CONNEXION
RECEVEZ LES ÉMISSIONS
XERFI CANAL GRATUITEMENT
La revue audiovisuelle de l'économie, la stratégie et du management
Newsletter #006A9E
économie #00aeef
stratégie & management #572475
business #C43031
IQSOG #F9BE13
secteurs

Secteurs

#1BB899
campus

Campus

#7030A0
chaînes partenaires

Partenaires

#BABEC4
Qui sommes-nous ?

QSN

#4198a9
ACCUEIL ECONOMIE Secteurs & marchés Le marché de la...
https://player.vimeo.com/video/535764787?autoplay=1 Anne-Cesard-Le-marche-de-la-certification-en-route-vers-la-consolidation-306348060.jpg
26/05/202103:17

Habituellement très résistant en temps de crise, le marché de la certification a plongé au premier semestre 2020. Mais les certificateurs n’ont pas tardé à réagir face à la crise sanitaire. Tous les leaders à l’instar de Bureau Veritas, SGS ou encore l’AFNOR ont développé des labels anti-Covid destinés aux établissements recevant du public. Une stratégie payante qui a permis un redémarrage rapide de l’activité fin 2020. Et l’émergence de nouveaux risques dope l’activité des certificateurs qui continuent à élargir leur offre vers de nouveaux segments de marché porteurs, à l’image de la cybersécurité. Dès lors, dans une activité qui reste très intensive en main d’œuvre, la croissance future reposera en grande partie sur la hausse des effectifs. Le groupe Bureau Veritas prévoit ainsi une solide croissance organique en 2021 et souhaite notamment recruter 300 collaborateurs en Île-de-France d’ici la fin de l’année.


Alors que les perspectives d’activité sont au beau fixe pour les certificateurs, les principaux facteurs de risque auxquels la profession fait face semblent presque sous contrôle. Citons d’abord la menace de nouveaux entrants qui est faible, car la plupart des leaders mondiaux sont déjà présents sur le marché français. Ensuite, les risques liés à la production de faux certificats sont bien appréhendés par les leaders et la blockchain n’apparaît pas encore comme une véritable alternative à la certification. En revanche, le risque réputationnel demeure prégnant. En effet, l’image des organismes de certification constitue un de leurs actifs stratégiques. Leur succès repose en partie sur la confiance que leur accordent leurs clients et la responsabilité d’un certificateur peut potentiellement être engagée en cas de manquement à ses obligations. C’est ce qui est arrivé à l’Allemand TÜV Rheinland, épinglé dans l’affaire des prothèses PIP. Après 10 ans de procédures, la société a été condamnée en février 2021 à verser plusieurs dizaines de millions d’euros aux victimes.


Sur un marché mondial encore très fragmenté, avec près des deux tiers de l’activité réalisés par des acteurs locaux, un mouvement de consolidation s’est engagé. Un phénomène impulsé d’abord par les leaders mondiaux, Bureau Veritas et SGS en tête. Mais les challengers s’engagent à leur tour dans la course à la taille pour ne pas décrocher face aux géants de la profession. Alors que Socotec, épaulé par de nouveaux fonds d’investissement, a réalisé pas moins de 26 acquisitions ces 4 dernières années, son concurrent Apave est en quête d’investisseurs pour accélérer sur le front de la croissance externe. Deux exemples parmi tant d’autres qui démontrent le fort appétit des investisseurs financiers pour les acteurs de la certification. Et cette financiarisation rampante du secteur pourrait s’accélérer à moyen terme. Le marché abrite encore en effet de nombreux acteurs à l’actionnariat familial qui représentent autant de cibles potentielles pour les fonds d’investissement.


En savoir plus
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple email / mot de passe n'est pas valide  
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Email :
S'identifier