Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


A qui profite la hausse de l'énergie et des matières premières ?

Publié le jeudi 9 février 2012 . 3 min. 29

Voir plus tard
Partager
Imprimer

Xerfi Canal présente l'analyse d'Alexandre Mirlicourtois, directeur des études de Xerfi


Les prix des matières premières passent à l’orange. Le rouge n’est pas d’actualité, le mouvement est encore contenu. La remontée de l’indice GSCI, qui mesure les variations d’un panier de commodités, hésite encore. Mais la certitude, c’est que le mouvement est redevenu haussier. Pourquoi ? Entre une Europe paralysée, à nouveau menacée par la récession, et le reste du monde, malgré tout en croissance, la demande de matières premières progresse. En face, l’offre peine à suivre. Et c’est ce déséquilibre entre l’offre à la demande qui explique les hausses de prix. C’est une bonne nouvelle pour les pays rentiers. Que faut-il entendre par pays rentier ?  C’est simplement un pays richement doté en ressources naturelles et qui en tire de grands bénéfices commerciaux. Parmi les pays rentiers les plus emblématiques, citons l’Arabie Saoudite avec ses réserves d’or noir, la Russie avec son pétrole et son gaz naturel, voire le Chili avec son cuivre ou encore la Côte d’Ivoire avec son cacao. Pourtant, ces pays n’utilisent pas la manne financière tirée de leurs ressources naturelles au service d’une montée en gamme de leur économie. Ce n’est pas l’objectif. L’objectif, c’est avant tout d’influencer la scène internationale pour piloter les prix. Et dans des régions comme le Moyen Orient, très instables et où la moindre friction peut mettre le feu aux poudres, c’est le règne du poker menteur. Et la situation actuelle est ubuesque. C’est un peu à chacun son embargo. Mais c’est aussi le même embargo. A l’embargo de l’Union européenne sur le pétrole iranien, dans six mois, répond un projet d’embargo de l’Iran sur son propre pétrole à destination de l’UE, dès que possible. Pendant ce temps là, le baril de pétrole campe autour de 110 dollars, un niveau très confortable pour les pays producteurs. De leur côté, les cours du cuivre flirtent à nouveau avec les 8 500$ la tonne. 8 500$, c’est 1 000$ de plus en un mois. Quelles sont les conséquences  pour les entreprises françaises? Pour certaines, c’est une bonne nouvelle. Un groupe comme Total a engrangé un bénéfice de 10,3 milliards d’euros en 2010 avec un baril à 79,5$ en moyenne sur l’année. Avec un baril monté à 111$ en moyenne l’an dernier, les bénéfices du pétrolier seront sans aucun doute bien plus confortables en 2011. Mais cette remontée du prix des matières premières est une bonne nouvelle pour une minorité seulement des groupes français. Pour l’écrasante majorité, cela signifie un gonflement général des coûts d’approvisionnement et de l’énergie. Un impact d’ailleurs amplifié par la faiblesse de l’euro face au dollar. Le dollar, qui rappelons-le, reste la devise de référence dans les échanges internationaux. Et comme vous pouvez le voir, le prix des matières premières a évolué plus vite en euros qu’en dollars ces deux derniers mois. Pour la France, un niveau plus élevé des matières premières et de l’énergie, c’est un handicap de plus pour nos comptes extérieurs. Notre balance commerciale est déficitaire, on le sait. En 2011, le déficit atteindra le record de 72 milliards environ… dont 62 milliards liés à l’énergie. C’est aussi un record. Un chiffre comparable au déficit énergétique de l’Allemagne. A une nuance près. Avec ses 160 milliards d’euros d’excédents commerciaux, l’Allemagne, elle, peut se le permettre.

Alexandre Mirlicourtois, A qui profite la hausse de l'énergie et des matières premières ?, une vidéo Xerfi Canal.


x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER REFUSER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER