La revue audiovisuelle de l'économie, la stratégie et du management
CONNEXION
RECEVEZ LES ÉMISSIONS
XERFI CANAL
GRATUITEMENT
Newsletter #006A9E
économie #00aeef
stratégie & management #572475
business #C43031
IQSOG #F9BE13
secteurs

Secteurs

#1BB899
campus

Campus

#7030A0
chaînes partenaires

Partenaires

#BABEC4
Qui sommes-nous ?

QSN

#006A9E
https://player.vimeo.com/video/380007980?autoplay=1 Philippe-Gattet-La-percee-des-banques-en-ligne-et-neobanques-306346562.jpg
04/02/202003:25

La banque de détail est en pleine effervescence. Après les banques en ligne, c’est au tour des banques mobile first et des néobanques de faire leur apparition sur le marché. Leur promesse est claire : proposer des prix plus attractifs, une expérience client renouvelée pour suivre les nouveaux usages numériques ainsi qu’une gamme de produits simplifiés, le tout accessible depuis un smartphone. Preuve de leur percée, ces nouveaux acteurs cumulaient déjà plus de 8 millions de clients en France en septembre 2019. Un nombre qui progresse à un rythme soutenu grâce à des stratégies de conquête très offensives et à l’afflux de nouveaux entrants comme récemment Xaalys ou Holvi. Autrefois importantes, les barrières à l’entrée s’amenuisent en effet désormais dans les métiers bancaires avec l’évolution du cadre réglementaire, les avancées technologiques et les ressources financières considérables des sociétés de capital-investissement et autres investisseurs institutionnels. Depuis 2010, les néobanques ont ainsi levé 200 M€ en France sur un total de 1 500 M€ pour l’ensemble des fintech en France.


Mais déjà une vague de consolidation pointe à l’horizon au regard des difficultés des acteurs à atteindre l’équilibre financier. Seuls deux auraient en effet dépassé le « point mort » pour le moment malgré des coûts allégés en l’absence de réseaux physiques. Pourquoi ? Hé bien d’abord parce que les coûts d’acquisition clients des banques en ligne comme ING ou Boursorama sont très élevés car elles versent des primes de bienvenue pour toute ouverture d’un compte afin d’attirer le chaland. Deuxièmement, la logique freemium ou à bas prix ne permet pas de dégager encore suffisamment de revenus pour couvrir les coûts d’exploitation. Enfin, leur offre se veut épurée de tout service ou produit connexe. C’est une force mais aussi une faiblesse car des produits comme les comptes épargne, assurances-vie, PEA, ou encore les assurances génèrent de précieux revenus dont se privent pour le moment les banques digitalisées.


L’élargissement de l’offre constitue donc un enjeu clé pour elles. ING ou Fortuneo, banques digitales de 1er génération, proposent des crédits immobiliers de même que des solutions d’épargne. Certaines néobanques s’y mettent également, comme en témoigne le partenariat conclu par N26 avec la plateforme de financement participatif Younited Credit. Ces acteurs ne veulent plus aussi se cantonner au rôle de banque secondaire ou complémentaire et souhaitent se positionner comme banque principale et ainsi concurrencer directement les opérateurs traditionnels. Attention toutefois au risque bien réel d’indifférenciation de l’offre et d’accroissement de la concurrence par les prix. D’autant que les banques traditionnelles cherchent de leur côté à proposer des offres alternatives à celles des néobanques, en jouant sur leurs atouts en termes de notoriété et de sécurité. Plusieurs grandes banques françaises telle Crédit Agricole avec Eko ou encore le groupe La Poste avec Ma French Bank ont développé des offres compte courant + carte de paiement à prix attractifs 100% mobile. Une contre-offensive qui risque de compliquer un peu plus le développement futur des néobanques indépendantes sur le marché français…


En savoir plus

Mots clés : Mutation digitaleBanque, finance, assuranceNumériqueEpargneDigitalFinanceBanqueCréditMoyens de paiements

x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple email / mot de passe n'est pas valide  
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Email :
S'identifier