La revue audiovisuelle de l'économie, la stratégie et du management
CONNEXION
Newsletter #006A9E
économie #00aeef
stratégie & management #572475
business #C43031
Fenêtres ouvertes sur la gestion #F9BE13
secteurs

Secteurs

#1BB899
campus

Campus

#7030A0
chaînes partenaires

Partenaires

#BABEC4
Qui sommes-nous ?

QSN

#006A9E
https://player.vimeo.com/video/165867286?autoplay=1 Jerome-Barthelemy-Jerome-Barthelemy-Une-astuce-decisive-pour-verifier-le-respect-integral-d-un-contrat-4937.jpg
25/10/201602:36

Au début des années 1980, le groupe de hard rock américain Van Halen connait un succès considérable. Il se déplace dans tous les Etats-Unis avec une quantité impressionnante de matériel. Alors que les autres groupes se contentent de trois semi-remorques, il lui en faut dix-huit !


Van Halen a sa propre équipe technique mais il travaille aussi avec des prestataires locaux. L’organisateur local doit signer un contrat de 53 pages contenant de nombreuses clauses techniques. L’une d’entre elles est plus surprenante. En effet, elle prévoir la mise à disposition d’un bol de M&Ms. Elle précise aussi que ce bol ne doit pas contenir de M&Ms marrons … sous peine d’annulation du concert (article 126 page figurant page 43 du contrat) !


Quelques années plus tard, des journalistes finissent par apprendre l’existence de cette clause. Ils reprochent alors aux membres du groupe Van Halen (et notamment à son chanteur David Lee Roth …) d’être des « divas ». Comment peut-on avoir des exigences aussi délirantes que la mise à disposition d’un bol de M&Ms ne contenant aucun bonbon marron ?  Il semble pourtant que cette clause n’ait pas simplement été un caprice de star … Comme David Lee Roth l’a raconté dans son autobiographie, les salles de concert dans lesquelles Van Halen se produisaient étaient souvent anciennes. Un accident pouvait facilement se produire et le groupe voulait être sûr que les organisateurs locaux aient bien lu l’intégralité du contrat.


La première chose que David faisait en arrivant sur les lieux du concert était d’inspecter le bol de M&Ms. S’il repérait des bonbons marrons, il en déduisait que les organisateurs locaux n’avaient pas bien lu le contrat … ou qu’ils n’avaient pas jugé nécessaire de respecter toutes ses clauses. Il détruisait alors sa loge … et demandait une vérification complète de tous les équipements. S’il ne voyait pas de bonbons marrons, il détruisait aussi sa loge (pour que son astuce ne soit pas éventée …).


Quels enseignements peut-on tirer de cette histoire ? Pour s’assurer qu’un fournisseur ou un prestataire a bien lu un contrat, il suffit d’y glisser une clause anodine … mais dont le respect ou le non-respect sont faciles à observer. Cette technique n’est pas réservée aux groupes de rock !

 

Source : Dubner, S. J., & Levitt, S. D. (2014), Think like a freak, Harper Collins.


En savoir plus

Mots clés : ManagementEntrepriseContratBusiness

x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple email / mot de passe n'est pas valide  
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Email :
S'identifier