La revue audiovisuelle de l'économie, la stratégie et du management
CONNEXION
Newsletter #006A9E
économie #00aeef
stratégie & management #572475
business #C43031
Fenêtres ouvertes sur la gestion #F9BE13
secteurs

Secteurs

#1BB899
campus

Campus

#7030A0
chaînes partenaires

Partenaires

#BABEC4
Qui sommes-nous ?

QSN

#006A9E
ACCUEIL STRATÉGIE & MANAGEMENT Notes de lecture Invisibles : les délices des...
02/10/201703:49

Les médias sociaux et en particulier Facebook sont devenus d’immenses zones d’autopromotion perpétuelle. Leur succès est dû en grande partie à cette compétition à laquelle se livrent les utilisateurs pour attirer l’attention des autres habitués du service. Avec les médias participatifs, on assiste au fond à une extension sans limite du domaine de la lutte pour la reconnaissance, pour le nombre de likes - 4,5 milliards distribuées chaque jour sur le réseau social le plus puissant -, pour la promotion de soi comme s’il s’agissait d’une marque.


Le personal branding, revendication inépuisable et insatisfaisante


Cette recherche de notoriété est-elle essentielle aussi bien pour notre bonheur personnel que pour nos futurs succès professionnels ? David Zweig, l’auteur d’un essai non traduit en français Les Invisibles, Celebrating the Unsung Heroes of the Workplace, en doute vigoureusement. Selon lui, les signes de reconnaissance que nous obtenons par ces techniques marketing appliquées à soi-même, n’apportent pas le résultat ni la satisfaction escomptés.


Aussi ces techniques de promotion de soi ont-elles tendance à nous mettre au fond sous la surveillance d’autrui et donc à restreindre notre liberté. Enfin, l’auteur semble nous dire que ce besoin de reconnaissance que nous ressentons tous ne peut jamais être tout à fait comblé. Il se renouvelle à chaque fois que nous pensons devoir la mériter, au point de constituer une revendication jamais assouvie, car inépuisable.


Face à ce modèle, Zweig oppose ces professionnels, héros que nous croisons parfois sur notre lieu de travail sans vraiment les connaître, qui trouvent dans l’exercice même de leur rôle une satisfaction que les médias sociaux ne sont pas à même de leur apporter.


La satisfaction du travail bien fait, pour soi et non pour les autres


Et l’auteur de nous conter les parcours étonnants de personnes dont nous n’avons jamais entendu parler, qui ne souhaitent aucunement entrer dans la danse de la célébrité, et qui pourtant jouissent grâce à leur savoir-faire d'un contentement sans égal. Par exemple cette traductrice des Nations Unies, Giulia Wilkins Ary, qui permet grâce à sa compétence linguistique à des chefs d’Etat ne parlant pas la même langue de s’installer sur la même longueur d’onde, alors même que leurs intérêts divergent et que rien ne les prédispose à s’entendre.


Ou encore Plank, ce technicien inconnu du grand public, que le groupe Radiohead emporte avec lui dans chaque projet de concert depuis plus de vingt ans, et sans qui on peut douter qu’il connaîtrait le succès qui est le sien aujourd’hui. Plank quant à lui témoigne que son seul but est d’apporter au groupe le niveau de technicité musicale dont il a besoin, et avoue ne tirer de bénéfice à titre personnel que du travail bien fait, au moment d’un concert dont les fans se souviendront pour toujours.


De même Denis Poon, l’ingénieur en chef de la Shangaï Tower, et de multiples autres exemples, parmi les militaires, les cuisiniers ou les routiers qui trouvent fierté et accomplissement dans l’exercice de leur métier et notamment dans le fait d’être digne de la responsabilité qui leur a été confiée.


Trop d'énergie perdue dans l'autopromotion


Au fond, pour ces "invisibles", les facteurs de motivations intrinsèques sont autrement supérieurs à leurs motivations extrinsèques dont ils n’ont que faire. Se concentrant sur ce qu’ils savent et ce qu’ils aiment produire, ils évitent ainsi, comme le montre le psychologue Sam Gluckberg cité dans le livre, les soucis de celles et ceux qui concentrent leur efforts sur leur propre autopromotion et perdent l’énergie dont ils ont besoin pour surperformer et innover dans le métier qui est le leur.


La leçon de l’ouvrage porte un nom, celui de l’eudémonie au sens des Grecs, c’est-à-dire ce bien-être consistant non pas à se regarder soi-même dans le miroir que nous renvoient ceux qui nous regardent, mais à agir pour le monde et pour autrui, en se contentant d’un bonheur de vivre ancré sur la réalisation méticuleuse et concrète de ce dont nous sommes capables, et que parfois nous ignorons nous-mêmes.

 

Ghislain Deslandes, Invisibles : les délices des réussites discrètes, une vidéo Stratégie et Management.


Mots clés : ManagementRéussite

Invisibles, Celebrating the Unsung (méconnus)Heroes of the workplace

Invisibles, Celebrating the Unsung (méconnus)Heroes of the workplace

Auteur : David Zweig
Date de parution : 09/07/2015
Éditeur : Portfolio
COMMANDER
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple email / mot de passe n'est pas valide  
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Email :
S'identifier