La revue audiovisuelle de l'économie, la stratégie et du management
CONNEXION
RECEVEZ LES ÉMISSIONS
XERFI CANAL
GRATUITEMENT
Newsletter #006A9E
économie #00aeef
stratégie & management #572475
business #C43031
Fenêtres ouvertes sur la gestion #F9BE13
secteurs

Secteurs

#1BB899
campus

Campus

#7030A0
chaînes partenaires

Partenaires

#BABEC4
Qui sommes-nous ?

QSN

#006A9E
ACCUEIL STRATÉGIE & MANAGEMENT Industrie & innovation La fabrication personnelle :...
12/09/201204:14

Xerfi Canal a reçu Franck Barnu, journaliste indépendant et consultant dans le domaine de l'innovation et des technologies

Il se passe quelque chose de peu banal dans la fabrication de produits. Une foule d’amateurs, les « makers »  du verbe « to make » conçoivent et fabriquent leurs propres produits. Ils forment, aux Etats-Unis en particulier une communauté très active avec ses magazines et ses grandes manifestations où ils présentent leurs réalisations.

A première vue le phénomène apparaît anecdotique. Les « makers » sont convaincus, eux, qu’ils sont en train de faire naître un phénomène de même nature que celui de la micro informatique. Et de fait cette « fabrication personnelle » a de nombreux point commun avec celui de « l’informatique personnelle ».

- Elle est le fait d’une foule d’enthousiastes tout aussi convaincus que les « hoobbyists » des années 70 qu’elle est porteuse d’une profonde révolution. 
- Elle est provoquée par la diffusion de technologies jusque là inaccessibles au commun des mortels. Pour le microordinateur, c’était la disponibilité du microprocesseur. Pour la fabrication personnelle ce sont les logiciels de conception 3D (la CAO) et les imprimantes 3D
- Ses ambitions apparaissent tout aussi « folles » que l’étaient celles de la microinformatique. Il semblait vraiment inimaginable de penser que le micro naissant allait concurrencer la grosse et puissante informatique d’alors. Il paraît tout aussi ridicule (mais somme toute pas plus) d’imaginer la « fabrication personnelle » faire de l’ombre aux grosses usines. Surtout quand on voit les objets insignifiants qu’elle produit actuellement. 

La fabrication personnelle, c’est donc l’usage de logiciels de CAO pour concevoir des produits. Les fichiers sont alors envoyés à une « imprimante 3D «  (un système de stéréolithographie). Par dépôts successifs de couches de matière cette machine réalise la pièce en dur. La technologie est utilisée de longue date dans l’industrie pour produire des pièces prototypes ou réaliser la fabrication en petites séries.

La nouveauté est que certains ont commencé à mettre au point des imprimantes 3D « personnelles ». Des machines en kit, rustiques, mais à faible coût. Elles coûtent environ un millier de dollars contre des dizaines de milliers pour les machines professionnelles. C’est l’équivalent du micro par rapport aux gros ordinateurs. 

Le phénomène prend une autre dimension avec un autre aspect de la « fabrication personnelle » qui se développe en parallèle. C’est la mise à disposition auprès du grand public de moyens de production professionnels. En France une start-up, Sculpteo, propose ainsi à tout un chacun de produire ses pièces sur son parc de machines de stéréolithographie professionnelles. Il suffit de lui envoyer ses fichiers de CAO et le tour est joué.

Il y a plus évolué encore. Aux Etats-Unis, se développent de véritables usines entièrement mises à disposition des passionnés pour qu’ils réalisent les produits qu’ils ont conçus.  Elles offrent toute la panoplie d’outils de production (imprimantes 3D mais aussi machines outils, machines de découpe, atelier de peinture…). Ces outils permettent de réaliser des produits cette fois beaucoup plus complexes que ceux obtenus par la seule stéréolithographie. 

La plus célèbre de ces entreprises s’appelle TechShop. Elle offre aux apprentis fabricants des usines de plus de 10000 mètres carrés, super équipées en machines et en ateliers. Elle compte déjà cinq sites sur la côté Ouest et va en ouvrir un sixième à New York. Ford, sponsorise TechShop. Le constructeur automobile l’utilise en effet pour donner à ses employés innovateurs la possibilité de développer eux même les prototypes de leurs innovations.

La fabrication personnelle va-t-elle changer le manufacturing comme le microodinateur à révolutionné l’informatique ? Va-t-elle révolutionner le processus d’innovation ? Il est trop tôt pour le dire. Trop tôt pour envisager ses développements potentiels. Mais rappelez vous ce qu’était le microordinateur il y a 40 ans et regardez ce qu’il est devenu…

Franck Barnu, La fabrication personnelle : une révolution ?, une vidéo Xerfi Canal


En savoir plus

Mots clés : Industrie

x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple email / mot de passe n'est pas valide  
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Email :
S'identifier