La revue audiovisuelle de l'économie, la stratégie et du management
CONNEXION
Newsletter #006A9E
économie #00aeef
stratégie & management #572475
business #C43031
Fenêtres ouvertes sur la gestion #F9BE13
secteurs

Secteurs

#1BB899
campus

Campus

#7030A0
chaînes partenaires

Partenaires

#BABEC4
Qui sommes-nous ?

QSN

#006A9E
https://player.vimeo.com/video/260226728?autoplay=1 Jeremy-Robiolle-JRO-Le-marche-de-la-signalisation-et-des-equipements-de-la-route-7353.jpg
29/05/201802:51

Et si les fabricants de signalisation routière voyaient enfin le bout du tunnel. Les pouvoirs publics ont finalement débloqué des fonds d’urgence, après des années de sous-investissement, pour les autoroutes et les nationales. L’abaissement de la vitesse de 90 à 80 km/h sur les routes secondaires nécessite également de changer 20 000 panneaux, une aubaine pour les équipementiers spécialisés... Dans ces conditions, les perspectives s’annoncent très favorables d’ici 2020 pour l’activité des entreprises du secteur, activité qui était déjà repartie à la hausse depuis 2016 selon l’étude Xerfi France. Seule ombre au tableau, et de taille : la rénovation des routes est éminemment politique. Son financement est de fait tributaire des décisions des pouvoirs publics mais aussi d’acteurs privés. À titre d’exemple, les équipementiers de la route suivent de près les négociations très serrées entre l’Etat et les concessionnaires d’autoroutes.

 

Avec l’arrivée de la voiture intelligente, le marché de la signalisation et des équipements de la route doit également prendre le virage du numérique. C’est même une véritable course technologique qui est en train de s’enclencher. Une course technologique qui mettra les équipementiers aux prises avec d’autres acteurs privés, comme par exemple les constructeurs ou les groupes IT, dotés d’une force de frappe bien supérieure. Dans ces conditions, les fabricants devront développer des solutions innovantes. Déjà, certains proposent des dispositifs « nouvelle génération », comme les panneaux alimentés par l’énergie solaire et équipés de LED, capables d’afficher plusieurs niveaux de vitesse. Demain, avec la voiture intelligente, ils devront passer à la vitesse supérieure en proposant des systèmes connectés capables de répondre aux capteurs numériques embarqués des véhicules.

 

Cette transformation aura inévitablement des effets sur le modèle des acteurs de ce marché. En réalité, la digitalisation de l’offre et l’hyperconnexion des équipements de la route pourraient le transformer de façon radicale. En clair, les acteurs pourraient bien troquer leur statut de simple industriel de la signalisation routière pour celui de prestataire de services clés en main. Je veux dire qu’ils assureraient alors la fabrication et la pose des équipements mais aussi la maintenance et l’exploitation. Les équipementiers deviendraient en fait les gestionnaires d’un parc d’équipements routiers connectés, intelligents et pilotables à distance. Ce qui aurait pour conséquence de modifier leur mode de rémunération. Celui-ci ne reposerait plus sur la vente d’un produit mais plutôt sur son usage sous la forme de locations ou de redevances. De quoi assurer des revenus plus réguliers aux opérateurs, qui pourraient alors s’affranchir des décisions d’investissement des pouvoirs publics…


En savoir plus

Mots clés : IndustrieVéhicule AutoroutesEquipementSignalisationSignalisation routièreCirculation routière

Les dernières vidéos de Jérémy Robiolle

Les dernières vidéos Secteurs & marchés

x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple email / mot de passe n'est pas valide  
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Email :
S'identifier