La revue audiovisuelle de l'économie, la stratégie et du management
CONNEXION
Newsletter #006A9E
économie #00aeef
stratégie & management #572475
business #C43031
Fenêtres ouvertes sur la gestion #F9BE13
secteurs

Secteurs

#1BB899
campus

Campus

#7030A0
chaînes partenaires

Partenaires

#BABEC4
Qui sommes-nous ?

QSN

#006A9E
ACCUEIL BUSINESS Cap décideurs Piloter l’information pour...
24/06/201505:16

"On parle beaucoup de l’importance stratégique  de l’information pour une entreprise, qu’en pensez-vous en tant que professionnelles de l’information, vous qui êtes co-présidentes de l’ADBS, l’association des professionnels de l’information ?

 

Oui bien sûr, l’information est une denrée stratégique, mais il faut tout d’abord bien préciser de quoi on parle. En particulier, Il faut avant toutes choses rétablir la vision du véritable système d’information de l’entreprise.

 

Pourquoi ?

 

Le système d’information a été trop longtemps défini comme l’ensemble des applications, logiciels et machines de l’entreprise, gérés par les informaticiens. Il faut à notre sens élargir considérablement cette vision, et définir le système d’information comme l’ensemble des contenus informationnels de toutes natures que l’entreprise acquiert, gère et diffuse en tous points. Les applications et les matériels ne sont que l’infrastructure, très importante certes, mais à articuler avec la gestion des contenus.

 

Une vision plus globale en effet... et comment évaluez-vous la performance du système d’information ainsi que vous le redéfinissez, pour les entreprises françaises ?

 

La gestion de ce système a été conçue de façon désordonnée, fragmentée, en silos, chaque service gérant de façon isolée les flux d’informations collectés de l’extérieur ou produits en interne. De plus, les services d’information ou de documentation, qui à certains endroits contribuaient à une relative centralisation ou du moins capitalisation d’un certain nombre de flux ont été souvent touchés par une sévère restructuration. Tout cela, conjugué au développement massif du numérique, oblige à construire ou reconstruire un système d’information efficient au service du développement de l’entreprise.

 

Quels sont les flux d’information à privilégier dans cette réorganisation du système d’information ?

 

Pour faire simple, Il y a tout d’abord l’information de terrain, remontée par exemple par les commerciaux, les chercheurs lors de congrès et celle acquise par ce qu’on appelle le desk research, à savoir l’information collectée via les bases de données, le web, ouvert ou fermé, les réseaux sociaux. Là dedans l’irruption du big data ouvre de nouvelles perspectives pour découvrir et analyser des informations inédites.  A cela s’ajoute l’information produite par tous ceux qui ont une activité en relation directe avec les opérations de l’entreprise,  les analystes des services stratégie, le marketing, la communication, etc… Toutes ces informations et ces données constituent une matière première à analyser, à organiser et capitaliser avec des finalités stratégiques clairement établies.

 

Si je comprends bien, cette richesse informationnelle doit être absolument exploitée et valorisée, et c’est loin d’être le cas. Quelle solution préconisez-vous ?

 

L’entreprise doit passer à une vision globale si elle veut valoriser son système d’information et l’optimiser véritablement. Cette vision globale, mais pas centralisée, seul un responsable du système d’information peut la ? conceptualiser et la mettre en œuvre. On a beaucoup parlé de chief information officer mais dans un sens uniquement informatique, beaucoup trop restrictif. Ce chief information officer – qu’on peut appeler un chief data officer, pour marquer la nouvelle ère de la donnée, est un leader essentiel de l’entreprise.

 

Mais pourquoi ? Que fait-il ?

 

Il  va diriger l’ensemble du système d'information, le façonner en fonction des intérêts opérationnels et  stratégiques de l’entreprise.  Il devra donc le faire avec tous les interlocuteurs opérationnels et fonctionnels de l’entreprise, avec au premier plan l’ensemble des managers, les acheteurs et bien sûr le directeur informatique.  Mais il devra aussi le faire en créant et en animant une véritable communauté de professionnels de l’information, une communauté experte, constituée de veilleurs, knowledge managers ou record managers, qui seront un support, au quotidien, de la mise en œuvre de cette politique et la garantie de la bonne exécution des process et de la qualité des données.

 

Et les entreprises françaises sont conscientes de cela ?

 

De plus en plus certainement. Déployer une culture et une véritable gouvernance de l’information en entreprise est essentiel et certaines entreprises ont commencé à le comprendre. Par exemple, la nomination chez Total pat Patrick Pouyanné d’un Chief Digital Officer pour le déploiement d’un plan digital à travers tous les métiers est très intéressante. Et ce qui est nouveau, Patrick Pouyanné le dit lui-même, c’est que ce ne sera pas un informaticien, mais  « quelqu’un issu du business », selon ses propres mots. Quelle meilleure reconnaissance que celle-là entre information et business ?"

 

Anne-Marie Libmann et Véronique Mesguich, Piloter l’information pour l’entreprise : une mission stratégique, une vidéo Xerfi Canal TV


Mots clés : StratégieEconomie numériqueEntreprisesStratégieDataInformationADBSAnne-Marie LibmannVéronique MesguichSIChief data officer

x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple email / mot de passe n'est pas valide  
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Email :
S'identifier