CONNEXION
RECEVEZ LES ÉMISSIONS
XERFI CANAL GRATUITEMENT
La revue audiovisuelle de l'économie, la stratégie et du management
Newsletter #006A9E
économie #00aeef
stratégie & management #572475
business #C43031
IQSOG #F9BE13
secteurs

Secteurs

#1BB899
campus

Campus

#7030A0
chaînes partenaires

Partenaires

#BABEC4
Qui sommes-nous ?

QSN

#4198a9
17/02/202106:34

Les entreprises recherchent des talents et font des bilans de compétence. Il y a une tendance très nette à confondre les deux notions. Est-ce volontaire ou inconscient ?

La compétence est une certaine capacité à faire comme il faut, avec souvent des normes établies, des mesures de succès et de conformité.

Le talent c’est autre chose. Souvent la personne de talent nous irrite car elle arrive à faire mieux que nous et différemment.
Comment accepter que quelqu’un qui ne raisonne pas et n’agit pas comme nous y arrive mieux. Le talent, celui de l’autre, est peut-être la réponse.

L’entreprise recherche évidemment des talents pour leur agilité et leur adaptation à la nouveauté mais en quantité plutôt homéopathique.
La structure, comment
on l’appelle, mise massivement sur la norme, la conformité. Elle a peur des talents.

Le talent serait donc différent de la compétence, à l’opposé : rare, imprévisible souvent, surprenant toujours, alors que la compétence s’exprime dans ce qui est attendu et espéré. Comment équilibrer entre ces deux besoins dans l’entreprise, et vous, où voulez-vous être, et où êtes-vous en regard de ces deux expressions du savoir-faire ?

Nous allons d’abord essayer de comprendre quel est l’ADN de ce talent, puis de savoir sur quoi il repose, ensuite de voir comment il établit un rapport à l’autre et enfin je vous suggèrerai un test pour voir si dans votre organisation vous gérez les talents ou plutôt les compétences.

Le talent est souvent présenté comme une aptitude particulière, une qualité rare, une façon de faire très personnelle. D’où vient-il donc ? Nous avons besoin de répondre à cette question pour espérer le gérer dans sa valeur. Sinon nous sommes dans le simple constat du côté marginal du talent et nous nous précipiterons alors rapidement vers les compétences beaucoup plus accessibles à la gestion d’une direction des ressources humaines ou d’un manager.

Mais admettre le talent de l’autre et le gérer c’est accepter de pouvoir intervenir sur ce qui nous échappe largement.
Je ne vais pas tourner autour du pot et je vous livre dès à présent le  résultat central  de recherches menées dans le cadre d’un enseignement à l’école HEC depuis de riches années et avec un nombre d’invités significatif représentatif des talents: artistes, producteurs, metteurs en scène, imprésarios etc.

Le verdict est sans appel : le talent est une forme de névrose. Cette névrose est plutôt positive, par chance elle peut être lucrative, « banquable », car elle va déterminer un style. Nous reconnaissons où est le talent à sa forme très spécifique de répétition qui exprime l’obsession, la névrose répétitive dans ses variations: cinq notes et nous reconnaissons le compositeur, trois coups de pinceau et le peintre est identifié, quatre images et le metteur en scène est reconnu.

Il en est ainsi parce que la névrose du talent est justement de répéter constamment les ou la même interrogation, sous des formes parfois diverses mais avec obstination, afin de comprendre ce quelque chose qui nous échappe au moment où la question se pose. Cette façon de faire, ce style, cette marque est celle du talent. Le metteur en scène Mel Brooks disais : « j’aime les gens qui ont beaucoup de talent et peu de neurones, ce n’est pas toujours facile comme combinaison, il faut la trouver. J’ai compris que s’il y a trop de neurones cela diminue le talent et alors nous devons courir après ce dernier quand il apparaît. »

Si l’ADN du talent est la névrose, son incarnation est Hollywood, monde de saltimbanques qui a introduit des normes dans la profession du cinéma, une combinaison de l’efficacité américaine et du dilettantisme artistique et créatif. Hollywood est une machine à encadrer les talents par des compétences. La norme est au service de la différence, du style, pas toujours.

Mais attention ce talent s’inscrit toujours dans un environnement immédiat, dans un futur, mais aussi dans un leadership. Il va donc incarner une vision. Quel est le talent d’un entrepreneur ? Est-ce l’innovation, l’esprit d’entreprise ou le sens du jonglage entre des domaines disjoints comme le marketing la technique et la finance ?

Il n’y a aucun jugement moral aucune culpabilité aucun regret dans les talents car ces derniers s’adressent à la machine à désir qui est notre cerveau. C’est cela qui fait sa valeur élevée. Le talent dialogue avec nos neurones, la névrose de l’autre cherche nos neurones miroirs et parfois elle les trouve : coup de foudre.

Comment à ce stade vous sentez-vous ? Peut-être avez-vous envie de réagir, éventuellement en rejetant ces propos ou au contraire en voulant les développer, ou peut-être aussi on vous interrogeant vous-même sur la parabole des talents qui nous est toujours adressé : qu’as-tu fait de ton talent ? Parabole mystérieuse car comme vous le savez le mot talent à la même origine que le mot dollar et donc valeur. Le talent est une valeur, il faut donc le proposer pour être dans la vie. Pour vous aider dans cette quête de sens et de vie je vous propose quelques questions simples qui secouent pourtant quand on se les pose.

Les voici :
1. Quels sont les talents qui manquent dans votre entreprise ?
2. Pourquoi ?
3. Est-ce que nous les avions ?
4. Est-ce que nous les avons perdus ?
5. Quelles sont les talents visibles que nous possédons ?
6. Sont-ils valorisés ?
7. Avons-nous le courage d’aller dénicher les talents cachés ?
8. Si oui comment ?
9. Le talent est-il cyclique ponctuel ou relève-t-il d’un besoin permanent ?
10. Et moi et moi, que fais-je, qu’ai-je fait et que ferai-je de mon talent, si j’en ai ? Suis-je trop bien élevé ?

Vous pouvez bien évidemment vous référer aussi à des situations de talent soit dans le business soit dans les arts et en tirer des conclusions. Quel est le talent de certains cinéastes qui sont presque des idoles ? Pourquoi reconnaît-on immédiatement la musique de Mozart de Bach ou des Beatles ? Le peintre Andy Warhol n’a-t-il pas simplement mis en scène sa névrose répétitive ? Votre patron est-il talentueux et névrosé ?

Et vous pourquoi avez-vous envie de dire certaines choses à l’infini, de radoter aux yeux de certains? A vous de trouver.


En savoir plus
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple email / mot de passe n'est pas valide  
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Email :
S'identifier