Connexion
Accédez à votre espace personnel
Recevez nos dernières vidéos et actualités quotidiennementInscrivez-vous à notre newsletter
ÉCONOMIE
Décryptages éco Intelligence économique Intelligence sectorielle Libre-propos Parole d'auteur Graphiques Notes de lecture
STRATÉGIE & MANAGEMENT
Comprendre Stratégies & Management A propos du management Parole d'auteur Notes de lecture
IQSOG
RUBRIQUES
Économie généraleFranceEurope, zone euroÉconomie mondiale Politique économique Emplois, travail, salairesConsommation, ménagesMatières premières Finance Géostratégie, géopolitique ComprendreManagement et RHStratégieMutation digitaleMarketingEntreprisesFinanceJuridiqueRecherche en gestionEnseignement, formation
NEWSLETTERS
QUI SOMMES-NOUS ?


Les 6 chiffres-plaies qui affligent l'économie française

Publié le jeudi 28 juin 2012 . 4 min. 07

Voir plus tard
Partager
Imprimer

Xerfi Canal présente l'analyse d'Alexandre Mirlicourtois, directeur des études de Xerfi

6 chiffres clés permettent de bien résumer les problèmes structurels auxquels est confronté le gouvernement de Jean-Marc Ayrault. En voici la liste -70 milliards d’euros. C’est le 1er indicateur, le solde du commerce extérieur en 2011. Un chiffre qui est un déficit record. Un déficit intenable et principal responsable du déséquilibre de notre balance courante. Bien sûr, la facture pétrolière pèse lourd, mais ce n’est pas la cause du naufrage de notre solde externe. En vérité, nous reculons face à la concurrence des pays émergents. Mais nous reculons surtout face à nos voisins européens. Nous cédons partout et massivement du terrain dans nos échanges industriels, y compris avec les pays du sud de la zone euro. Hors Allemagne, nous étions pourtant excédentaires avec le reste de la zone euro de 6 milliards d’euros environ au début des années 2000. Aujourd’hui, le déficit dépasse 20 milliards ! C’est donc bien notre compétitivité qui est en cause. Cela doit être une priorité. Deuxième indicateur : -13%. C’est le recul de notre production industriel depuis le début de la crise de 2008. Mais plus grave encore. Selon nos prévisions, l’activité manufacturière reculera encore de 1,6% en 2012 et encore de 1,1% en 2013. C’est dire l’importance du déclin industriel de la France en 10 ans. Relancer et redéployer le système productif sur le territoire est un impératif national. Troisième indicateur : 4 576. C’est le nombre d’entreprises de taille intermédiaire en France, ces entreprises de 250 à 5 000 salariés pour un chiffre d'affaires allant de 50 millions à 1,5 milliard d'euros. Et le problème est double. Trop peu de PME grossissent assez jusqu'à devenir des ETI. Et quand elles passent ce cap, rares sont celles qui vont rejoindre la catégorie des grands groupes. Non, le plus souvent, c’est le retour à la case PME ou le rachat par un groupe, souvent étranger. D’ailleurs il ne reste plus qu’une poignée, 11%, d’ETI indépendantes. Quatrième thermomètre : 10%. C’est le taux de chômage. Le taux de chômage au sens du BIT a grimpé à 10% de la population active au 1er trimestre 2012. Et si la France résiste mieux que ses voisins du Sud, elle décroche par rapport aux pays du Nord. Surtout la fracture devient de plus en plus nette entre les 25-49 ans où le taux de chômage reste contenu à 9,4% et les 15-24 ans pour lesquels il s’envole à 23,3%. La question du chômage des jeunes est dramatique. Il faut s’attaquer à la racine du mal, un marché du travail dual. Un système combinant protection de l'emploi pour  les insiders à l’abri – relatif - d’un CDI, et le choix entre précarité et chômage pour les outsiders. 4,5 années. C’est le 5ème indicateur, celui du prix du logement. Pour acheter son logement, il faut aujourd’hui en moyenne consacrer 4,5 années de son revenu. C’était à peine 2,5 ans au début des années 2000. Des dépenses de logement qui pèsent sur la qualité de vie car elles empiètent sur le budget transport, l’équipement du foyer, voire même l’alimentation et la santé. Accroître les mises en chantier ne suffira pas à faire baisser les prix tout de suite. Aussi faut-il jouer sur les deux principales composantes du prix du neuf : le foncier et le coût construction. Reste le dernier indicateur : celui de la contrainte budgétaire : -5,2%. C’est le déficit public rapporté au PIB. Un déficit qui alourdit l’endettement, le coût du service de la dette, et fait peser la menace d’une flambée des taux d’intérêt comme en Europe du sud. Pour soigner les plaies de l’hexagone, la tâche est immense. Cette fois ci, on ne pourra pas se contenter de soulager le malade par des potions magiques.  On attend une véritable stratégie thérapeutique à long terme.

Alexandre Mirlicourtois, Les 6 chiffres-plaies qui affligent l'économie française, une vidéo Xerfi Canal



x
Cette émission a été ajoutée à votre vidéothèque.
ACCÉDER À MA VIDÉOTHÈQUE
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal :
Déjà utilisateur
Adresse e-mail :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple adresse-mail / mot de passe n'est pas valide  
  CRÉER UN COMPTE
x
Saisissez votre adresse-mail, nous vous enverrons un lien pour définir un nouveau mot de passe.
Adresse e-mail :

STOCKAGE DE VOS DONNÉES

Xerfi Canal utilise et stocke des informations non sensibles (par exemple : adresses IP, données de navigation, identifiants) obtenues par le dépôt de cookies ou technologie équivalente sur votre appareil. L’utilisation de ces données nous permet de mesurer notre audience et de vous proposer des fonctionnalités et des contenus personnalisés.

Les données stockées par Xerfi Canal ne sont en aucun cas partagées avec des partenaires ou revendues à des tiers à des fins publicitaires.

Vous pouvez librement donner, refuser ou retirer à tout moment votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

ACCEPTER PERSONNALISER REFUSER

PERSONNALISEZ LE STOCKAGE
DE VOS DONNÉES

Cookies Google AnalyticsCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation anonymes du site Xerfi Canal afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies de personnalisation du parcours de visiteCes cookies nous permettent de vous proposer, en fonction de votre navigation sur le site, des contenus et/ou des offres de produits et services les plus adaptés à vos centres d’intérêt.

Vous pourrez librement et à tout moment modifier votre consentement en accédant à notre outil de paramétrage des cookies.

VALIDER ANNULER