De l'intelligence des données à l'expertise augmentée
Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?

Voir plus tard
Partager
Imprimer

Depuis quelques années, on parle beaucoup de « business model ». S’il est assez facile de le représenter (en utilisant le fameux « business model canvas » …), on ne sait pas toujours comment le faire évoluer. Pour y parvenir, on a intérêt à se poser trois questions :


•          Pourquoi nos produits ou nos services ne sont-ils pas gratuits ? Historiquement, les utilisateurs ont toujours payé pour les produits ou les services dont ils bénéficiaient. A l’ère des plateformes, ce n’est plus forcément le cas. Par exemple, les internautes qui utilisent le moteur de recherche Google ne paient pas pour ce service. Ce sont les annonceurs qui le financent.


•          Pourquoi n’adopte-t-on pas une approche « taxi » plutôt qu’une approche « bus » ? Dans l’approche « bus », l’entreprise propose le même  produit ou le même service à ses clients. Dans l’approche « taxi », les produits ou les services sont adaptés aux besoins spécifiques des clients. Notons qu’une même entreprise peut simultanément utiliser les deux approches. Par exemple, Google utilise une approche de type « bus » pour son moteur de recherche et une approche de type « taxi » pour les annonceurs.


•          Pourquoi ne confie-t-on pas certaines activités à des partenaires (plutôt que de les réaliser en interne) ? Cette question porte la chaine de valeur de l’entreprise. Plutôt que de réaliser certaines activités en interne, on a parfois intérêt à les confier à des fournisseurs ou à des partenaires. Pour lutter contre l’iPhone dans la téléphonie mobile, Google s’est alliée avec des entreprises comme Samsung, HTC ou Sony. Cela lui permet de se focaliser sur le système d’exploitation mobile Android.


En bref, il n’y a pas de recette miracle pour faire évoluer son business model. Mais trois questions peuvent stimuler notre créativité : Pourquoi nos produits ou nos services ne sont-ils pas gratuits ? Pourquoi n’adopte-t-on pas une approche « taxi » plutôt qu’une approche « bus » ? Pourquoi ne confie-t-on pas certaines activités à des partenaires (plutôt que de les réaliser en interne) ? 


 
Source : Baden-Fuller, C., Haefliger, S. (2013). Business models and technological innovation. Long Range Planning, 46, 419-426.


Publié le jeudi 2 novembre 2017 . 2 min. 12

x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :