Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


Le match France-Allemagne : 15 ans PIB contre PIB

Publié le jeudi 27 mars 2014 . 3 min. 37

https://player.vimeo.com/video/122919643?autoplay=1 Le-match-France-Allemagne-15-ans-PIB-contre-PIB-2298.jpg picto
Voir plus tard
Partager
Imprimer
Rappelons-nous : de 1998, un an avant la naissance de l'euro, jusqu'à 2005, l'avantage était à la France qui caracolait en tête au rythme de 2,1% l'an. L'Allemagne, qui était rentrée surévaluée dans l'euro et payait les séquelles de la réunification piétinait à 1,1% l'an en moyenne. S'il fallait un symbole du fossé entre les deux économies, on peut jeter un œil nostalgique sur l'état de santé des champions automobiles. Au milieu des années 2000 Renault est au sommet de sa gloire. De l'autre côté du Rhin, Volkswagen est dans le rouge et s'engage dans un plan de restructuration musclé. C'est même toute l'Allemagne qui se lance dans les réformes structurelles. Tout y passe pour restaurer la compétitivité : réformes du marché du travail, de la protection sociale, de la fiscalité. Faute de pouvoir dévaluer, l'Allemagne invente la déflation des coûts. Le patronat allemand joue à fond les PECO pour bénéficier d'une main d'œuvre qualifiée à bon marché. Il fait coup double en imposant à l'intérieur la modération salariale. Les parts de marché seront gagnées d'abord au détriment de ses alliés. Et si les salaires baissent, si l'on met la consommation en panne, le solde extérieur fait un bond. Certes le déficit public dérape (il dépasse ou flirte avec les 4% du PIB de 2002 à 2004) mais Berlin obtient de Bruxelles un assouplissement du pacte de stabilité. L'Allemagne bénéficie alors de deux précieux coups de pouce supplémentaires. D'abord, le reste de l'Europe est en pleine phase ascendante et consomme à plein régime. C'est d'ailleurs le cas de la France, qui soutient sa demande intérieure jusqu'en 2008. Et puis, c'est aussi le décollage spectaculaire des pays émergents qui équipent leurs usines et veulent des voitures pour leurs classes moyennes. Les exportations prennent leur envol et la croissance se rapproche puis dépasse les 4% courant 2007. Mais 2008, c'est la fracture de la grande récession. La chute est sévère pour la France (-4,3% entre le 1er trimestre 2008 et le 1er trimestre 2009) mais c'est encore pire pour l'Allemagne (-6,8%) très liée à la demande mondiale. Son rebond sera spectaculaire, ce qui permet au PIB de dépasser très vite son dernier pic. La France a moins souffert, mais son redressement est plus chaotique. Certes, sur 15 ans, l'avantage reste indubitablement à la France… mais plus pour longtemps. Regardez bien les plateaux de restructuration de l'offre. De 2003 à 2006 l'Allemagne a fait sa grande purge, mais dans un contexte de soutien de la demande européenne. Aujourd'hui, c'est au tour de la France de subir la saignée. Mais le contexte et le rapport de forces sont bien différents. C'est toute l'Europe qui subit la purge, et l'Allemagne n'a pas du tout envie de lâcher sur ses salaires pour soulager l'effort de ses voisins. Une Allemagne aujourd'hui arcboutée sur le Pacte de stabilité qui étouffe la demande européenne à coups d'euro fort, de déflation salariale, et de cures d'amaigrissement public. L'Allemagne mène désormais sans conteste la course en tête, dans un monde occidental en pleine reprise, mais sans vouloir jouer la locomotive de la zone euro. Cette situation, et pas seulement les erreurs du passé, la France la paye au prix fort. Bien joué l'Allemagne.

Le Graphique, Le match France-Allemagne : 15 ans PIB contre PIB, une vidéo Xerfi Canal

x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER REFUSER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER