CONNEXION
RECEVEZ LES ÉMISSIONS
XERFI CANAL GRATUITEMENT
La revue audiovisuelle de l'économie, la stratégie et du management
Newsletter #006A9E
économie #00aeef
stratégie & management #572475
business #C43031
IQSOG #F9BE13
secteurs

Secteurs

#1BB899
campus

Campus

#7030A0
chaînes partenaires

Partenaires

#BABEC4
Qui sommes-nous ?

QSN

#4198a9
ACCUEIL IQSOG Fenêtres ouvertes sur la gestion L’impact du COVID-19 sur le...
https://player.vimeo.com/video/419833191?autoplay=1 Pauline-de-Becdelievre-L-impact-du-COVID-19-sur-le-sens-donne-au-travail-306347070.jpg
20/06/202004:36

Cette vidéo a été réalisée en collaboration avec François Grima, Professeur des Universités, UPEC.

A l’instar de toutes les grandes crises, la pandémie du covid19 constitue un choc pour l’ensemble des salariés. Si certains ont vu leur activité s’intensifier d’autres à l’inverse font l’expérience d’un arrêt brutal synonyme d’ennui ou de reconstruction de leur activité à distance avec le télétravail. Plus fondamentalement, ce moment de rupture constitue une occasion de questionner la conception personnelle du travail propre à chaque individu. L’intérêt pour le sens donné au travail n’est pas nouveau. Nombreux sont les travaux à souligner le renouveau du rôle des valeurs dans le travail dans la réflexion par les salariés sur ce dernier parmi la génération milléniale ou encore en fonction du genre. Le but de cette recherche est de répondre à l’appel de la littérature sur la recherche de sens au travail dans un contexte de crise. Les enjeux théoriques comme sociétaux de ce travail sont importants.


Tout d’abord, le choc de carrière défini comme un événement peu fréquent et extraordinaire (Akkermans, Seibert, & Mol, 2018) devant provoquer un processus de réflexion pour le travail n’a jamais étudié dans la littérature selon une perspective globale, affectant les sphères professionnelles, familiales comme  amicales.  Ensuite, les recherches sur le sens du travail (Michaelson, Pratt, Grant, & Dunn, 2014) soulignent son impact positif sur la productivité et le bien-être au travail. L’intention de départ comme le taux de turnover sont limités par la recherche de sens au travail. La recherche de sens au travail contribue donc à la fois à une organisation plus efficace et au développement d’un travailleur épanoui.


Etudier comment le choc de carrière constitué par la crise du covid 19 influence le sens donné au travail par les salariés en intégrant la dimension générationnelle et de genre, c’est contribuer à la littérature académique comme à l’amélioration de la compréhension de l’engagement dans le travail des salariés à un moment où ce dernier sera central dans le redémarrage du pays.


Pour mener à bien ce travail, nous nous appuierons sur les concepts de choc de carrière et de meaningful work (sens du travail) que nous mobiliserons sur une population de jeunes professionnels représentant la génération milléniale et de middle managers représentant la génération X. A l’intérieur de ces deux populations, nous veillerons à un équilibre des genres.
Nos résultats réalisent une triple contribution. Premièrement, la perception de l’utilité du travail est affectée dans les deux populations par le choc de carrière. Pour autant alors que les jeunes de la génération milléniale envisagent des réorientations à moyen terme dans leurs orientations, les membres de la génération X semblent plus désireux de changements rapides.

Deuxièmement, contrairement à ce que l’on pouvait anticiper le contenu du poste tenu ne joue pas sur la volonté de changer d’orientation professionnelle. Il semblerait donc que le choc de carrière soit pensé et vécu de manière différente selon l’étape de carrière de l’individu. Troisièmement, à cette différence de génération, se rajoute une différence de genre. Si le questionnement du sens au travail est plus marqué pour les femmes, les hommes semblent moins touchés par ce questionnement.

Cadre théorique
Cinq composantes clés sont identifiées dans la littérature pour caractériser un choc de carrière. Dans le cas du COVID19, aucun choc similaire n’a jamais été observé dans la vie professionnelle. Sa prévisibilité et son contrôle présentés comme la deuxième composante sont faibles. Si pour certaines entreprises, la prévisibilité était faible, pour d’autres cette prévisibilité était forte liée à une connaissance internationale des mesures mises en place. Le choc de carrière n’était pas contrôlable par les individus. Aucun moyen n’est possible pour s’y soustraite. Le choc de carrière s’identifie par une troisième caractéristique qui est la valeur que lui donne l’individu. Dans nos cas, cette valeur peut être négative ou positive ou évoluer. Le quatrième élément qui caractérise le choc de carrière est la durée du choc. Le COVID19 créé un choc sur une longue période avec des conséquences qui ne sont pas encore toutes identifiées. Enfin le cinquième élément porte sur la source de ce dernier qui dans notre cas est une pandémie.


Plusieurs facteurs sont proposés par la littérature pour expliquer l’évolution du sens au travail (Bailey et al., 2019). Des facteurs liés à l’emploi sont proposés tels que le type de l’emploi, la quantité de travail ou la dignité qui lui est associée. Au niveau organisationnel, le leadership ou encore la culture de l’entreprise semblent expliquer le sens au travail. Au niveau sociétal, la culture ou le sentiment d’avoir une rémunération en adéquation avec l’activité professionnelle sont des facteurs clés. Enfin, les facteurs individuels sont évoqués comme les dispositions personnelles ou encore la capacité à s’adapter. Le genre ou l’âge semblent être des pistes prometteuses pour comprendre les différences de sens au travail.

Méthodologie et contexte
Pour répondre à notre questionnement sur l’impact des chocs de carrières sur le sens au travail, nous avons souhaité réaliser une recherche qualitative auprès de 25 personnes en équilibrant les générations et le genre.  Les entretiens portent sur la manière dont ils vivent cette crise sanitaire, le sens de leur travail actuel, le sens qu’avait leur travail auparavant et leur intention de changer d’emploi.

Premiers résultats
Premièrement, la perception utilité du travail est affectée dans les deux populations par le choc de carrière. Alors que les jeunes de la génération milléniale envisagent des réorientations à moyen terme dans leur orientation, les membres de la génération X semblent plus désireux de changements rapides. Deuxièmement, contrairement à ce que l’on pouvait anticiper le contenu du poste tenu ne joue pas sur la volonté de changer d’orientation professionnelle. Il semblerait donc que le choc de carrière soit pensé et vécu de manière différente selon l’étape de carrière de l’individu. Troisièmement, le genre semble aussi fortement accentuer le sens au travail. L’écart est encore plus fort entre les femmes des deux générations. Face à des tensions familiales fortes, les femmes repensent complètement le sens de leur travail. Au contraire, pour les hommes, les écarts sont moins forts.


En savoir plus
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple email / mot de passe n'est pas valide  
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Email :
S'identifier