Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


Vertige de la dépendance : nos addictions sont-elles si nuisibles ?

Publié le mercredi 8 décembre 2021 . 4 min. 04

Voir plus tard
Partager
Imprimer

Les dépendances sur le lieu de travail sont un sujet de préoccupation majeure pour la santé des salariés : dépendances liées à la surconsommation d’alcool ou de téléphonie mobile. Mais aussi dépendance comportementale pathologique à l’égard du chef par exemple, dont on n’attend une reconnaissance qui ne vient pas ajoutant ainsi à la pathologie primitive, ou le fameux workaholism, qui désigne selon l’INRS « un investissement excessif d’un sujet dans son travail et une négligence de sa vie extraprofessionnelle ».


Si ces addictions sont problématiques, ce n’est pas que pour des questions de santé, mais parce qu’elles menacent notre liberté, notre intégrité et notre identité. A cause d’elles, nous ne serions plus tout à fait la personne que nous croyions être. Notre autonomie est atteinte en ce que nous devenons tout simplement esclaves de nos assuétudes. Notez que le latin ad-distus, à l’origine du mot addiction, signifie « être dit par » (p. 22). Or cela fait référence à l’esclave qui est celui qui « est dit » par quelqu’un d’autre que lui-même. Notez également que cette sorte d’esclavage s’est progressivement étendue à la société toute entière : que dire de l’endettement déraisonnable de l’Etat, par exemple, qui risque de lui fait perdre sa souveraineté et son indépendance ? Du reste, addictus, en latin cela veut dire être « esclave pour une dette. »


Or c’est dans un texte publié sous le titre « Vertige de la dépendance » que la philosophe Nathalie Sarthou-lajus, rédactrice en chef adjointe de la revue Etudes, suggère paradoxalement de donner une seconde chance à la dépendance. D’abord en constatant qu’elle fait partie de la condition humaine, qu’on ne peut pas ne pas être dépendant de quelque chose ou de quelqu’un, ne serait-ce que dans les périodes de l’enfance et de la vieillesse. Mais aussi et surtout en essayant de rompre avec une vision miséreuse de la dépendance, et en montrer les aspects moins pathologiques, et mois déshonorants.


De fait, remarquons qu’il ne faudrait pas être philosophe, mais plutôt marketer, pour affirmer que l’addiction est précisément ce que nous recherchons le plus souvent dans une relation. « Etre accro » à un produit, une paire de basket ou un smartphone, augmente le plaisir de se les procurer au moment où une nouvelle version arrive sur le marché. La dépendance est un vertige dont un emploi modéré peut être source de contentement.


L’auteur note néanmoins (p. 54) qu’il « ne faut pas sous-estimer les altérations neurobiologiques créées par le produit ou l’activité sources d’addiction, qui rendent en effet difficile le retour à l’état antérieur ». Autrement dit, nulle dépendance n’est tout à fait anodine. Il est toutefois possible d’en faire une expérience « pharmacologique » c’est-à-dire une expérience où le poison se constitue aussi comme remède, où la toxicité associée à une expérience, que l’auteure qualifie « d’heureuse », puisse nous permette dans le même temps de grandir. Comme par exemple éprouver une perte de soi qui soit aussi l’instant d’une redécouverte de notre attachement à autrui. De nos dépendances finalement nous ne guérissons jamais vraiment, mais peut-être pouvons-nous en faire bon usage. Comme l’écrit l’auteur (p. 167) citant Gilles Deleuze : « Etre un peu alcoolique, un peu fou, un peu suicidaire, un peu guérillero, juste assez pour allonger la fêlure, mais pas trop pour ne pas l’approfondir irrémédiablement. »


Au final c’est à une autre ivresse que nous invite ce texte, « entre avidité et abstinence », entre vie sans intensité et vie placée sous le signe des excès et des accoutumances. Aux écrans. A la vitesse. Aux achats compulsifs. Nous sommes tous un peu comme les chanteurs du groupe Feu Chatterton qui annoncent dans leur dernier album vouloir changer le monde mais qui se demandent dans le même temps, en buvant des Spritz, dubitatifs : « Que savons-nous faire de nos mains ? » Zéro répondent-ils, tant ils sont dépendants du système, du wifi et du Bluetooth qui soudainement se mettent à dysfonctionner. Au fond, cette chanson, nommée monde nouveau, nous rappelle utilement que nous sommes toujours dépendants d’un système dans la stricte mesure où l’on ne sait plus rien faire par soi-même. Mais, grâce à ce texte, nous savons aussi combien l’expérience d’une dépendance assumée peut apporter à notre humanité : la convivialité, l’amitié et la confiance ne sont souvent possibles qu’à ce prix.


D'APRÈS LE LIVRE :

Vertige de la dépendance

Vertige de la dépendance

Auteur : Nathalie Sarthou-Lajus
Date de parution : 03/03/2021
Éditeur : Bayard Culture
COMMANDER

Les dernières vidéos
Idées, débats

Les dernières vidéos
de Ghislain Deslandes

x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER REFUSER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER