CONNEXION
RECEVEZ LES ÉMISSIONS
XERFI CANAL GRATUITEMENT
La revue audiovisuelle de l'économie, la stratégie et du management
Newsletter #006A9E
économie #00aeef
stratégie & management #572475
business #C43031
IQSOG #F9BE13
secteurs

Secteurs

#1BB899
campus

Campus

#7030A0
chaînes partenaires

Partenaires

#BABEC4
Qui sommes-nous ?

QSN

#4198a9
https://player.vimeo.com/video/535853207?autoplay=1 Cathy-Alegria-Prestataires-medico-techniques-bientot-relegues-au-role-de-simples-logisticiens-vraiment--306348066.jpg
06/05/202103:24

Dans le medico-technique, la concurrence est désormais en voie de paralysie. Certes, les opérations capitalistiques ont été légion dans les prestations de santé à domicile au cours des années 2010. Les rapprochements entre groupes tels que l’absorption de LVL Médical par Air Liquide en 2012 se sont multipliés, tout comme les acquisitions de structures indépendantes et d’associations ayant filialisé leur activité. Mais aujourd’hui, le build-up sectoriel touche à sa fin et les positions des acteurs en place apparaissent relativement figées. Bref, la frénésie d’achat des acteurs dominants retombe et ces derniers ont désormais verrouillé leur position. Des ajustements marginaux restent toutefois envisageables. Bastide, Santé Cie ou encore La Poste peuvent encore mettre la main sur quelques parts de marché en rachetant des petites sociétés. Et, le désengagement de Linde paraît quant à lui plausible, ce qui ouvrirait des opportunités de développement à l’un des acteurs en place ou à un nouvel entrant.


Si jusqu’ici, les PSAD ont réussi l’exploit de maintenir leurs marges à très haut niveau malgré notamment l’instauration du télésuivi, la donne va probablement changer. La poursuite des baisses tarifaires ainsi que l’inflation des coûts liés à l’accréditation vont obliger les acteurs à gagner encore en efficience alors que la consolidation du marché, voie jusqu’ici privilégiée pour défendre les marges, touche à sa fin comme nous l’avons vu. Autre problème : les stocks de concentrateurs en oxygène constitués au plus fort de la crise pour les patients Covid+ sont très élevés, ce qui pèsera inéluctablement sur le besoin en fonds de roulement et les frais de structure une fois la crise passée.


Finalement, sur un marché où il devient difficile de croître par croissance externe et où les marges plafonnent, les acteurs dominants se livrent une concurrence acharnée pour capter davantage de demandes de prise en charge. Ils cherchent alors à collaborer avec des structures pourvoyeuses de flux de patients, le plus souvent situées en amont de leur activité, comme les cliniques MCO et SSR. Pour autant, et malgré le souhait des prestataires d’accompagner ce virage ambulatoire et domiciliaire souhaité par les pouvoirs publics, leur place dans la filière des soins paraît aujourd’hui plus que menacée. D’une part, des recommandations pour le moins inquiétantes ont été formulées par l’IGAS. Certaines proposent de leur enlever leur rôle de coordinateur des acteurs du domicile. D’autre part, l’irruption croissante des technologies au sein des dispositifs médicaux avantage potentiellement les spécialistes de la télé-transmission ou les hébergeurs de données. À tel point qu’ils pourraient bien envisager de collecter eux-mêmes les données, les transmettre aux prescripteurs, voire régler les équipements à distance si nécessaire, pour ne sous-traiter que la livraison et l’installation de l’appareil aux PSAD.


Si ce scénario devait se produire, il cantonnerait alors un peu plus les prestataires à un rôle de pur logisticien.


En savoir plus
x

CONNEXION

Pour poursuivre votre navigation, nous vous invitons à vous connecter à votre compte Xerfi Canal
Déjà utilisateur
Identifiant/email :
Mot de passe :
Rester connecté Mot de passe oublié?
Le couple email / mot de passe n'est pas valide  
 
x
Veuillez saisir l'adresse e-mail utilisée pour créer votre compte Xerfi Canal.
Email :
S'identifier