Connexion
Accédez à votre espace personnel
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégie & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


Le mercato des "business directeurs" à la tête des grandes écoles

Publié le mardi 5 novembre 2019 . 3 min. 30

Voir plus tard
Partager
Imprimer

Le transfert de José Milano de la direction générale de Kedge BS à la direction générale déléguée du groupe Inseec U. est venue confirmer l’existence d’un véritable « mercato » au sein du monde des écoles de management françaises. Tout récemment Jean-Christophe Hauguel est passé de l’EM Normandie à l’ISC alors que Tawhid Chtioui a pris la direction de emlyon après avoir occupé par celle de l’ICD. Et si on remonte un peu plus loin dans le temps, Delphine Manceau est passée par l’EBS et ESCP Europe avant de rejoindre la direction de Neoma. Isabelle Barth a dirigé l’EM Strasbourg avant l’Inseec SBE. Etc. Etc. Pour autant il n’est pas non plus impossible de faire carrière dans la même école. C’est après 16 ans passés au sein de Toulouse BS que Stéphanie Lavigne vient d’en prendre la direction. Même trajectoire pour Christophe Germain au sein d’Audencia ou encore d’Emmanuel Métais à l’Edhec.

Un univers en profonde mutation. Ces deux dernières année ce sont treize Grandes écoles de management qui ont vu leur directeur changer. En trois ans on monte à 27 écoles sur une quarantaine d’écoles dont le programme Grande école possède le grade de master. Un vrai bouleversement qui correspond aussi à l’évolution d’un secteur de plus en plus concurrentiel. Car qu’ont en commun les « Sup de Co » des années 80 et les business schools des années 2010. En 30 ans on est passés de petits groupes centrés sur leur territoire à des entreprises mondialisées. Aujourd'hui une business school c’est plus de 5 000 étudiants – 12 000 pour Kedge et le double pour le groupe Inseec U. - plus d’une centaine de professeurs permanents, autant de personnels administratifs et des centaines d’intervenants. Une business school c’est aussi une communauté d’alumni, d’entreprises, de collectivités, d’universités partenaires dans le monde entier et même souvent de campus délocalisés. Le tout alors que leur business model évolue avec des chambres de commerce et d’industrie qui se désinvestissent petit à petit du secteur et des groupes privés qui y font leur entrée. Sans parler d’une concurrence internationale effrénée qui passe par la course aux accréditations et aux bons classements.

Quel est le profil idéal ? Face à ces défis les business schools sont à la recherche de managers capables aussi bien de dialoguer avec les banques qu’avec les professeurs. Capables de convaincre les entreprises de monter des chaires et les étudiants de débourser des frais de scolarité de plus en plus élevés. Le tout en montant des projets de partenariat dans le monde entier. Un mouton à cinq pattes le directeur d’une business school aujourd'hui ? Sans aucun doute quand on parcourt les fiches de postes pour lesquels il faut être à la fois trilingue, pédagogue, fin manager, mobile, capable d’entraîner ses équipes voire titulaire d’un doctorat (et quant à faire passé par une grande business school américaine). Si la plupart des directeurs sont aujourd'hui des professeurs des hommes d’entreprise comme José Milano trouvent également très bien leur place dans un univers de plus en plus proche de l’entreprise. D’anciens directeurs d’écoles d’ingénieur s’y sont également risqués. La plupart sans succès. Au contraire aujourd'hui c’est le n°2 de l’Essec – et ingénieur de formation – Nicolas Glady qui est pressenti pour prendre la direction de Télécom Paris. Une sorte de reconnaissance d’un modèle : celui du directeur de l’école de management à la française.


x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER REFUSER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER