Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


L'Union sans la santé : le grand absent de l'Europe

Publié le lundi 1 février 2021 . 4 min. 32

Voir plus tard
Partager
Imprimer

En ce début d’année 2021, un bref coup d’œil dans le rétroviseur permet de rendre compte de la mue réalisée par l’Union européenne dans la gestion des crises qui secouent l’Europe. Qui aurait pu prédire il y a un an que les autorités européennes – nos gouvernements, la banque centrale, la Commission et le Parlement européen – répondraient présentes, et aussi vite, aux conséquences de la pandémie ? L’Europe, souvent moquée –pas toujours à tort – pour son inertie, a fait preuve de réactivité, mais aussi de générosité. Les aides fournies par les Etats à leurs concitoyens – ménages et entreprises -, les aides fournies par la banque centrale aux Etats et aux banques, et les initiatives de la Commission pour aboutir à une dette commune, tout cela a permis de limiter la casse et le désespoir. Certes, la situation conjoncturelle est très dégradée et les réponses des Etats et de la banque centrale ne sont sans doute pas parfaites. Ceci dit, la situation aurait été certainement bien pire sans leur soutien.


Au plan européen, le programme concerté d’aides aux Etats les plus touchés par la pandémie est une avancée majeure – l’aide consentie est proportionnelle aux besoins, une règle simple qui n’est pas toujours respectée – mais il est un secteur dans lequel les gouvernements européens ont manqué d’appétit pour une plus grande concertation, une plus grande coordination. Ce secteur, c’est celui de la santé. Il aura fallu la ténacité du Parlement européen pour rétablir en partie les financements prévus pour un plus grand développement de la politique de santé européenne. Malheureusement, les montants en jeu, près de 5 milliards d’euros sur 7 ans, ne correspondent pas, mais pas du tout, au déficit d’investissement dans le secteur de la santé que la Commission estime à 70 milliards d’euros… par an !


Que faire ? Attendre de chaque Etat européen qu’il assure lui-même les investissements nécessaires dans la santé ? C’est oublier deux choses : d’une part, que les marges de manœuvre budgétaires sont limitées après une année 2020 qui a vu augmenter considérablement les dépenses publiques, ce qui pourrait valoir aux dépenses de santé d’être sacrifiées au bénéfice des aides aux entreprises ou aux ménages ; d’autre part, que certains investissements dans la santé méritent d’être réalisés à l’échelle européenne. C’est le cas notamment dans la prévention des épidémies qui font fi des frontières – l’Europe est déjà active dans ce domaine – mais aussi pour garantir l'approvisionnement en matériel médical et en produits pharmaceutiques, et pour cela, l’Europe a encore des efforts à faire. Mais l’Europe doit également disposer d’une stratégie coordonnée de fermeture de ses frontières en cas d’épidémie, généraliser les tests et le traçage, et mieux partager les informations sur la diffusion de l'épidémie. L’Europe pourrait aussi se doter d’une politique de formation médicale continue. Cette politique viserait l'ensemble du personnel médical (aides-soignants, infirmières, médecins assistants et médecins). Mise en œuvre au niveau de l'UE, elle impliquerait une mobilité intra-européenne pour contribuer à une meilleure qualité de soins en Europe. Elle viserait également à mieux répondre aux besoins médicaux lorsque les crises sanitaires sont désynchronisées. Assurant une meilleure adéquation entre l’offre et la demande de soins, elle contribuerait à une meilleure cohésion en Europe et nourrirait le sentiment d’appartenance à un projet concret commun : la santé pour tous les Européens !


Il reste donc à faire pour doter l’Europe de nouveaux projets véritablement européens.


Et le temps presse.


x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER REFUSER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER