La revue audiovisuelle de l'économie, la stratégie et du management
CONNEXION
Newsletter #006A9E
économie #00aeef
stratégie & management #572475
business #C43031
Fenêtres ouvertes sur la gestion #F9BE13
secteurs

Secteurs

#1BB899
campus

Campus

#7030A0
chaînes partenaires

Partenaires

#BABEC4
Qui sommes-nous ?

QSN

#006A9E
https://player.vimeo.com/video/261308355?autoplay=1 Cathy-Alegria-CAL-Les-agences-immobilieres-restent-incontournables-face-aux-plateformes-7414.jpg
18/04/201804:09

Et si la destruction créatrice chère à Schumpeter n’était pas aussi radicale qu’on le pense ? L’exemple des agences immobilières confrontées à la vague numérique est à ce titre encourageant pour les acteurs de « l'ancienne économie ».


Cette vague, c’est celle des start-up technologiques qui chamboulent déjà de nombreux secteurs comme la banque avec les FinTech, ou la restauration avec les FoodTech. Pour les services immobiliers, ce sont les PropTech. La dernière étude de Xerfi sur ce thème en dénombrait plus de 240 fin 2017 en France, contre seulement une cinquantaine en 2010. Et les champs investis sont de toute nature, allant du crowdfunding immobilier aux plateformes de location d’espaces de travail partagés, en passant par les outils de modélisation des informations du bâtiment et la réinvention des services de location ou de transaction.


Restons justement dans la location/transaction. On y trouve des agences immobilières digitales spécialisées dans la centralisation de l’offre et de la demande de logements à louer comme LocService, et qui promettent de simplifier les démarches. Gratuit pour les bailleurs, le coût d’accès pour déposer son annonce s’élève à quelques dizaines d’euros tout au plus pour les locataires. Finis donc les frais d’agence. On compte aussi les plateformes d’aide à la transaction comme Proprioo ou Homagency, à mi-chemin entre les agences traditionnelles et les plateformes de particulier à particulier. Pour seulement quelques centaines voire quelques milliers d’euros, vous accédez en tant que vendeurs à des outils vous permettant d’être autonome dans la recherche d’un acquéreur comme la gestion de l’agenda des visites, la qualification des demandes, la réalisation de photos professionnelles ou encore l’accès à un service juridique. On trouve aussi des agences en ligne qui se rémunèrent au forfait plutôt qu’à la traditionnelle et coûteuse commission comme Imkiz ou Welmo. Il y a enfin des agences comme Homeloop qui rachètent directement votre bien sans attendre de trouver un acquéreur.


Toutes ces offres semblent alléchantes. Et toutes prennent à contre-pied les standards du marché en dépassant les dysfonctionnements bien connus : asymétries d’informations, visites inefficaces, annonces périmées, piètre qualité de la photo du bien dans l’annonce, coûts élevés du service.


Mais tout cela est manifestement insuffisant pour balayer les agences traditionnelles. 69% des ventes de logements passaient encore entre leurs mains en 2016, et cette part se maintient globalement depuis quelques années. Le nombre d’agences, lui, progresse avec la reprise de l’immobilier, en hausse de 13% depuis 2013. Même tendance pour les effectifs salariés, +7% depuis 2014. Bref, les agences font preuve de résilience.


Quels sont leurs atouts ? Il y a d’abord la marque des grands réseaux de franchisés, source de réassurance, essentielle pour des projets aussi importants que l’immobilier. Il y a aussi la dimension humaine et l’accompagnement, décisifs pour un « achat » très engageant : un agent immobilier apparaît comme un médiateur de confiance. Il dispose aussi d’une parfaite connaissance des marchés immobiliers locaux, et cette connaissance s’améliore d’ailleurs avec l’utilisation de nouveaux outils de traitement des big data. Les grands réseaux font également leur aggiornamento en actualisant leur fonctionnement au niveau des process, des offres, du management et du marketing, pour suivre les nouveaux usages des clients mais sans renier leurs valeurs. Leur omniprésence sur le site LeBonCoin en témoigne, tout comme le développement des visites virtuelles, des estimations en ligne ou du recours aux chatbots, ces robots conversationnels, pour capter le client en ligne dès le début de sa phase de recherche.


Le nouveau monde ne chasse donc pas systématiquement l’ancien : parfois, il le complète, l’enrichit, le transforme via un processus d’acculturation. Cela permet aux agences immobilières de se mettre à jour tout en consolidant adroitement leur pouvoir de marché et ainsi se rendre incontournables.


Mots clés : NumériqueLogements immobiliersImmobilier LocationTransactionsPlateformes digitalesagences immobilières

x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple email / mot de passe n'est pas valide  
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Email :
S'identifier