La revue audiovisuelle de l'économie, la stratégie et du management
CONNEXION
Newsletter #006A9E
économie #00aeef
stratégie & management #572475
business #C43031
Fenêtres ouvertes sur la gestion #F9BE13
secteurs

Secteurs

#1BB899
campus

Campus

#7030A0
chaînes partenaires

Partenaires

#BABEC4
Qui sommes-nous ?

QSN

#006A9E
ACCUEIL ECONOMIE Décryptage éco Décrochage des classes...
https://player.vimeo.com/video/239608547?autoplay=1 Alexandre-Mirlicourtois-AMI-Decrochage-des-classes-moyennes-5-idees-fausses-6841.jpg
31/10/201704:45

Selon les sondages, entre les deux-tiers et les trois-quarts des Français se placent spontanément dans la classe moyenne. Cela renvoie à une première idée fausse, celle des niveaux de revenus qui la bornent. Et c'est loin d'être la seule idée reçue sur ces fameuses "classes moyennes".


Idée fausse n°1 : la classe moyenne, c'est presque tout le monde !


En reprenant les limites fixées par l’Observatoire des inégalités et le Credoc, c’est-à-dire entre les 30% les plus démunis et les 20% les plus aisés, un Français « moyen » dispose d’un revenu net mensuel après impôt et prestations sociales compris entre 1 245 et 2 259 euros. Pour un ménage type avec deux enfants, l’échelle va de 3 253 à 5 609 euros par mois.


En dessous, de ces bornes, les personnes concernées appartiennent aux catégories populaires, au-dessus elles se hissent dans les catégories aisées. Un certain nombre de Français, surtout dans les classes aisées, se positionne donc mal dans l'échelle des revenus. 

 

Idée fausse n°2 : le pouvoir d'achat de la classe moyenne a reculé


Le pouvoir d’achat des classes moyennes serait laminé, écrasé. Si cela signifie qu’il recule alors c’est faux. En prenant le revenu médian réel par ménage (celui qui sépare en deux la population, l’une disposant de plus, l’autre de moins) comme indicateur, la tendance sur longue période est à la hausse : +0,5% en moyenne sur les 20 dernières années. Si cela signifie qu'il est figé, c’est une réalité depuis la grande récession. Et si l’on tient compte du fait que l’âge moyen de la population, l’ancienneté de carrière donc, et le niveau des diplômes ont augmenté, on comprend néanmoins le sentiment d’érosion.


Quoiqu’il en soit, il n’y pas eu d’effondrement manifeste du niveau de vie des classes moyennes. L’explication du décalage entre la réalité et la perception tient à l’augmentation très rapide des dépenses contraintes ou pré-engagées (frais liés au logement, au gaz, à l’électricité, aux télécoms, aux assurances) par rapport au revenu. D’où ce sentiment, lui bien réel, d’être pris à la gorge, sans véritable marge de manœuvre.


Idée fausse n°3 : les inégalités se sont creusées entre la classe moyenne et les autres 


Entre la hausse des minimas sociaux pour les catégories les moins favorisées et l’envolée des revenus des plus fortunés, la classe moyenne aurait vu sa position relative s’affaisser. Or si l’on compare la médiane au bas de la distribution (c’est-à-dire le rapport entre le 5ème et le 1er décile), le revenu de la classe moyenne est environ 2,2 fois plus élevé que celui des 10% les moins favorisés, un chiffre quasiment constant. Le mouvement n’est pas plus marqué entre le 5ème et le 9ème décile, la classe moyenne disposant d’un peu moins de la moitié du revenu des 10% les plus aisés. Bref, la position relative de la classe moyenne a finalement à peine été écornée depuis 30 ans.


Idée fausse n°4 : les classes moyennes ont plus de mal à accéder à la propriété


Faute de moyens, les classes moyennes accèderaient moins à la propriété qu’hier. Les données de l’INSEE invalident cette hypothèse. En 1984, 48,2% des ménages du 5ème décile de revenu étaient propriétaires. En 2013, dernière année disponible, ils étaient 58,8%, soit un bond de 10,6 points. Entre ces deux dates, ce sont les catégories populaires les plus démunies appartenant aux 3 premiers déciles qui ont été exclues de l’accession à la propriété. A l’autre bout du spectre, ce sont les plus aisés où le taux de propriétaires a le plus progressé alors qu’il partait d’un niveau déjà beaucoup plus élevé.


Idée fausse n°5 : les classes moyennes ne peuvent plus constituer de patrimoine


Les classes moyennes ne pourraient plus se constituer un patrimoine à léguer à leurs enfants. Or, d’après l’enquête Patrimoine de l’INSEE, le montant du patrimoine net (emprunts déduits) des différentes catégories de la classe moyenne, va de 71.100 à 204.700 euros. Composé aux deux-tiers environ d’immobilier, sa valeur s’est en outre élevée depuis le début des années 90.


En conclusion, comparé à ce que l’on peut observer dans nombre d’économies développées, les classes moyennes hexagonales font de la résistance. Leur trajectoire est certes moins favorable que pendant les Trente Glorieuses mais elles ne décrochent pas, ou du moins pas encore. Car à force de s’attaquer au modèle social, le risque est bien réel.


A voir aussi : Les classes moyennes oubliées des réformes fiscales Macron ?


Alexandre Mirlicourtois, Décrochage des classes moyennes : 5 idées fausses, une vidéo Xerfi Canal Economie.


Mots clés : Emploi, salaires, travail Pouvoir d'achatPatrimoineInégalitésClasses moyennesRiche

x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple email / mot de passe n'est pas valide  
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Email :
S'identifier