Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


Les groupes de média dans le monde

Publié le lundi 5 septembre 2016 . 3 min. 58

Voir plus tard
Partager
Imprimer

Xerfi Global a récemment publié une étude sur les groupes de média, dont le marché a connu une croissance constante au cours des cinq dernières années. Avec une croissance annuelle moyenne de près de 2% entre 2011 et 2015, le chiffre d’affaires du marché mondial a ainsi atteint environ 840 milliards d’euros en 2015.


Le marché évolue néanmoins à deux vitesses, avec des spécialistes de l’audiovisuel dont les taux de rentabilité et de croissance des revenus dépassent clairement ceux des éditeurs de presse et de livres. Les groupes audiovisuels tels Grupo Televisa, Viacom, Time Warner ou Disney ont ainsi bénéficié de marges opérationnelles de plus de 30% en moyenne et d’une croissance positive de leurs revenus au cours des cinq dernières années, en partie grâce à des stratégies d’investissement et d’acquisition visant à leur permettre d’accroître leur offre de contenu. A l’inverse, des éditeurs tels New York Times Company, Nikkei, News Corp et Lagardère ont pâti de taux de croissance plus faibles, liés surtout à la chute des tirages papier ainsi qu’à une baisse structurelle des dépenses de la publicité imprimée qui n’a été que partiellement compensée par la croissance des revenus issus du numérique. Les taux de rentabilité sont eux aussi nettement plus faibles dans l’édition, les grands éditeurs ayant affiché dans l’ensemble des taux de marge très bas au cours des cinq dernières années. Néanmoins, la faible rentabilité des éditeurs était en partie aussi  le résultat de programmes de restructuration relativement coûteux, et qui devraient se traduire par une hausse de la rentabilité au fur et à mesure que ces opérateurs maîtrisent le numérique et s’appuient davantage sur de nouveaux modèles de revenus comme les abonnements numériques.


En effet, la numérisation a radicalement changé le paysage du secteur, amenant à la fois des opportunités et des défis. D’un côté, la transition numérique a donné un coup de pouce à la rentabilité des opérateurs en leur permettant d’alléger leurs structures de coûts. La distribution numérique permet également un meilleur ciblage et profilage des audiences, facilite l’expansion internationale et réduit la dépendance envers les distributeurs tiers. Mais d’autre part, la numérisation des médias n’est pas qu’une bonne nouvelle pour les opérateurs du secteur. Les médias numériques et les nouveaux supports sur lesquels ils sont consommés – smartphones, tablettes mobiles et autres liseuses numériques – ont mené à un véritable débordement de contenus médias tout en facilitant la prolifération de contenus gratuits et/ou piratés, renforçant ainsi le contexte fortement concurrentiel du secteur. Par ailleurs, la distribution numérique a également renforcé le pouvoir des agrégateurs de contenus en ligne et autres plateformes de distribution au détriment des créateurs de contenus. Enfin, la numérisation s’est traduite par une dépendance croissante des revenus de publicité comme principale source de revenus, et d’un accroissement du nombre de nouveaux entrants grâce à la diminution des barrières à l’entrée du marché.


Du fait de l’impact de la transition numérique sur l’environnement concurrentiel, les modèles économiques des sociétés de média sont eux aussi en pleine mutation. Alors que les divers types de contenus disposaient traditionnellement de supports média distincts, les nouveaux modèles reposent sur des plateformes uniques pour la distribution de contenus multimédias. Les publics, autrefois passifs dans leur consommation de contenus médias, prennent désormais un rôle plus actif à travers la consommation à la demande, les contenus interactifs, voire les contenus générés par eux-mêmes. Enfin, les sociétés de médias réduisent peu à peu leur dépendance envers les recettes publicitaires, de tirage ou de redevances, et s’appuient davantage sur les revenus d’abonnement, les ventes au détail numériques, et des techniques publicitaires plus sophistiquées.

 

Kathryn McFarland, Les groupes de média dans le monde, une vidéo Xerfi Canal TV

 


 


x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :