La revue audiovisuelle de l'économie, la stratégie et du management
CONNEXION
Newsletter #006A9E
économie #00aeef
stratégie & management #572475
business #C43031
Fenêtres ouvertes sur la gestion #F9BE13
secteurs

Secteurs

#1BB899
campus

Campus

#7030A0
chaînes partenaires

Partenaires

#BABEC4
Qui sommes-nous ?

QSN

#006A9E
03/05/201803:53

La "créativité au travail" est-elle une juste aspiration des individus ou est-elle plutôt une injonction qui vient d’en haut, en particulier du discours managérial ? Autrement dit, si la créativité est une attente légitime partagée par les managers et les salariés dans les organisations, ne serait-elle pas qu’une réponse concrète et quotidienne à ce décalage entre l’attente managériale et le désir que nous ressentons d’être créatif plutôt que répétitif ? Car "vivre créativement est toujours plus important pour l’individu que bien faire" comme le rappelle le psychanalyste américain Donald Winnicott.

 

Or, pour les quatre enseignants-chercheurs Gilles Amado, Jean-Philippe Bouilloud, Dominique Lhuilier et Anne-Lise Ulmann, qui signent aux Editions Eres un ouvrage sur ce thème, il faut d’abord dire que la créativité est une réponse concrète et quotidienne à cet intervalle entre travail prescrit et travail réalisé, entre travail commandé et travail vécu. La créativité consisterait donc en fait à un ajustement permanent, à une adaptation constante, face aux obstacles rencontrés dans la diversité des situations de la vie professionnelle.


La créativité serait tout à la fois une stratégie quotidienne de détournement des obstacles et d’expérience du jeu (je), de l’inventivité, de l’intelligence pratique, dans ce que De Certeau appelait "les arts de faire". Marie-Anne Dujarier note par exemple que des travaux antérieurs ont montré "que les ouvriers fabriquaient collectivement un jeu à partir de leur tâche prescrite (pénible et absurde), lui conférant alors un nouveau sens : il ne s’agit plus de déplacer des plaques de métal mais de battre des scores de vitesse, de narguer le contremaître", bref "d’inventer des compétitions avec des collègues, sous le regard de qui il est possible de démontrer sa virtuosité". Autre façon de dire que la créativité est liée à la question très générale du sens au travail.


Et c’est d’ailleurs pourquoi cet ouvrage, qui résulte notamment d’une conférence qui s’était tenue à ESCP Europe sur ce thème fin 2015, met aux prises des approches transversales de science du travail, de psychanalyse clinique, de psychosociologie et de sciences éducatives. On y découvre aussi comment la créativité se distingue de l’innovation proprement dite : là où celle-ci concerne un "processus d’influence au service du changement" selon l’expression des coordonnateurs de l’ouvrage, la créativité "concerne (quant à elle) le sujet dans son travail et, réciproquement, le travail dans son sujet".


Dès lors, deux conceptions se détachent ici nettement : celle de la sociologue Danièle Linhard qui décrit un processus de précarisation subjective, car au fond les managers, plus ou moins consciemment, ont peur de cette créativité en ce qu’elle permet aux salariés de distinguer plus nettement leurs intérêts personnels des intérêts de l’entreprise. De l’autre Thomas Paris, spécialiste des industries créatives, pour qui au contraire "la création apparaît comme l’un des derniers refuges de la subjectivité, dans un monde qui devient de plus en plus obsédé par la rationalité".


Face à ces deux perspectives antinomiques, concluons comme le fait le livre lui-même avec la surprenante interview de René Pétillon par Jean-Philippe Bouilloud et le dessin que celui que les fidèles lecteurs du Canard Enchaîné connaissent bien, proposé en guise d’illustration finale : celle dans laquelle un rocker, pas très sympathique, demande à un brave type au piano de lui "faire un tube", montrant par là que dans la créativité aussi, il y a de la tyrannie. Car qu’est-ce que la liberté de création ? Ne serait-ce pas justement éviter de faire un tube ? Ou serait-ce seulement se contenter de délivrer le morceau au format maintream que le marché attend ?


Et Pétillon de conclure en reconnaissant que "l’existence de dessins satiriques est un gage de démocratie" certes, mais que "les journaux qui les publient ne fonctionnent pas de façon démocratique". Un beau paradoxe à méditer pour celles et ceux qui parmi nous se piquent de créativité organisationnelle.


Mots clés : Idées & débatsInnovationManagementOrganisationInventionTravail Créativité

La créativité au travail

La créativité au travail

Auteur : Collectif, Gilles Amado et Jean-Philippe Bouilloud, Dominique Lhuillier et Anne-Lise Ulmann
Date de parution : 05/10/2017
Éditeur : Erès
COMMANDER
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple email / mot de passe n'est pas valide  
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Email :
S'identifier