La revue audiovisuelle de l'économie, la stratégie et du management
CONNEXION
RECEVEZ LES ÉMISSIONS
XERFI CANAL
GRATUITEMENT
Newsletter #006A9E
économie #00aeef
stratégie & management #572475
business #C43031
IQSOG #F9BE13
secteurs

Secteurs

#1BB899
campus

Campus

#7030A0
chaînes partenaires

Partenaires

#BABEC4
Qui sommes-nous ?

QSN

#006A9E
https://player.vimeo.com/video/122376969?autoplay=1 Jean-Michel-Quatrepoint-La-revolution-iconomique-mondiale-est-en-marche-1562.jpg
17/04/201305:16
L'association Institut Xerfi et Xerfi Canal présente l'analyse de Jean-Michel Quatrepoint, journaliste-essayiste et co-président de l'Institut Xerfi

"Il y a quelques mois, l'Institut Xerfi avait organisé un premier colloque autour de l'Iconomie. Son titre : « de l'économie à l'Iconomie, une stratégie pour la compétitivité, la croissance et la renaissance de la France ». Cette Iconomie, nous en avions alors défini le concept. Ce n'était pas seulement l'informatisation, la robotisation et l'automatisation des tâches répétitives. Ce n'était pas seulement le numérique, l'utilisation d'Internet. Nous avions expliqué que l'Iconomie c'était aussi l'intelligence partagée en réseau, autrement dit une reconception d'ensemble des process de production, de l'organisation même des entreprises. L'Iconomie, c'est tout cela à la fois, une mutation qui concerne aussi bien la production matérielle que les services, la consommation autant que la transformation des usages des biens et services. L'Iconomie, c'est la troisième révolution industrielle qui est en marche. Comme ce fut le cas des deux précédentes - celle de la mécanisation, puis celle de l'électricité - elle modifie profondément le rapport de l'homme avec son environnement naturel. Elle modifie la nature elle-même. C'est tout le système productif qui en est transformé. Les produits, la manière de les inventer, de les fabriquer, de les commercialiser. Depuis ce colloque, les choses se sont accélérées. Derrière les avalanches quotidiennes de mauvaises nouvelles sur la dette qui n'en finit pas de gonfler, chez nous comme ailleurs, sur le chômage, il y a aussi un monde qui bascule, qui a déjà basculé dans l'Iconomie. Avec des entreprises qui, comme Monsieur Jourdain faisait de la prose sans le savoir, sont entrées de plain-pied dans l'Iconomie sans le savoir. En France, mais aussi hors de France. On pense, bien sûr, aux Allemands, à cette industrie automobile, qui a su automatiser, robotiser sa production, gérer ses sous-traitants, mais aussi utiliser les réseaux Internet, pour faire presque du sur mesure pour le client. On pense à un groupe espagnol comme Zara, extraordinaire réussite au milieu d'une économie espagnole en ruine. La réussite de Zara, c'est l'adaptation de la production aux besoins, ô combien changeants, du consommateur. C'est aussi le rapprochement des centres de production en fonction des zones de consommation. Car l'Iconomie doit aussi permettre de tourner la page de ces délocalisations sauvages, en Chine ou ailleurs, qui n'avaient pour but que de réduire drastiquement le coût du travail. L'Iconomie, les Américains y entrent de plain-pied. Avec leur volontarisme. Avec leur puissance intellectuelle et financière, malgré leur surendettement. De tous les hommes politiques, Barack Obama est sans doute celui qui a le mieux compris ce qui était en jeu. Son dernier discours sur l'état de l'Union était un hymne à l'Iconomie. À l'investissement dans la science en général, les nouvelles technologies, l'énergie, prônant la multiplication des Instituts sur l'innovation manufacturière. Demandant au ministère de la Défense et de l'Energie de se mobiliser, avec les entreprises privées, pour reconstruire l'Amérique sur ces bases. Car c'est ainsi que l'on pourra à nouveau créer des emplois dans le secteur manufacturier. Des emplois qualifiés. Dans l'Iconomie, le cerveau d'œuvre remplace la main d'œuvre comme principal facteur de production. Ce nouveau système productif ce sont les entreprises, principales créatrices de richesse, qui en sont à la base. Elles ne sont pas, bien sûr, les seuls acteurs, mais c'est par elles que tout commence. Car l'Iconomie bouleverse les hiérarchies, les responsabilités, la relation avec les clients, les fournisseurs et les partenaires. L'Iconomie et la mise en réseau du monde impliquent l'innovation permanente. C'est peu dire que l'Iconomie remet en cause nos codes de valeur, nos modes de pensée, nos organisations. Les périodes de transition ? et nous en vivons une ? sont toujours douloureuses. Le modèle ancien s'effondre et le modèle nouveau ne produit pas encore tous ses effets bénéfiques. Plus la transition est longue, plus les sacrifices pour les populations sont importants. Raison de plus pour ne pas attendre, pour prendre les problèmes à bras le corps. Et reconstruire la France, comme l'Amérique, sur ces nouvelles bases. L'Iconomie ne sera pas imposée par le haut, par l'État ou quelque sauveur suprême, elle se fera par les acteurs, par les citoyens contribuables, consommateurs, producteurs que nous sommes tous. Mais elle se fera aussi et surtout par les entrepreneurs, qu'ils soient individuels, patrons de petites ou moyennes entreprises ou managers de grands groupes. Voilà pourquoi l'Institut Xerfi a choisi de consacrer son second colloque à « l'Iconomie et l'entrepreunariat ». Sur les atouts de la France, pour peu que l'on sache surmonter les bloquages de toutes sortes et mobiliser toutes les forces qui souhaitent que notre pays prenne toute sa place dans cette troisième Révolution industrielle. "

Jean-Michel Quatrepoint, La révolution iconomique mondiale est en marche, une vidéo Xerfi Canal



En savoir plus

Mots clés : Economie française

x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple email / mot de passe n'est pas valide  
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Email :
S'identifier