La revue audiovisuelle de l'économie, la stratégie et du management
CONNEXION
RECEVEZ LES ÉMISSIONS
XERFI CANAL
GRATUITEMENT
Newsletter #006A9E
économie #00aeef
stratégie & management #572475
business #C43031
Fenêtres ouvertes sur la gestion #F9BE13
secteurs

Secteurs

#1BB899
campus

Campus

#7030A0
chaînes partenaires

Partenaires

#BABEC4
Qui sommes-nous ?

QSN

#006A9E
https://player.vimeo.com/video/188980234?autoplay=1 Jerome-Barthelemy-Pour-reussir-un-dirigeant-n-est-pas-toujours-visionnaire-5563.jpg
02/02/201702:54

Au début des années 2000, Andy Grove, alors PDG d’Intel a décrit le métier de dirigeant de la manière suivante : « Aucun d’entre nous ne sait vraiment où il va. Personnellement, je n’en ai aucune idée … Le problème est que les décisions n’attendent pas. Vous ne pouvez pas rester les bras croisés en attendant que la situation se décante … Vous avez donc intérêt faire deux choses : agir en fonction de ce que vous pensez être vrai et changer de cap le plus rapidement possible lorsque vous vous rendez compte que vous faites fausse route. Et il ne faut pas que cela vous déprime. Si vous êtes trop déprimé, vous ne parviendrez pas à motiver vos collaborateurs. Vous devez donc garder le moral tout en étant parfaitement conscient que vous n’avez aucune idée de ce que vous êtes en train de faire. »

 


Lorsque je présente cette réflexion à des managers, ils sont surpris … et parfois même choqués. Comment ! Un dirigeant aussi réputé qu’Andy Grove ne savait pas où il allait ! Il changeait de cap en permanence ! Il était conscient de ne pas savoir où il allait … et il ne le disait pas à ses collaborateurs !
Une étude menée dans les années 1980 permet d’expliquer cette réaction. Dans cette étude, Barry Staw et Jerry Ross ont présenté quatre scénarios à des managers et à des étudiants de Business Schools :

 


• dans le premier scénario, le dirigeant s’en tenait toujours à la même stratégie et connaissait le succès ;
• dans le deuxième scénario, le dirigeant testait plusieurs stratégies et finissait par connaître le succès ;
• dans le troisième scénario, le dirigeant s’en tenait toujours à la même stratégie mais échouait ;
• dans le quatrième scénario, le dirigeant testait plusieurs stratégies et finissait par échouer.

 


Comment les managers et les étudiants ont-ils évalué les dirigeants ? Sans surprise, les dirigeants qui connaissaient le succès ont été mieux évalués que ceux qui échouaient. Plus intéressant, les dirigeants qui connaissaient le succès en s’en tenant toujours à la même stratégie ont été systématiquement mieux évalués que ceux qui y réussissaient après avoir testé plusieurs stratégies. Notons également que cet effet était beaucoup plus marqué chez les managers que chez les étudiants.

 


Dans le monde de l’entreprise, on valorise donc particulièrement les dirigeants visionnaires (ceux qui sont capables de formuler très tôt une stratégie qui s’avèrera « gagnante » …) et persévérants (ceux qui s’en tiennent à cette stratégie contre vents et marées …). Les managers sont donc surpris lorsque des dirigeants aussi réputés qu’Andy Grove expliquent qu’ils ne sont ni visionnaires ni persévérants. Dans un monde de plus en plus imprévisible, son approche « expérimentale » est pourtant la meilleure pour espérer connaître le succès.


 
Source : Staw, B. & Ross, J. (1980), “Commitment in an experimenting society: A study of the attribution of leadership from administrative scenarios”, Journal of Applied Psychology, 65(3), 249.


En savoir plus

Mots clés : StratégieRecherche en gestionDirigeantsSuccèsEntreprise

x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple email / mot de passe n'est pas valide  
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Email :
S'identifier