La revue audiovisuelle de l'économie, la stratégie et du management
CONNEXION
Newsletter #006A9E
économie #00aeef
stratégie & management #572475
business #C43031
Fenêtres ouvertes sur la gestion #F9BE13
secteurs

Secteurs

#1BB899
campus

Campus

#7030A0
chaînes partenaires

Partenaires

#BABEC4
Qui sommes-nous ?

QSN

#006A9E
ACCUEIL ECONOMIE Décryptage éco Industries agro-alimentaires...
https://player.vimeo.com/video/122366643?autoplay=1 Alexandre-Mirlicourtois-Industries-agro-alimentaires-la-citadelle-assiegee-1385.jpg
17/12/201202:54
Xerfi Canal présente l'analyse d'Alexandre Mirlicourtois, directeur des études de Xerfi

Excédent commercial record, production en hausse, perspectives d'activité positives. Non, il ne s'agit pas de l'industrie automobile allemande, mais bel et bien des industries agroalimentaires en France, les IAA. Un pôle d'excellence dont les performances détonnent dans la grisaille actuelle. Jugez plutôt. Quand le déficit extérieur de la France peine à décoller franchement du plancher des 70 milliards d'euros, celui des IAA crève le plafond des 8 milliards d'euros d'excédents. C'est sans aucun doute un motif de satisfaction. Mais ce n'est pas tout. La production ne cesse d'augmenter. Et là aussi, les IAA se distinguent comme le montre l'évolution des niveaux d'activité. Toujours pas remise du choc de 2008-2009, la production de l'industrie manufacturière était encore en octobre inférieure de  plus de 16% à son niveau d'avant crise. De leur côté, les IAA se plaçaient environ 2% au dessus de leurs derniers pics Et les professionnels des industries agroalimentaires envisagent l'avenir avec une certaine sérénité vu le niveau de leurs carnets de commandes. Des carnets de commandes bien étoffés comme vous pouvez le voir, et même légèrement supérieur à leur moyenne d'après les chefs d'entreprise. Ce qui tranche une fois de plus avec le reste de l'industrie où l'écart à la moyenne est de 24 points
Avec un tel palmarès, autant être optimiste pour les prochaines années. C'est certain. Sauf qu'il y a tout de même deux bémols. D'abord, les bonnes  performances à l'extérieur doivent pour beaucoup à la seule branche des boissons. Branche où la France dispose d'un avantage naturel et construit dans les vins et spiritueux. A près de 11 milliards d'euros, jamais les excédents n'ont été aussi abondants. C'est le côté émergé du commerce agro-alimentaire. Car les résultats ne sont pas du même acabit du côté des aliments solides. Encore excédentaire en 2004, le solde extérieur a plongé en 2005 et n'a reconstitué que la moitié du terrain perdu depuis. Il reste encore du chemin à parcourir pour revenir en territoire positif.
Second bémol : les marges. Des marges trop faibles pour investir et rester compétitif et défendre ses positions sur le marché domestique. Des marges trop minces pour être offensif sur les marchés extérieurs. Des marges trop étroites pour rester totalement optimiste pour les années à venir. Et comme le montre ce graphique, si la baisse des taux de marge est la règle dans l'industrie, c'est dans les industries agro-alimentaires qu'elle a été la plus brutale  Les pressions de la grande distribution alimentaire sur les tarifs sont bien sûr passées par là. Alors oui, la croissance est au rendez-vous pour les IAA et les IAA sont un enjeu stratégique pour la France. Mais  la « citadelle est assiégée ».

Alexandre Mirlicourtois, Industries agro-alimentaires : la citadelle assiégée, une vidéo Xerfi Canal


En savoir plus

Mots clés : Economie française

x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple email / mot de passe n'est pas valide  
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Email :
S'identifier