La revue audiovisuelle de l'économie, la stratégie et du management
CONNEXION
Newsletter #006A9E
économie #00aeef
stratégie & management #572475
business #C43031
Fenêtres ouvertes sur la gestion #F9BE13
secteurs

Secteurs

#1BB899
campus

Campus

#7030A0
chaînes partenaires

Partenaires

#BABEC4
Qui sommes-nous ?

QSN

#006A9E
https://player.vimeo.com/video/171923740?autoplay=1 Philippe-Gattet-Les-fusions-et-acquisitions-5171.jpg
30/06/201603:46

Les chiffres du premier trimestre 2016 pourraient faire peur. En réalité, nous sommes assez optimistes pour 2016 et 2017. Car de puissants moteurs soutiennent le marché des fusions-acquisitions selon l’étude réalisée par Precepta :

 

- D’abord la croissance molle en France et en Europe incite les entreprises à passer à l’offensive et à faire de la croissance externe pour gagner des parts de marché.

 

- Ensuite, les conditions de financement sont tout simplement exceptionnelles grâce à des taux d’intérêt plancher et à des liquidités abondantes.

 

- N’oublions pas non plus que certains secteurs ont besoin de se consolider sur ce qui constituera un vivier pour de nouvelles opérations d’envergure dans les prochaines années.

 

- Dernier facteur de soutien aux fusions-acquisitions : le contexte technologique foisonnant. La dématérialisation, le Big Data, le cloud, les objets connectés ou encore le machine-to-machine amènent les entreprises à être à l’affût de cibles de rachats potentiels pour éviter d’être déstabilisés.

 

Goldman Sachs, JP Morgan et Morgan Stanley — c’est-à-dire les leaders mondiaux sur le segment des méga-deals — ne seront pas les seuls à tirer parti de la croissance du marché des fusions-acquisitions. De nombreux autres acteurs s’y positionnent, sans d’ailleurs être nécessairement en concurrence frontale avec ces géants. Citons les banques d’affaires indépendantes comme Rothschild & Co, les banques universelles comme BNP Paribas, les boutiques comme Zaoui & Co ou Sycomore Corporate Finance. N’oublions pas non plus des intervenants comme les Big Four de l’audit, les experts comptables ou encore les avocats qui cherchent à se renforcer sur tout ou partie de la chaîne de valeur d’une opération de fusion-acquisition.

 

Très schématiquement, on peut identifier deux univers concurrentiels bien distincts. D’un côté, le segment des large et mid caps qui est structuré et organisé autour des grandes banques d’affaires, des banques universelles et des boutiques. De l’autre côté, sur le segment des small-caps on trouve une multitude d’intervenants. Et force est de constater que ce foisonnement d’acteurs concourent à un manque de visibilité de l’offre ce qui, potentiellement, laisse le champ libre à de nouveaux acteurs…

 

Aucun segment ne semble épargné par le renforcement de la compétition. De fait, pour devancer les concurrents et capter un maximum de la valeur créée par la nouvelle vague de fusions-acquisitions, les acteurs doivent :

 

- d’abord opter pour un positionnement clair d’après l’étude de Precepta. Ce peut-être une offre dédiée à des secteurs porteurs comme les hautes technologies, ou à des opérations transfrontalières. Ce peut-être aussi une offre ciblant certaines catégories d’opérations comme par exemple les mid cap qui offrent l’avantage d’être moins cyclique que le segment des méga-deals.

 

- Notre étude analyse d’autres leviers tout aussi stratégiques que le choix du positionnement. Je pense au renforcement de la marque et de la visibilité.

 

- N’oublions pas non plus la mobilisation des synergies de coûts et de revenus. C’est ce que font les banques d’affaires et les banques universelles.

 

- Ces dernières disposent néanmoins d’un atout supplémentaire pour capturer la valeur : il s’agit de leur réseau de détail qui leur permet d’« originer » des opérations, c’est-à-dire de capter et de faire mûrir le projet de fusion-acquisition.

 

Indéniablement, les banques universelles apparaissent dorénavant comme des acteurs incontournables du marché des fusions-acquisitions.

 

Philippe Gattet, Les fusions et acquisitions, une vidéo Precepta Stratégiques

 



En savoir plus

Mots clés : StratégieEntreprisesBanque, finance, assurance

x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple email / mot de passe n'est pas valide  
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Email :
S'identifier