Thaïlande etc.. etc.. La thèse ici soutenue est que notre inconscient collectif porte la marque de ses systèmes familiaux et que sans eux nous sommes précisément incapables de comprendre ce qui nous arrive sur le plan politique et géostratégique : l’apparition de personnages tels que Vladimir Poutine ou Xi Jinping, la sortie des britanniques de l’Union aussi bien que l’opposition à l’égalité hommes-femmes dans de nombreux pays du monde. Aussi ajoute-t-il à cette liste la surconsommation et la violence intrinsèque de la société américaine qui renvoie soutient l’auteur « au modèle de prédation qui caractérisait, (dans cette région du monde), l’homme des origines. »


Au final c’est à un ambitieux cours de management interculturel auquel nous invite cette analyse anthropologique et historique. Si nous voulons mieux comprendre les mutations actuelles de l’économie mondialisée, commençons par réduire ce qui sépare l’économie des autres domaines du savoir, en particulier l’étude des mœurs locales qui nous montrera qu’une humanité homogène est un horizon inatteignable, une lubie qui ne peut faire qu’amplifier les conflits et les chocs de valeurs. Alors que dans ce domaine, comme l’explique Todd, il n’y a pas d’identité absolue mais toujours des identités relatives les unes par rapport aux autres, je le cite p. 107 : « La France n’a vraiment commencé à exister, au XIVème siècle, que par son conflit avec l’Angleterre, les Blancs américains, n’existent que par rapport aux Noirs, les Grecs n’ont été tels que par rapport aux Barbares, les Athéniens par rapport aux Spartiates, les chrétiens par rapport aux Juifs et aux païens. »


Nul ne s’est jamais construit sans référents extérieurs.


En savoir plus

Mots clés : Economie mondialeIdées & débatsIdentitéHumanitésAnthropologieSystèmes familiaux

Où en sommes-nous ? - Une esquisse de l'histoire humaine

Où en sommes-nous ? - Une esquisse de l'histoire humaine

Auteur : Emmanuel Todd
Date de parution : 31/08/2017
Éditeur : Le Seuil
COMMANDER
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple email / mot de passe n'est pas valide  
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Email :
S'identifier