Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?

Voir plus tard
Partager
Imprimer
Xerfi Canal présente l'analyse d'Alexandre Mirlicourtois, directeur de la conjoncture et de la prévision de Xerfi

Le lien entre cours des matières premières et croissance a-t-il encore du sens ? Si oui, il faut s'en inquiéter car la direction des cours des matières premières ces dernières semaines n'annonce rien de bon. Jugez plutôt : c'est une droite rectiligne orientée à la baisse avec une chute de près de 12% en à peine deux mois. Et la conclusion, c'est que le monde serait sur le point de tomber en récession. Un scénario noir d'un krach général en décalage avec nos prévisions d'une croissance mondiale molle en 2013. Il faut donc revenir sur les causes de cette rupture et séparer le bon grain de l'ivraie. Tout d'abord, l'ampleur de l'accélération baissière doit beaucoup à la débâcle de l'or. En quelques séances seulement, le métal jaune est passé de 1 600 dollars l'once à moins de 1 400, 200 dollars de moins en un temps record. Un recul de 13% qui semble relever plus de la sur réaction des marchés que du lien avec les fondamentaux économiques. C'est vrai que les craintes d'une normalisation des politiques monétaires se sont éloignées avec les ratés récents de la reprise et avec elle le risque d'une déstabilisation des marchés obligataire et d'actions. L'or a moins profité de sa qualité de valeur refuge et le dénouement brutal de certaines positions spéculatives a emballé les choses. Et maintenant, que va-t-il se passer ? A court terme, la seule certitude c'est qu'il y aura beaucoup de volatilité. D'où le sentiment d'un déphasage prononcé des cours de l'or avec l'économie réelle. C'est ce même sentiment de déconnection qui prévaut quand on analyse les cours du pétrole ou des matières premières agricoles. L'or noir parce que c'est une matière première stratégique pour laquelle les enjeux géopolitiques l'emportent. Les matières premières agricoles parce que leurs cours fluctuent au gré des aléas climatiques. Les cours de l'or, du pétrole, du blé, du maïs ou du cacao sont finalement peu utiles pour prévoir l'activité mondiale. Mais ce type de raisonnement ne vaut pas avec les cours des métaux car ils dépendent de la demande et des comportements de stockage d'industriels situés en amont du cycle de production. Comme vous pouvez le voir, ils sont en avance de quelques mois, un avantage évident pour prévoir les grands retournements. Et un retournement s'est bel et bien produit courant février, un retournement qui s'est accentué depuis et porte la baisse à 15%. C'est mauvais signe pour la croissance mondiale du 1er trimestre. Et le résultat en demi-teinte de la croissance chinoise montre que celle-ci a des ratés. Quant à l'accélération du mouvement en avril, il ravive les craintes d'un passage à vide important. Parmi les différents métaux, le cuivre cède beaucoup de terrain. Passé sous les 7 000 dollars la tonne le 18 avril pour la première fois depuis octobre 2011, il a perdu plus de 17% par rapport à ses plus hauts de février dernier. Or, on retrouve le cuivre dans le bâtiment, les transports, la machine-outil, l'électronique, une variété qui lui permet de s'affranchir en temps normal des à-coups de tel ou tel marchés. Son décrochage est donc bien le signe que le malaise est général et profond. Et bien plus que la dégringolade de l'or jaune, c'est celle de l'or rouge qui est la plus inquiétante sur l'état de santé de l'économie mondiale.

Alexandre Mirlicourtois, La baisse des matières premières et de l'or : quel signal ?, une vidéo Xerfi Canal

 




x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER REFUSER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER