La revue audiovisuelle de l'économie, la stratégie et du management
CONNEXION
RECEVEZ LES ÉMISSIONS
XERFI CANAL
GRATUITEMENT
Newsletter #006A9E
économie #00aeef
stratégie & management #572475
business #C43031
IQSOG #F9BE13
secteurs

Secteurs

#1BB899
campus

Campus

#7030A0
chaînes partenaires

Partenaires

#BABEC4
Qui sommes-nous ?

QSN

#006A9E
https://player.vimeo.com/video/374434129?autoplay=1 Thibault-Lieurade-Le-manager-de-l-ame-306346212.jpg
17/12/201903:06

Dans les années 1980, le philosophe Michel Foucault décrivait le pouvoir pastoral comme une technique de pouvoir, tournée vers les individus, et destinée à les diriger de manière continue et permanente. Un petit peu à l'image du berger, qui exerce un pouvoir de contrôle sur le troupeau, en portant une attention individuelle et singulière à chaque membre, pour les guider et les conduire vers le but qu'il a choisi pour eux.

Aujourd'hui, les nouveaux styles de management, centrés sur le développement personnel par l'entreprise, et décrits par Valérie Brunel dans son ouvrage "Les managers de l'âme", s'en rapprochent à bien des égards.

Elle souligne que le manager est désormais un "coach", au service du développement personnel du managé: il a pour tâche de (re)mettre la personne en contact avec sa motivation interne, en faisant appel à des facteurs cognitifs et affectifs personnels, comme le besoin de sentir utile, de faire du bon travail, ou encore de trouver du sens...

On demande donc à l'entreprise, par l'intermédiaire du manager, de créer chez le salarié le sentiment que son appartenance à l'organisation va lui permettre un épanouissement aussi bien professionnel que personnel.

C'est ce qui va contribuer à donner un sens à l'action du salarié, tout en lui donnant le sentiment qu'il est libre de ses choix et de ses actes. Autrement dit, l'individu ne doit pas se sentir contrôlé, mais doit œuvrer à son propre développement.

Le "manager-coach" doit en conséquence remplir un triple rôle : développement personnel ; évaluation et contrôle par le feed-back, tout en excluant les attitudes traditionnelles de pouvoir vertical. 

Or, cet exercice s'avère particulièrement délicat. Il place en effet le manager dans une situation à la limite du "psychologue clinicien". Ce dernier est incité à faire preuve d'une neutralité bienveillante. Mais dans le même temps, le manager doit veiller régulièrement aux résultats opérationnels de ses managés en fournissant un jugement de valeur officiel à l'attention de la direction.

Ce nouveau style de pouvoir euphémisme donc la relation de pouvoir, puisque la relation managériale se veut dénuée d'autorité formelle. Quant à l'exercice du pouvoir, il dans ce cadre avant tout présenté comme un devoir.

C'est un pouvoir qui se veut individualisant, qui demande de connaître les besoins de chacun, de veiller sur chacun; un pouvoir qui poursuit un but, celui du développement de la personne, et qui amène le sujet à souhaiter et produire lui-même sa conformité au modèle. C'est donc ce qui constitue in fine la meilleure garantie de son obéissance - à l'image du berger guidant ses brebis vers de verts pâturages.  Quant à savoir si le salarié devient à mouton face à ce nouveau mode de managements, eh bien c'est là une autre histoire...


En savoir plus

Mots clés : ManagementManagementOrganisationPouvoirSensCoachDéveloppement personnel

Les managers de l'âme

Les managers de l'âme

Auteur : Valérie Brunel
Date de parution : 11/09/2019
Éditeur : La Découverte
COMMANDER
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple email / mot de passe n'est pas valide  
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Email :
S'identifier