CONNEXION
RECEVEZ LES ÉMISSIONS
XERFI CANAL GRATUITEMENT
La revue audiovisuelle de l'économie, la stratégie et du management
Newsletter #006A9E
économie #00aeef
stratégie & management #572475
business #C43031
IQSOG #F9BE13
secteurs

Secteurs

#1BB899
campus

Campus

#7030A0
chaînes partenaires

Partenaires

#BABEC4
Qui sommes-nous ?

QSN

#4198a9
ACCUEIL STRATÉGIE & MANAGEMENT Comprendre Comprendre la sérendipité :...
https://player.vimeo.com/video/507425059?autoplay=1 Philippe-Gattet-Comprendre-la-serendipite-quand-le-hasard-ne-doit-rien-au-hasard-306347839.jpg
16/02/202105:06

Le hasard fait parfois bien les choses, et surtout quand sont à la manœuvre des personnalités curieuses et judicieuses. C’est la principale idée sous-jacente de la « sérendipité », terme profond et complexe à comprendre, et qui résonne tout particulièrement dans l’univers de la stratégie d’entreprise et du management. Trop souvent, on associe la sérendipité au fait de découvrir quelque chose que l’on ne cherchait pas ou au fait d’innover de façon fortuite grâce à un heureux hasard. C’est une simplification trompeuse, car comme nous allons le voir, la sérendipité relève de mécanismes comportementaux conscients et inconscients bien plus complexes… où finalement le hasard ne doit rien au hasard.


Comme nous le rappelle la maitre de conférence Sylvie Catellin dans son livre « Sérendipité. Du conte au concept » paru en 2014, la sérendipité, qui nous vient tout droit de l’anglais « serendipity » a été inventé en 1754 par l’écrivain britannique Horace Walpole, qui s’était lui-même inspiré d’un conte persan relaté par le Français Louis de Mailly. Dans ce conte, il était question des aventures des Trois princes de Serendip qui, tels des détectives, décryptent une série d’événements de façon apparemment fortuite, mais qui en réalité font preuve d’une très grande sagacité. Car oui, la sérendipité est une capacité ou une aptitude qui tient bien plus de la perspicacité que du hasard comme on l’enseigne parfois.


Pour saisir ce qu’est la sérendipité, mettons-nous dans la peau de Sherlock Holmes. Dans son travail de détective, le héros de Conan Doyle utilise son flair légendaire pour résoudre une énigme à partir d’indices insignifiants, parfois contradictoires ou sans liens apparents. En fait, ce personnage met en œuvre ce que le prix Nobel d’économie Daniel Kahneman désigne par système 1, un mode de pensée rapide et intuitif qui s’oppose au système 2, plus lent et plus logico-déductif. La sérendipité ne doit donc rien au « hasard heureux » comme on le lit trop souvent. Comme le disait Louis Pasteur : « le hasard ne favorise que les esprits préparés ».


En vérité, il y a deux conditions fondamentales à la découverte par sérendipité : la liberté et le savoir. Pour apporter de la clarté à mon propos, je vais m’appuyer sur l’exemple très éclairant de l’invention de l’aspirateur cyclonique par James Dyson.


• 1er condition de la sérendipité : la « liberté ». L’innovation par sérendipité exige de laisser la place à l’aléatoire, à l’échange, à la diversité et à la prise de risque. L’inventeur James Dyson aurait eu l’idée de son aspirateur sans sac en observant un système d’épuration de l’air dans une scierie. En travaillant ensuite avec des ingénieurs japonais pour leur vendre sa technologie, Dyson a du affiner sa technologie cyclonique, une technologie qu’il a pris le risque de développer avec ténacité pendant près de quinze ans avant de produire son propre modèle. Mais il fallait encore être capable de transgresser le modèle économique dominant des fabricants d’aspirateurs tels que Hoover, qui généraient l’essentiel de leurs bénéfices avec la vente de filtres et de sacs.

• La 2e condition de la sérendipité, c’est le savoir. Le savoir, c’est même une condition essentielle de la découverte par sérendipité. Ce n’est donc pas le fruit du hasard si James Dyson a arrêté son attention sur le système d’épuration de l’air d’une scierie : en fait, il disposait d’une formation en dessin industriel, il était spécialiste du travail du bois, et il avait déjà passé une bonne dizaine d’années à concevoir des produits avant d’avoir l’idée de son aspirateur cyclonique. Il disposait en vérité de tous les éléments de connaissance techniques indispensables pour faire cette innovation.


Conjugués ensemble, liberté et savoir apportent étonnement et créativité. Pour s’étonner, il faut déjà savoir identifier de ce que la règle peut avoir d’arbitraire ou d’aberrant. Être créatif, c’est finalement détecter et générer une configuration originale à partir de la connaissance d’éléments déjà connus.


Sans pouvoir ici être exhaustif, on peut donner quelques pistes impressionnistes sur les éléments qui favorisent l’innovation par sérendipité. Il faut d’abord insister sur la curiosité et la capacité de s’étonner. Un talent qui se renforce avec le goût pour la transgression des règles établies, la remise en cause du conformisme, le courage de s’opposer aux modèles dominants. La multidisciplinarité joue souvent un grand rôle, car elle permet de détecter des configurations nouvelles à l’interface de plusieurs disciplines. Enfin, il faut aussi faire confiance à l’expérience accumulée dans ses émotions, et développer ses capacités d’intuition.


Une démarche à l’opposé des modèles logico-déductifs trop souvent privilégiés dans les sciences économiques et de gestion.


En savoir plus
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple email / mot de passe n'est pas valide  
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Email :
S'identifier