La revue audiovisuelle de l'économie, la stratégie et du management
CONNEXION
Newsletter #006A9E
économie #00aeef
stratégie & management #572475
business #C43031
Fenêtres ouvertes sur la gestion #F9BE13
secteurs

Secteurs

#1BB899
campus

Campus

#7030A0
chaînes partenaires

Partenaires

#BABEC4
Qui sommes-nous ?

QSN

#006A9E
ACCUEIL ECONOMIE Décryptage éco Grosse colère allemande...
https://player.vimeo.com/video/309101907?autoplay=1 Adrien-de-Tricornot-Grosse-colere-allemande-contre-la-situation-francaise-306345106.jpg
08/01/201904:35

La France est « menacée de rejoindre l’Italie en troisième classe ». Emmanuel Macron n’est « plus un partenaire pour sauver l’Europe et la zone euro mais un facteur de risque ». Epidermique, pavlovienne, la colère exprimée outre-Rhin après les mesures sociales destinées à répondre, en décembre, à la crise des gilets jaunes se lit dans cet éditorial publié à chaud par Die Welt. Sans surprise, la perte de crédibilité budgétaire française est jugée très sévèrement outre-Rhin.


Respect de la rigueur budgétaire


Les dirigeants allemands, comme l’opinion publique, sont majoritairement acquis au respect de la rigueur budgétaire. Les raisons sont nombreuses. Symboliquement, le mot qui désigne la dette, « Schuld », signifie également la culpabilité. La Banque centrale est en Allemagne une autorité morale et le président de la Bundesbank, Jens Weidmann, a critiqué le dérapage budgétaire français. Il souhaite que la limite des 3% de déficit public en pourcentage du PIB ne soit finalement pas dépassée par la France en 2019, alors que le chiffre de 3,2% est évoqué. Il n’y a là rien de nouveau : Jens Weidmann avait estimé que les réformes annoncées par Emmanuel Macron lors de son élection ne justifiaient en rien qu’un cadeau soit fait aux Français.


Il y a aussi le tabloïd Bild, premier tirage du pays, dont la force de frappe est redoutée des politiques allemands. Ce gros tirage aux accents populistes a salué d’un roulement de grosse caisse le passage des vœux télévisés d’Emmanuel Macron où ce dernier déclare: « On ne peut pas travailler moins et gagner plus. Baisser nos impôts et accroître nos dépenses ». Bild s’est félicité que le président « passe un savon à la Grande Nation ». Mais là aussi, rien de nouveau : ce même quotidien avait exigé que la Grèce paye avec ses îles les financements allemands liés à la crise.


Et la critique ne se limite pas à ces cercles attendus. « Gilets jaunes – Caisses vides », dénonce l’éditorialiste Henrik Müller dans une contribution au magazine Der Spiegel avant de se demander « Combien d’Etat social peut se permettre la France ? ». Et la question est bien sûr la mère de la réponse. L’éditorialiste rappelle que l’indemnité chômage est plafonnée à seulement 2 500 euros outre-Rhin, que les Français partent à la retraite plus tôt qu’ailleurs, ou que le SMIC français à plein temps, atteignant 60% du revenu médian, est l’un des plus élevé du monde. Mais ce niveau de 60% étant fréquemment utilisé pour définir le seuil de pauvreté, un tel discours n’est pas forcément aussi fédérateur en Allemagne qu’il n’y paraît.


Inégalités et précarité


D’autant qu’outre-Rhin, des voix s’inquiètent de la montée des inégalités et de la persistance de la précarité dans une société de plein emploi. Le débat sur les gilets jaunes a aussi rouvert le débat sur le malaise et le déclassement des classes moyennes, qui touche également l’Allemagne dépit de sa bonne santé économique. Une étude de la Hans Boeckler Stiftung soulignait en septembre 2018 qu’environ 4 millions d’actifs, soit 12,3% d’entre eux, vivent dans la précarité des petits boulots depuis plusieurs années et manquent de protection sociale. « Le mécontentement en France et en Allemagne est similaire », écrit l’économiste Marcel Fratzscher, président de l’institut DIW, dans une tribune à Die Zeit, où il liste ces points communs comme des coûts du logement élevés, beaucoup de bas salaires — et même plus, en proportion, en Allemagne qu’en France —, ainsi qu’une charge fiscale qui pèse lourd sur les bas revenus.


Au début du mouvement des gilets jaunes, la correspondante à Paris de Die Welt,  Martina Meister, prévenait aussi ses compatriotes que ces nouvelles manifestations « sont différentes du folklore protestataire habituel du pays. Pour la première fois, la classe moyenne est dans la rue ».


De son côté, Angela Merkel a fait preuve de mansuétude vis-à-vis du dérapage budgétaire français : mi-décembre, la chancelière a déclaré comprendre les mesures sociales prises par Emmanuel Macron, tout en attendant la poursuite des réformes qu’il a entreprises. Peut-être la chancelière en sursis a-t-elle conscience que les mêmes fragilités sont présentes dans la société allemande.


En savoir plus

Mots clés : Europe / Zone euroDetteAllemagneFranceImpôtsMacronGilets jaunes

x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple email / mot de passe n'est pas valide  
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Email :
S'identifier