Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


CAC 40 : de l'euphorie au retournement ?

Publié le lundi 24 février 2020 . 4 min. 56

Voir plus tard
Partager
Imprimer

Il aura fallu plus de 12 ans pour que le CAC 40 franchisse la barre des 6 100 et ose se frotter à ses records d’avant-crise. Déjà, en 2019, la Bourse de Paris a connu son meilleur millésime depuis 20 ans, avec une progression de 26,4%. Et depuis son point bas de mars 2009, elle a progressé de 143%... Voilà pour la présentation glorieuse des performances de la Bourse de Paris. Tout cela se produit alors même que resurgissent les discours alarmistes sur le risque d’un grand effondrement financier.


Des performances hexagonales loin des sommets


À l’été 2019, face à la multiplication des signaux de ralentissement économique, et à la résurgence des taux longs négatifs, l’inquiétude était à son comble. L’addition des records récents, en France et dans toutes les économies développées, ne peut dès lors que renforcer le sentiment d’une fuite en avant fatale, d’autant qu’aucune des grandes incertitudes porteuses de risques majeurs — Brexit, conflit du moyen Orient, montée des autoritarismes, guerre commerciale, transition climatique etc. — n’a trouvé de résolution véritable et que vient s’ajouter l’inconnue du coronavirus.


La Bourse de Paris serait-elle en train de monter au-delà du raisonnable, pour mieux chuter ? Pour répondre à cela, il faut sortir d’une présentation fallacieuse des chiffres, braquée sur les records. Prenons un peu de recul sur la chronique boursière.


Le premier constat, c’est qu’en matière boursière, il y a les États-Unis et les autres. La France s’inscrit dans la moyenne européenne et demeure, 20 ans après, sensiblement en-dessous de ses pointes d’août 2000, quand le CAC perçait la barre des 6 600. Ce qui signifie, au-delà des grands cycles décennaux, qu’il n’y a pas depuis 20 ans de tendance haussière de la Bourse, alors même que les taux d’intérêt à long terme ont fortement chuté. Ces derniers se situaient à 5,4%, en août 2000, alors qu’ils sont nuls ou légèrement négatifs aujourd’hui. Et même en l’état, cette présentation reste fallacieuse, car les cours de bourse sont une valeur nominale qu’il faut corriger de l’inflation pour juger de la hausse sur longue période. Et de ce point de vue, la barre des 6 100 franchie en février se situe en termes réels 14% en deçà des pics de 2007 et 30% en-deçà de ceux de 2000. Il n’y a donc rien de vertigineux dans la performance hexagonale.


Bourses européennes, un potentiel de hausse bien réel


Le seul risque, et non des moindres, qui pèse sur la bourse française, c’est donc la bourse américaine. Et les indices européens vont très probablement être plus chahutés par l’actualité électorale outre-Atlantique, que par les fondamentaux économiques de la zone dans les mois qui viennent. Et si l’on exclue cette dimension déterminante, les marchés européens pourraient même être considérés comme possédant un important potentiel de hausse :


1. Les entreprises cotées sont loin d’avoir exploité tout le potentiel de levier créé par les taux zéro.
2. Elles demeurent encore très en-deçà des pratiques américaines en matière de rachat d’actions.
3. Le risque est bel et bien différencié et pricé dans les indices européens. On est loin d’être dans une euphorie qui embarquerait de façon corrélée tous les cours au sommet, sans discernement.


Il suffit de d’apprécier les écarts de PER au sein même des entreprises cotées au CAC 40. En bas de l’échelle avec des multiples inférieurs à 15, entre les cours et les bénéfices : l’automobile, les banques, les télécom, l’énergie ou des entreprises bousculées par les GAFAM … En haut de l’échelle, avec des multiples supérieurs à 25 : le luxe, la Tech. Cette décorrélation montre que les risques induits par la transition climatique numérique ou par l’univers de taux zéro pour les banques sont au moins partiellement intégrés dans les cours. Cela ne protège pas l’indice contre des chocs sectoriels et des perturbations géostratégiques. Mais cela en limite la portée.


Bref, nous vivons avec une fausse peur des sommets qui recouvre en fait la sourde appréhension d’un risque systémique venu d’ailleurs, bien réel, que nous ne savons pas dater et dont la configuration nous échappe.


x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER REFUSER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER