La revue audiovisuelle de l'économie, la stratégie et du management
CONNEXION
RECEVEZ LES ÉMISSIONS
XERFI CANAL
GRATUITEMENT
Newsletter #006A9E
économie #00aeef
stratégie & management #572475
business #C43031
Fenêtres ouvertes sur la gestion #F9BE13
secteurs

Secteurs

#1BB899
campus

Campus

#7030A0
chaînes partenaires

Partenaires

#BABEC4
Qui sommes-nous ?

QSN

#006A9E
ACCUEIL STRATÉGIE & MANAGEMENT Industrie & innovation La nouvelle génération de...
08/10/201203:22

Xerfi Canal présente l'analyse de Franck Barnu, journaliste indépendant et consultant dans le domaine de l'innovation et des technologies

La Commission européenne en a rêvé. Une start-up américaine l’a fait. De quoi s’agit-il ? D’un robot industriel. Un  robot  peu cher, facilement programmable et apte à travailler en toute sécurité à proximité d’un opérateur humain. Un robot, donc, propre à être utilisé même par des PME. Mais pas seulement. Car toutes les caractéristiques de ce nouveau venu changent la donne en ouvrant de nouveaux champs d’application à la robotisation. 

Concevoir un tel robot révolutionnaire était l’objet d’un programme de recherche européen SME Robot  -robot pour PME- qui s’est déroulé entre 2005 et 2009. Et pourtant c’est bien une start-up américaine qui met aujourd’hui sur le marché cette merveille. Une start-up fondée en 2008 ! Rethink Robotics. Elle a donné naissance à « Baxter » un sympathique robot à deux bras qui coûte moins de 20000 euros et se programme plus facilement qu’un magnétoscope. 

Il faut dire le fondateur de Rethink  n’est pas n’importe qui. Rodney Brooks, ex professeur du MIT est un roboticien réputé. Il a notamment co fondé une entreprise à succès, iRobot bien connue pour ses robots domestiques. En 2008 il quitte le MIT et i Robot pour créer Rethink car il a eu une idée. Il repensé le problème de la robotique industrielle. Il explique qu’ il a pris conscience que les robots pourraient effectuer une multitude de nouvelles tâches s’ils étaient sûrs, adaptables et extrêmement faciles à programmer. Mais alors que tout le monde essayait d’atteindre ces objectifs en partant des robots existants, il est parti, lui, de zéro en concevant un robot original.  

Laurent Picot, spécialiste robotique du Cetim compare Baxter à la Dacia de Renault. Il offre des performances limitées, aussi bien en termes de vitesse, de dynamique, de précision que de masse transportable. Rien à voir avec un vrai robot industriel. Mais qu’importe ! Il est si peu cher, si facile à utiliser, si sûr de fonctionnement  qu’il va pouvoir se mettre à la tâche même dans des PME. Et même sur des opérations qu’on n’aurait pas rêvé de robotiser.  Plus besoin en effet de spécialiste de la programmation, plus besoin d’enfermer le robot dans une cage pour protéger les opérateurs humains, plus besoin d’adapter en profondeur les process au robot. Baxter s’installe en un rien de temps et si l’activité change il sera tout aussi vite affecté à une autre tâche.

Il ne fait pas de doute que Baxter est le premier représentant d’une nouvelle génération appelée à croître et à se multiplier. Une nouvelle génération de robots qui en dopant la productivité des entreprises est susceptible de permettre le retour de la production dans les pays occidentaux. Dommage qu’il ne soit pas né en France, comme la Dacia….

Franck Barnu, La nouvelle génération de robot industriel est arrivée, une vidéo Xerfi Canal


En savoir plus

Mots clés : Industrie

x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple email / mot de passe n'est pas valide  
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Email :
S'identifier