Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


La déroute de l'industrie alimentaire française

Publié le lundi 18 février 2019 . 4 min. 46

Voir plus tard
Partager
Imprimer

La filière agroalimentaire française est totalement plombée. Pourtant, une fois de plus, le chiffre mis en avant et repris en boucle par la profession comme les pouvoirs publics est celui de son excédent  extérieur : encore plus de 7 milliards d’euros en 2018. C’est normal, dans un pays systématiquement déficitaire depuis 2004, c’est l’un des rares bastions de notre balance commerciale qui tient encore. Mais c’est quand la mer se retire que l’on voit ceux qui se baignent nu dit Warren Buffet… Et le roi est nu. Une fois ôtées les boissons, l’excédent se mue en déficit  depuis 2004. Un déficit qui se creuse et qui dépasse désormais 5 milliards d’euros, c’est un record !


Mécanique infernale


L’industrie alimentaire, notre fameux pétrole vert, est de plus en plus mal exploitée et c’est un fiasco. Les symptômes du mal se trouvent notamment dans l’évolution du taux de marge duquel dépend la capacité des entreprises à investir pour rester dans le coup face à une concurrence internationale qui se durcit et répondre aux exigences d’une distribution en quête permanente de petits prix. Sans surprise, ce taux est en baisse, mais là où il faut particulièrement s’inquiéter c’est 1) que la baisse s’accélère alors même que ce ratio intègre les performances des entreprises des boissons, qui elles, dominent leur marché. En creux cela signifie une chute encore plus spectaculaire dans l’alimentaire. C’est 2) l’opposition des trajectoires entre les IAA en perdition et le reste de l’industrie manufacturière qui remonte un peu la pente. C’est historique, pour la première fois, le taux de marge dans les IAA est passé en 2018 sous celui du reste de l’industrie manufacturière. La filière viande résume à elle seule la mécanique infernale qui s’est mise en place. Le point de retournement c’est 2004 et depuis cela va de mal en pis.


Trois forces sont en jeu : pressions externes, avec une concurrence parfois déloyale. Pressions internes mises par la grande distribution mais aussi par de grands industriels sur leurs sous-traitants sur un marché en perte de vitesse. Archaïsme des structures de production.


Concurrence étrangère


La première vague venue de l’extérieur fut allemande au milieu des années 2000. Des concurrents très déterminés qui ont usé et abusé de la directive de 1996 sur les « travailleurs détachés » pour faire chuter leur coût du travail et évincer les producteurs français. Sous le feu des critiques, les industriels allemands ont eu ensuite beau jeu de rentrer dans le rang, une fois la concurrence à terre. La deuxième vague est venue d’Espagne peu après la grande récession. Des industriels ibériques qui ont engrangé les dividendes de la « dévaluation interne », autrement dit de la forte baisse des salaires. C’est en enfin aujourd’hui, une offensive polonaise : les importations en provenance de Pologne ont été multipliées par 2,6 depuis 2011 et notre déficit par 3 avec une fantastique accélération en fin de période.  Difficile de résister en effet quand le coût du travail d’un salarié dans la filière viande varie du simple au quadruple.


Pressions de la grande distribution


Mais cela serait une erreur de limiter les déboires des producteurs français à la seule concurrence étrangère. Deux éléments sont à prendre en compte. D’abord, les relations houleuses entre grande distribution et industriels et le poids de la restauration hors foyer qui recourt majoritairement à l’importation. En axant d’abord leur stratégie sur celle des petits prix, les grands distributeurs exercent une forte pression sur le tissu productif en amont et elle est d’autant plus forte que la consommation des ménages plafonne voire désormais flanche en volume ce qui exacerbe la concurrence et la course aux parts de marché. Idem dans la restauration hors-foyer.


Archaïsme des structures de production


Il y a enfin l'absence de restructuration qui a freiné l'industrialisation et la modernisation de nombreux opérateurs. Or les investissements ne peuvent pas s'amortir sur des structures qui sont restées trop modestes pour affronter la concurrence internationale. De même, la montée en gamme est restée insuffisante pour s'arracher de la seule concurrence par les coûts. Bilan, le taux de marge des industriels français de la viande est laminé et l’écart varie du simple au double par rapport aux plus proches concurrents selon les données d’Eurostat et c’est une véritable hécatombe : une entreprise sur deux a disparu en moins de 10 ans. Certes, certaines se sont rapprochées ce qui est une bonne nouvelle, mais beaucoup ont disparu et les savoir-faire avec.


Sur les neuf grandes branches composant les industries alimentaires, cinq sont désormais en déficit. C’est une véritable déroute pour ce qui devrait être l’un de plus grand point fort de l’économie française.


x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER REFUSER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER